Les condamnés à mort

Il neige sur Paris.  Il fait froid. Le vent traverse les pulls et les parkas. Quelques centaines de militants de Aides, Act-UP, du MJS et du PS sont rassemblés sur les marches de l’Opéra à l’occasion de la journée mondiale contre le SIDA. Je regarde ces manifestants qui se prennent dans les bras, se serrent, comme s’ils étaient heureux de pouvoir se retrouver encore, de se montrer que la vie irrigue encore leurs veines…

Le SIDA, on en parle moins, mais on en meurt toujours. La trithérapie a freiné la maladie et fait baisser l’attention des opinions publiques occidentales. Le sentiment d’urgence a baissé. Mais la mort fauche encore ceux qui s’aiment. En France et surtout au Sud de l’Europe sur ces territoires ou l’information et la prévention sont freinés par les tabous.
Dans notre pays toutes les barrières ne sont d’ailleurs pas tombées. Il y a trois ans, j’évoquais sur mon blog la mort de P. qui m’avait accueilli chez les jeunes socialistes, son patronyme figurait dans ce court texte conçu comme un hommage. Quelques jours plus tard, son père m’écrivait – furieux – que son nom puisse être associé à ces quatre lettres toujours infamantes.

Ce combat ne doit pas, ne peut pas s’arrêter. Son actualité demeure brûlante et notre vigilance doit rester totale.
Mercredi soir, au moment même où, dans la nuit glacée le trop maigre cortège s’étirait sur les grands boulevards, le Sénat examinait la disposition du gouvernement restreignant l’accès aux soins pour les étrangers sans papiers malades. Disposition honteuse qui repousse vers la clandestinité, conduit à renoncer aux soins, favorise la transmission du virus.

En rentrant chez moi, j’écoute les vers magnifiques de Jean Genet chantés et lus par Jeanne Moreau et Etienne Daho (1). Leurs voix résonnent de ces mots d’amour écrits par un homme pour un autre homme, promis à la lame du bourreau :

Ô viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d’Espagne,
Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.
Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main,
Mène-moi loin d’ici battre notre campagne.
(…/…)
Nous n’avions pas fini de nous parler d’amour.
Nous n’avions pas fini de fumer nos gitanes.
On peut se demander pourquoi les cours condamnent
Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour.

Je voudrais que ces mots atteignent celles et ceux qui, continuant de fermer les yeux, offrent à la guillotine de nouveaux condamnés à mort.

_______________

(1) Le condamné à mort. Etienne Daho, Jeanne Moreau. Naïve.

Commentaires

Yves
Répondre

Thanks

Franck Payonne
Répondre

Olivier tu as raison à 99% ar JE ME GARDERA

Franck Payonne
Répondre

Olivier je continu problème technique. Tu as donc raison à 99% car je me garderai une réserve sur l’ interprétation très moyenne DE Jeanne Moreau et Etienne Daho, je recomanderai plus celle de colette Magny et la merveilleuse interprétation de Marc Ogeret, ce qui est amusant c’est que deux heures avant de lire ton texte, je venais d’interpréter ce poème à LA GUITARE car j’ en ai fait moi même une version en guitare que je chante depuis plus de 15 ans! Il faut sortir couvert par ces temps de froids, comme aussi sortir de la même façon pour lutter contre le SIDA, pour l’instant cela reste le meilleur remède quoi qu ‘en dise non Pas Aristote mais « Benoît!!!! » amitié Franck Payonne

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet