Versailles après la com…

Soixante douze heures à peine que le congrès de Versailles a refermé ses portes dorées. Que reste-t-il après la com?

Ce que Nicolas Sarkozy voulait nous laisser de cette journée, c’était moins un discours qu’une image. Celle de son triomphe. César entrant dans Rome…

Il suffisait de regarder le dispositif vidéo mis en place par l’Elysée (c’est l’équipe présidentielle qui fournissait aux télés une image exclusive et contrôlée) : D’abord une Louma (grue de prise de vue au bout de laquelle est installée une caméra. Permet les mouvements de cinéma, travelling avant, arrière, latéral) en haut de l’escalier des 100 marches pour filmer l’arrivée de la voiture du président escortée d’un cortège de véhicules digne du président des Etats-Unis. Puis une deuxième Louma, juste devant l’entrée droite de l’hémicycle pour filmer le pas présidentiel remontant la galerie des bustes au milieu d’une haie de gardes républicains. Enfin, pendant le discours, des caméras placées en contre plongée face au pupitre (ce qui n’est pas la place habituelle des caméras lors des congrès) pour filmer le chef de l’Etat sous son meilleur angle et éviter qu’il n’apparaisse écrasé par le lieu.

Il y avait presque quelque chose de touchant dans cette lourde mise en scène. On avait le sentiment de toucher du doigt les rêves du petit Nicolas : « regarde maman, la grosse voiture, elle est à moi. Dans le château, ils sont tous venus m’écouter moi. Et la fille à la beauté de magazine dans la tribune, son mari c’est moi! »

Au delà que pourrait-on retenir d’un discours qui était en creux la négation de tous ceux prononcés lors de la campagne présidentielle?

Nous pourrions nous féliciter de l’abandon de chimères autour de la discrimination ou de la laïcité positives. Nous pourrions surtout savourer la spectaculaire conversion à la défense du modèle social français paré jusqu’ici de tous les archaïsmes et avec lequel le président voulait justement rompre? Mais la question qui nous est posée c’est celle de la part de sincérité que nous devons accorder à ces déclarations.

Si l’intention est réellement de préserver le modèle social français qui puise ses racines pour partie dans l’œuvre du Front populaire et pour une autre part dans le programme du Conseil National de la Résistance, alors la gauche devra répondre positivement.

Seulement nous avons appris à nous méfier des mots. Jacques Chirac avait déjà cette spécialité : capter les mots pour mieux les vider de leur sens. Nicolas Sarkozy maîtrise un art consommé des changements de cap. Après avoir vanté le modèle anglo-saxon, appelé à une politique de civilisation, exigé la refondation du capitalisme, le voilà qui se pose en défenseur de la dépense publique, des « amortisseurs » sociaux et de la lutte contre les exclusions. Nicolas Sarkozy confond la politique avec un concours d’éloquence : seul compte de prononcer le bon discours au bon moment.

Pouvions-nous donc croire en la sincérité de Nicolas Sarkozy lundi? C’est finalement François Fillon qui nous a livré la réponse.

Le Président, pour ne pas partager une gloire qui lui procure d’autant plus de plaisir qu’elle est solitaire, a interdit son Premier Ministre de déclaration de politique générale. Pour éviter une humiliation trop forte, François Fillon a  justifié cette dérogation à la tradition républicaine par un aveu : il n’y a pas besoin de présenter un programme devant l’Assemblée nationale, ni besoin de se soumettre au vote de confiance de la majorité puisque la politique menée et les ministres pour la servir sont les mêmes… Comment mieux dire que Versailles n’était qu’une opération de communication grossière?

Le président de la République a déclaré lundi que « la crise devait nous rendre plus libres d’imaginer un autre avenir ». Craignons que derrière cette liberté et cette imagination, ne se cachent opportunisme politique et improvisation économique.

Commentaires

Alain
Répondre

c’était circulez y a rien à voir et un journal comme libé l’a bien dit cette fois.. Mais Olivier c’est vrai qu’elle est superbe Carlita.; c’est normal qu’il en soit fièr..on aimerait être à sa place lol

denise
Répondre

Autant en emporte le vent…

Jean
Répondre

Tu aurais aussi pu écrire « Hadopi après la com ».

Vous avez mené une bataille de longue haleine contre hadopi première du nom. Au nom du droit, des libertés individuelles, de la constitution, de la liberté. Merci à vous, députés de gauche et à ces quelques députés de droite qui ont osé braver le Grand Gourou.

Son correctif post censure arrive et rend encore plus idiot un texte qui ne règle en rien la liberté des artistes. Son analyse juridique par un avocat célèbre de la toile fait sourire autant qu’il fait peur :

http://maitre-eolas.fr/2009/06/18/1452-hadopi-2-le-gouvernement-envisage-le-recours-a-l-ordonnance-penale

J’espère que vous réussirez, une nouvelle fois, à combattre une injustice et une erreur historique.

L’invention d’internet est comparable à celle de l’imprimerie. A ceci prêt que nous sommes passés d’une économie du matériel à une économie de l’immatériel.

Dire cela, n’est pas faire insulte aux artistes, c’est juste rappeler que le coût de chaque unité produite sur le web est quasi nul en informatique car le coût de stockage et le coût de la bande passante ne représente pas grand chose.
De ce fait, le coût d’accès à la culture devrait être extrêmement bas. Et pourquoi pas 20 centimes le titre et 3 € l’album ?

Amazon vient de cartonner avec ses albums à 2,99 € (et pas nécessairement le fond de catalogue)

Microsoft se prépare à un lancement réussi de windows 7 en ayant abaissé le prix à moins de 50 € (pourquoi pirater quand le coût de la légalité est si faible ?)

Nous avons vécu une période de 20 ans pendant laquelle les artistes musiciens et chanteurs ont oublié l’essence de leur métier : la représentation, les salles de concerts, les spectacles vivants.
Doit on rappeler que les Grateful Dead laissaient se diffuser les enregistrements pirates de leurs concerts car cela renforçait leur popularité et, par là même, l’affluence de leurs représentations ?

Plutôt que d’utiliser l’argent public se répandre en sanction, plutôt que d’instaurer une licence globale qui freinerait l’accès à internet et perturberait la création et le fonctionnement du marché, pourquoi ne pas instaurer une immense plate forme publique de la culture qui concentrerait les publication des artistes, les films, la musique, les vidéos, les magazines, les livres… et pourquoi pas tout ce qui demande un dépot légal…

Une sorte d’ina.fr où pour un prix modique nos concitoyens auraient accès la culture, les artistes pourraient publier directement leurs oeuvres sans passer par des intermédiaires et être rémunérés justement selon leurs efforts.

Je ne veux pas d’une société sans culture… mais la rente de situation est finie.

David
Répondre

C’est quand même dingue cet article, après la grosse claque des européennes pour le PS, rien ne change dans ce parti.
La critique, que la critique et encore la critique. 20 lignes sur le dispositif technique de l’Elysée (les français sont passionnés par le sujet), et ensuite, une bonne grosse critique bien grossière du discours du Président.

Des propositions ?? Ho n’exagérons pas, c’est un post du PS.

P.R
Répondre

@ DAvid :

c’est tout le problème de Sarkozy il a cru que ses 28% était une victoire pour lui. Les sondages qui ont suivi l’ont montré 70% des gens rejettent sa politique économique David !
Le PS n’a pas su capter cette colère car ses dirigeants se sont rendus insupportables. Cela ne veut pas dire qu’il faut arrêter d’être critiques. Cette présidence est dramatique sur le plan démocratique comme sur le plan économique et social.
Et vous David ça ne vous gène pas un président qui dit tout et son contraire?

ET votre problème à vous militants de l’UMP c’est que vous n’avez qu’un seul message c’est l’anti PS ! parce que vous êtes totalement perdus par un président qui vous fait tenir des discours contradictoires sans jamais vous consulter.

Vous êtes obligés de suivre le chef. Comme c’est triste.

P.R
Répondre

Au fait David quel est le sarkozy que vous soutenez le libéral ou le néo social-démocrate?

ARNAUD P
Répondre

@ PR et david

Pour tenter de vous réconcilier, tachons d’être objectifs , que peut on réellement retenir de ce discours ?

Coté annonces, concrètement , pas grand chose. L’idée d’un emprunt…. fillon et la droite tentent seulement maintenant d’y mettre du contenu ,mais selon le sondage de l’ifop 82% des français sont tout simplement contre. Quand on voit s’afficher les déficits records de nos comptes publics , et aussi le manque de visibilité proposé par sarkozy quant aux priorités d’investissement, on comprend facilement le refus des français.
Il a été aussi question de la burka, je n’y reviens pas…sinon quasiment rien…. et presque pas un mot sur l’Iran et sur l’Europe. Dans le contexte actuel, c’était quand même assez surprenant.

En fait, on a eu surtout droit à un discours hybride, à la fois celui d’un éternel candidat toujours en campagne, et bien sûr l’autosatisfaction bien normal d’un président content de lui.
Mais au fond, je l’ai trouvé très chiraquien notre sarkozy avec toujours le même paradoxe, social démocrate quand il affirme que notre modèle français protecteur nous a aidé pendant cette crise, mais prêt aussi dans une autre partie de son discours à remettre en cause l’ensemble de ce modèle…Cherchez la cohérence…

Je note aussi que Sarkozy (et c’est l’aspect pour moi le plus important) a acté la fin de notre pacte républicain, liberté , égalité, fraternité, pour un nouveau modèle, liberté, égalité et…sécurité.
Je me dis qu’il y a là pour la gauche un champ à investir pour redonner sens à cette idée de fraternité, et définir ainsi un nouveau pacte de solidarité et de redistribution des richesses.

Enfin, et soyons objectifs jusqu’au bout, Versailles constitue une photo assez réaliste de la situation politique de notre pays.
C’est à dire une droite qui dispose de tous les pouvoirs face à une gauche qui ne se fait pas entendre.
Au passage, quelle idée aussi de boycotter Versailles(verts et communistes), et même de ne pas y prendre la parole (socialistes)….
On ne refuse pas les tribunes qui nous sont disponibles en démocratie même si on s’oppose à la réforme de notre constitution qui donne toujours plus de pouvoir au chef de l’état… mais enfin, pourquoi ne pas le dire au congrès et à l’ensemble de la représentation nationale….

Avouons-le, je m’excuse, il y avait aussi quelque chose de profondément ridicule de voir par exemple des députés verts ou communistes répondre aux journalistes en direct de Versailles sans siéger dans le même temps au congrès !!!

David
Répondre

Oh, le fait de savoir si je soutiens le libéral ou le social démocrate n’a guère d’importance, je soutiens celles et ceux qui valorisent le travail plutot que l’assistanat, les réformateurs, ceux qui font changer les choses de manière pragmatique. Je soutiens le Président et je me réjouis que ce soit lui aujourd’hui, et non un mollusque de Solférino. Car en temps de crise, je vois mal Royal ou Aubry demander aussi rapidement un G20 (pas un G8 !), organiser le sauvetage des banques aussi rapidement pour éviter la catastrophe comme ce qui s’est passé aux USA.

28% est un excellent score pour un parti au pouvoir, et plus encore en temps de crise. En revanche, 16% pour le principal parti d’opposition, si ce n’est pas un signe pour ce parti devenu totalement inaudible et risible aux yeux des français, je vois mal ce que c’est.

JEAN MICHEL
Répondre

Relisez vous david avant de publier n’importe quoi, « mollusque de solférino » ça va pas !!! j’aimerais bien vous apprendre le respect pauvre naze….

damien
Répondre

L’image du mollusque est peut-être provocatrice mais elle n’en reste pas moins conforme à l’idée que les électeurs de gauche se font des dirigeants du PS aujourd’hui.

Le résultat des européennes est clair pour le PS : les propositions du PS, quand il y en a, sont désuètes et ne répondent plus aux attentes d’une France qui doit désormais trouver sa place dans la mondialisation et dans l’UE.

Quant à l’idéologie du PS, permettez-moi de dire qu’elle n’a plus grand-chose à voir avec le socialisme. La preuve : Mélenchon et d’autres qui lâchent le PS pour fonder un parti qui se rapproche davantage du socialisme originel, c’est-à-dire le vrai socialisme, Valls qui dit qu’il faut changer de nom (ce qui n’est pas anecdotique), DSK qui déclare en 2007 qu’il ne faut plus faire alliance avec le PCF, certains qui sont pour le rapprochement avec Bayrou, l’ancien démocrate-chrétien du CDS devenu social-démocrate, etc.

Dans ces conditions, difficile d’avoir un projet qui ne soit pas vaseux (dixit Moscovici) et incohérent. Difficile donc pour les dirigeants du PS de remplir leur rôle d’opposant n°1 à Sarkozy et donc de ne pas passer pour des « mollusques ».

Dianitha
Répondre

J’veux bien, mais elle voulait elle meame eatre tits on a stick’ Elle s’est retuide elle meme a something that can be fuck’. L’argumentaire de Stephanie tient toujours, ce n’etait seulement peut eatre pas le meilleur exemple de discrimination. Tant qu’a moi, c’est de la victimisation. Mais je reste d’accord avec l’ensemble du propos. Par contre, faut aussi laisser aux femmes la responsabilite9 de leurs actes En classe, au secondaire,des filles laissaient leur string de9passer Moi-meame e7a me deconcentrait, et je n’e9tais pas un jeune homme en pleine puberte9. Sans que cela le9gitime ou soit une explication valable a l’e9chec scolaire des gare7ons, je trouve que c’est faire preuve de mauvaise foi que de croire que la faute ne repose que sur celui qui regarde. Il e9tait la, son string, dans ma face. C’est certain que e7a attire le regard!

Alexandre
Répondre

Certains sur ce blog et ailleurs dans des réunions m’ont dit : »Quand meme t’y vas fort quand tu dit que tout n’est pas la faute à la direction nationale du P.S et qu’il existe un féodalisme militants dans certaines sections et fédérations  » .

Tout à fait , je m’excuse vous avez raison , on en à eu la preuve hier , à Hénin Beaumont ou après qu’une fédération ( celle du Pas de Calais) et une section (celle d’Hénin Beaumont) se soient acharnées en coeur à soutenir un maire pourri jusqu’à la moelle jusqu’au bout , le dit maire aille en prison pour fausse facture et détournement de fonds publics et qu’au terme d’une municipale partiel , le FN pavoise à 40% !!! .

Alors oui je n’ai pas de complexe à dire que le terrain , la base il n’y a pas que ça de vrai , et que le socialisme localo localiste proné dans les sections produit parfois le pire et non le meilleur comme on voudrait le faire entendre .
Face au National , la base n’ a pas toujours Raison .

grégory
Répondre

daccord avec Alexandre les socialistes devraient arrêter le basisme..
Il faut que les leaders locaux se rendent comptent que c’est l’étiquette qui les font être ce qu’ils sont. Mais pour les régionales ils pensent qu’ils vont gagner sur leurs seules bobines, et qu’ils n’ont pas besoin que le ps national porte une campagne natonale ah vraiment les socialistes ont tout compris..

alexandre
Répondre

Et le pire c’est qu’on savait mais que l’on a rien fait ….

David
Répondre

Je sens que Jean Michel a les nerfs à vifs, c’est mauvais pour le coeur, ne vous mettez pas dans des états pareils…
Je connais même des militants socialistes qui ne votent plus pour le PS, c’est dire si la crise est profonde, et c’est dire aussi que cet article de Mr Faure est totalement à coté de la plaque, il résume l’esprit de Solférino à fond : on fait de la critique bete et méchante. Pour l’instant, cette posture qui était celle de Bayrou également conduit dans un gros mur…

jean michel
Répondre

Mon pauvre david, vous nous dites toujours la même chose, vous n’avez aucune imagination, quelque soit le post vous faites le même commentaire…. c’est blabla…. Un conseil, faites autre chose dans votre vie vous perdrez pas votre temps et vous ferez plaisir à tout le monde… le sujet du post, c’est le CONGRES DE VERSAILLES, le reste, BASTA !

damien
Répondre

Je pensais que le PS s’était décidé à cesser de faire de l’antisarkozysme primaire et à proposer.

Cet article infirme donc ce que je pensais puisque de quoi est-il question ici ? Psychanalyser Sarko à partir d’une certaine manière de filmer (!). Psychanalyse très appronfondie en effet…

Quant aux propositions, on attend toujours.

Si on rdevient sérieux et qu’on cherche à lire entre les lignes, on voit que, à travers la caricature de Sarkozy dressé par Olivier Faure, se profile la condamnation de la présidentialisation du régime ; présidentialisation qui n’a pas dérangé les socialistes pendant 14 ans et qui a même été accentué avec le quinquennat souhaité par Jospin.

Damien
Répondre

@ Jean-Michel

C’est toute la différence entre le PS et l’UMP : le PS imagine (en vain), alors que l’UMP agit.

David
Répondre

Jean Michel a visiblement quelques problèmes de compréhension. Je ne prodigue pas de conseils, je constatais encore et toujours que Mr Faure persiste et signe dans une contestation stérile puisqu’il ne parle pas du congrés mais des détails dont tout le monde se moque. Je faisais également le rapprochement entre cette politique idiote (qui traduit un manque latent d’idées et de projets) et les résultats pitoyables du PS aux européennes.

jean michel
Répondre

@damien, vous parlez de propositions , quelles sont celles de versailles , à part l’emprunt que les français rejettent déja comme l’a bien dit « arnaud P » merci à vous de me répondre.

@david , visiblement parler pour ne rien dire c’est votre truc ….vous avez vraiment rien à faire dans la vie. Vous savez j’ai beaucoup d’amis de droite avec qui je parle très facilement…mais, je vous le dis très calmement et sincèrement vous etes ce que j’appelle un petit con.

Damien
Répondre

L’emprunt d’Etat est une proposition d’envergure pour investir dans des secteurs-clés (biotechnologie, formation professionnelle, recherche, numérique etc.). Autrement dit, le gouvernement cherche à investir pour l’avenir (après tout, gouverner, c’est prévoir). C’est peut-être insuffisant pour vous, mais pas pour moi.

Ensuite, vous limitez les propositions de la majorité présidentielle, du gouvernement et du président à ce seul congrès (il faut croire que c’est la nouvelle obsession du PS). Des propositions et des mesures, il y en a eu depuis 2007 – et des courageuses -, je vais donc en profiter pour vous sortir de votre sommeil : augmentation de la durée de cotisation (impopulaire, je vous l’accorde, mais incontournable) , lancement du projet du Grand Paris (il était temps !), réforme des universités, des lycées (il était temps aussi !), création du RSA, plan de relance, etc.

D’où ma question : quand le PS ne s’est-il pas opposé à l’une des ces mesures et qu’a-t-il proposé en échange ? Merci de me répondre à votre tour.

Même le PCF, pourtant plus mal en point que le PS, en a fait une qui est interessante au sujet de l’interdiction de la burqa. Vous aurez d’ailleurs noté dans cette histoire que l’UMP ne s’oppose pas sytématiquement.

Enfin, vous l’avez dit, les sondages montrent que les Français sont perplexes quant à l’emprunt d’Etat. Sans renier ce que dise les sondages, je trouve distrayant la propension des socialistes à se saisir de cette opportunité pour réaffirmer qu’ils sont du côté des Français. Pensez-vous qu’il y ait un doute à ce sujet ? Il est vrai que le résultat du PS aux européennes ne nous incline guère à en avoir la certitude…

Damien
Répondre

Par ailleurs, je vous trouve bien impoli avec David, qui est certes provoc’ mais qui reste néanmoins courtois avec vous. Mais on vous pardonne : c’est sans doute la faute à Sarko…

grégory
Répondre

Il suffiit de lire la presse pour voir que le ps propose c’était dans le monde et ce n’est qu’un exemple je pourrai en citer d’autres. Des idées ce n’est pas ce qui manque au ps ..si seulement on s’en contentaitLe monde d’hier « Il n’y a pas de conquête politique durable si elle n’est pas précédée d’une victoire dans la bataille des idées », martèle M. Hollande, qui propose aux Français « un contrat d’après-crise. Il s’agit tout d’abord de « réarmer la production française » et de restaurer sa compétitivité grâce à une politique industrielle centrée sur « la croissance verte et les nouvelles technologies ».Au passage, le député de Corrèze préconise le lancement d’un emprunt destiné non pas à soutenir certaines dépenses publiques, comme l’envisage, selon lui, le gouvernement, mais « à financer à long terme et à faible coût les projets d’investissement des entreprises » ; il ajoute qu’il faudra « relever certains prélèvements, reprendre des avantages accordés aux plus favorisés et alléger la charge qui pèse sur ceux qui contribuent à la croissance ».

David
Répondre

« réarmer la production française” et de restaurer sa compétitivité grâce à une politique industrielle centrée sur “la croissance verte et les nouvelles technologies”.

Evidemment on ne peut pas reprocher à Hollande de ne pas appliquer son discours puisqu’il n’est pas aux « responsabilités ». Oui mais la gauche détient 20 des 22 régions et ne fait strictement rien contre la crise. Donc c’est mignon de nous dire que le PS propose, oui et encore, mais lorsqu’il gouverne la plupart des régions françaises, on pourrait s’attendre à voir un labo d’idées, un soutien encore plus accru aux nouvelles technoliogies, que sais-je encore mais non, à part la flambée des impots, on n’observe rien. Donc cessez de nous dire que la gauche agit, elle a les moyens de le faire dans de nombreuses régions et départements à travers des prérogatives majeures.
Si le PS trouve le plan de relance de l’Etat pas à la hauteur, qu’ils ne se gènent pas pour en proposer un (pas le vague projet qui est sorti de Solferino un an après la crise, je parle de quelque chose de crédible, de faisable dans les régions et les départements).

On notera aussi les contradictions de Hollande qui tout d’un coup ne veut pas d’emprunt pour financer les dépenses publiques (les investissements sont des dépenses publiques…bref, nous ne sommes plus à quelques contradictions prés) mais il annonce qu’en temps de crise, il faut….augmenter les prélevements, sans préciser qui sera touché. Dans le genre réponse socialiste a une crise FINANCIERE, on reste gaga devant de telles inepties.

Damien
Répondre

Je vais faire court en posant deux questions très simples :

Est-ce Hollande ou le PS qui souhaite le lancement d’un grand emprunt ? En clair, parle-t-il au nom du PS ?

Quelle est la position officielle du PS sur cette question ?

sylvain
Répondre

david je n’en peux plus de lire vos conneries à longuer de postes,. Pour votre gouverne les collectivités de gauche agissent concrêtement contre la crise.
Vous voulez vraiment jouer à ce jeu et bien j’aimerais bien voir ce que serait notre pays actuellement si les collectivités de gauchene faisaient pas contre poidsavec que des régions à droites des département en majo à droite et les grandes villes à droite..

David
Répondre

Mais arretez de vous raconter des histoires en avancant des faits que vous ne maitrisez pas. Le PS-PCF en ile de france n’ont apporté aucune réponse à la crise ! Et vos propos sont scandaleux, restez courtois ! On n’est pas au congrés du PS ici !!

jean michel
Répondre

on a retrouvé le fils de frédéric lefèvre, malheureusement il squatte votre blog monsieur faure….

David
Répondre

je sais pas comment je dois le prendre, mal surement mais ce n’est pas grave, ca me fait davantage rire que « petit con » comme commentaire.

jean michel
Répondre

…je suis sûr que pour vous c’est un énorme compliment, donc tout le monde est content…allez bonne continuation à vous, y ‘ a encore un peu de boulot pour rejoindre votre nouvelle icône…

SANDRA
Répondre

Avouons que Nicolas Sarkozy va quand même battre un joli record, celui du déficit public…. Eric woerth lui même table sur un déficit de 7 à 7,5% …. soit mieux que 1993 avec 6,4% du PIB… Qui a dit que la droite était bonne gestionnaire ? De plus coté, investissements et répartition des richesses , on ne voit rien venir….

Jean Michel
Répondre

Sur l’emprunt je ne connais pas la position du PS damien car je ne suis pas militant mais pour ma part pas un centime d’euros pour la conso de Sarko!

Damien
Répondre

@ Sylvain :

Pour être honnête, votre réponse est pour le moins curieuse. Ainsi pour vous, le rôle d’un élu local est de faire contre-pouvoir ? Or, à ma connaissance, les conseillers généraux, régionaux et municipaux sont élu pour gérer et développer leur territoire et pas pour autre chose. UN ELU LOCAL N’EST PAS UN DEPUTE OU UN SENATEUR. Donc, cessons de mélanger les rôles. Vous avez des représantants nationaux qui sont dans l’opposition qui, normalement, représente le contre-pouvoir. Si ces représentants ne font pas leur travail, ce n’est quand même pas la faute à Sarko.

@ Jean-Michel :

Sans vouloir être impoli, votre argument est vraiment limité. Pourquoi ne pas vous en prendre également à la conso des députés et sénateurs de droite comme de gauche, voire des élus locaux qui s’octroie également des augmentations d’indemnités largement supérieures à l’augmentation du salaire moyen en France ? Pourquoi ne pas vous en prendre au conseil municipal qui a voté en mars ou avril dernier l’augmentation des indemnités du maire et des adjoints ? Comme dirait Ségolène, soyez juste…

Damien
Répondre

PRECISION : le conseil municipal de Champs

Sylvain
Répondre

j’ai dis contre poids pas contre pouvoir …Sur la vie des gens leurs actions au quotidien contre balancennt les effets négatifs de la politique de sarko vous m’avez bien compris faites pas semblant

Jean-Michel
Répondre

vous voulez que je sois juste je n’aime pas les injustices moi.. Je n’ai pas de pbl pour critiquer la gauche. Pour moi ils ont fait une faute de boycotter versaille et de ne pas prendre la parole. Quand la démocratie vous offre une tribune il faut la prendre mais quand ils auront compris ..quant à sarko je lui reconnais l’habileté d’avoir su changer d’image et de faire moins bling bling sans doute un des effets carla et il y en a bcp mais je ne retire rien sur l’emprunt pas un centime pour la conso de sarko

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet