Je vous écris à vous madame qui portez la burqa

C’était au magasin de sport. L’autre samedi. Je vous ai vue. Ou plutôt pas vue.
Certains vous comparent à des fantômes, mais les fantômes sont blancs. Vous, vous ressembliez plutôt à une ombre. Noire comme un cauchemar.
Vous ne portiez pas la « burqa », mais le « niqab », voile intégral, prison de tissu jeté sur votre corps. Des gants sur vos mains et un rideau en tulle devant vos yeux achevaient de vous rendre invisible aux miens.
Je vous ai regardé faire les soldes, saisir ces chaussures rouges avec de beaux crampons pour que votre mari puisse courir, shooter, plonger, tacler… Il doit être tellement séduisant quand il rit avec ses camarades sur le terrain. Il doit avoir l’air si heureux quand il joue. Fier et libre. Et vous ?…

Vous, vous êtes aux oubliettes… Voltaire raconta que le frère d’un roi subit le même châtiment que vous, enfermé toute sa vie dans un masque de fer…
Ce voile est si éloigné de notre idée de la liberté, que nous nous demandons comment réagir à cette camisole qui outrage notre culture, heurte notre sensibilité et nie nos combats.

Alors sans doute argumenterez-vous que voile intégral est une prescription religieuse. Ce n’est pas vrai. Le coran n’en fait nulle mention. La burqa est tout au plus une culture, une tradition tribale en Afghanistan et au Pakistan. Le voile intégral donne une image de l’Islam qui fait peur. Si ses promoteurs (salafistes) ne s’en inquiètent pas, c’est qu’ils ne craignent pas votre rejet. Votre relégation est une bénédiction. Ils vous expliqueront alors que vous êtes notre victime pour mieux vous cacher qui sont vos vrais geôliers. Ils chercheront à créer un réflexe de solidarité de votre famille, de vos voisins, de vos amis musulmans, afin de les détacher de la société et les radicaliser. Votre voile n’est pas une prescription religieuse, mais il est une arme politique dont se servent les extrémistes islamistes.

Peut-être me répondrez-vous que cette auto-incarcération est justement un choix politique. Celui d’une femme qui réagit à une société qui ne lui a pas donné sa place. Je voudrais vous convaincre que votre « suicide social » n’est pas le meilleur étendard d’une cause qui mériterait les meilleures avocates. En République, les meilleures armes sont celles de la citoyenneté et de la démocratie, pas celle du repli communautaire.

Peut-être nous croyez-vous divisés, doutant de nos propres convictions et donc hésitants sur la réponse à vous donner… Si tel était le cas, vous vous tromperiez lourdement. Nous divergeons sur les moyens à mettre en œuvre, mais en aucun cas sur l’objectif final.

Quelle réponse donner à cette provocation qu’est la burqa ?
La condamnation unanime en est une première. Tous les partis politiques – le fait est suffisamment rare pour être noté – condamnent avec la même fermeté une pratique qui relève de la provocation dans notre pays.

Cette réprobation peut prendre une forme solennelle, celle d’une résolution du Parlement comme l’a suggéré le Chef de l’Etat. Les socialistes n’y sont pas opposés, même si ils redoutent les effets de sens induits par le moment dans lequel intervient cette discussion, connectée à un débat sur l’identité nationale et avancée en période électorale.

Faut-il aller au delà d’une adresse solennelle et notamment recourir à la loi ?

Cette question a traversé l’ensemble des auditions de la mission d’information parlementaire sur le port du voile intégral. Ces auditions ont montré, en deça de toute question d’opportunité, combien une loi d’interdiction générale est difficile à fonder juridiquement.

Il est impossible de se baser sur la laïcité. La laïcité ne s’applique pas aux individus et ne s’impose qu’à l’Etat, ses institutions et ses services. Nous ne sommes plus dans la problématique des voiles à l’école ou dans les services publics. C’est cette fois l’espace public, c’est-à-dire la rue, qui est visé.

Il n’est pas davantage possible de s’appuyer sur la notion de dignité de la femme. Ce concept est opposable au législateur, mais en revanche ce n’est pas à la loi d’énumérer ce qui est digne et ce qui ne l’est pas.

Certains ont pensé à fonder une interdiction sur la protection due aux femmes lorsqu’il leur est fait violence.
Mais chaque fois qu’une femme invoquera son libre choix, la loi conduira, a contrario, à légitimer le port du voile intégral.

En droit, nous n’avons guère trouvé d’autre possibilité que le recours à la défense de l’ordre et la sécurité publics pour justifier d’une interdiction générale.

C’est la proposition faite par Guy Carcassonne et reprise par le président du groupe UMP. Elle a un mérite, celui de fournir un moyen de droit qui ne risque pas l’annulation par le Conseil Constitutionnel ou la Cour de justice européenne. Elle a deux défauts. Tout d’abord les fondements juridiques invoqués ne se superposent que très imparfaitement aux raisons réelles que nous avons de légiférer. Ce n’est pas l’ordre public qui motive principalement le législateur sur la burqa. Surtout, une loi sur la burqa aurait pour effet de fixer le seuil de l’inacceptable pour la République et donc – a contrario – indiquerait ce qui est tolérable. C’est le discours de Tarik Ramadan qui condamne le voile intégral pour mieux légitimer… le foulard.

Ce sont ces seules raisons madame qui nous font hésiter. Nous n’excluons rien, mais nous demandons à ce que l’on évite sur ce sujet, comme sur d’autres, toute forme de précipitation. Les lois de circonstance ne résistent jamais au temps et l’extrémisme ne disparaîtra pas avec une loi.

Nous souhaitons donc que soient d’abord mobilisés les moyens du droit positif et de la jurisprudence actuels pour interdire le voile intégral dans les services publics (écoles, transports, services de santé…). Vous aurez alors la possibilité de mesurer la détermination du pays, pas seulement celle de quelques dirigeants, mais de tout notre peuple qui vous respecte et vous réclame la réciproque.

Si rien ne devait changer, la représentation nationale pourrait de nouveau se saisir, en dehors de tout contexte électoral, pour envisager le renforcement de l’arsenal juridique. Nous n’en sommes pas là. Ne nous y conduisez pas.

Commentaires

Arnaud Picard
Répondre

Tu fixes assez bien Olivier je trouve les contours du problème … Mais, il s’agit de préciser aussitot que cette pratique est dans notre pays très minoritaire. Il faut aussi dénoncer l’amalgame que font certains députés y compris socialistes quand ils rapprochent directement burqa et hijab.(voile traditionnel)
Je déplore aussi l’hyper médiatisation de cette question, cela complique à mon avis largement une véritable lutte concrète sur le terrain pour l’émancipation de ces femmes qui portent la burqa.

Enfin, le PS doit en parallèle solennellement et fermement demander l’arrêt du débat sur l’identité nationale, qui a complètement dérapé et rend impossible tout dialogue républicain dans notre pays.

razlebol
Répondre

Toute cette agitation autour de cette question avec plein d’amalgames, en mem temp les élections qui arrivent + le débat dur l’identité nationale, ça va donner si ça continue un coktail vraiment dangereux.
Est ce vraiment le probleme numéro 1 ? combien de cas ? moi j’habite en banlieue depuis des années , et je peux vous dire qu’on en voit quasiment pas …alors oui y a des actions à mener, mais éviter le spectaculaire svp !
Au final les députés vous aidez vraiment les extremes qui vont pouvoir derrière radicaliser une partie de la population qui s’en foutait jusque là de la burqa mais qui n’en peut plus d’une france qui ne veut pas d’eux.
Et, plus personne ne parle de la crise, dans les médias elle existe plus, pour les politiques y a visiblement d’autres problems, je me demande dans quel pays on vit là ! RAZ LE BOL !

Estelle Picard
Répondre

C’est un sujet intéressant qui n’est pas facile à trancher mais pour avoir été à une assemblée de maghrébins ce soir ça prend vraiment trop d’importance pour eux ils se sentent stigmatiser t ils disent qu’à terme c’est le voile qui sera interdit.. J’ai senti une vraie exaspération , ce sujet doit être remis à sa place ..

David
Répondre

L’analyse est effectivement pertinente. Effectivement, la loi n’est peut-être pas la meilleure solution. Mais la République ne doit pas rester les bras ballants face à cette dérive.

Concernant la polémique sur le contexte : avant les régionales, c’est populiste. Après, c’est pour mieux faire passer la réforme des retraites. La gauche a une capacité certaine à esquiver les questions qui la divisent. Cette question là ne pourra pas être repoussée éternellement.

Valé
Répondre

Juste pertinent !!! bravo

Richer Granier Elsa
Répondre

Dans les poulaillers d’acajou, Les belles basses-cours à bijoux….
Et si nous cessions de focaliser sur la burka, le foulard etc…
Oui celà me gène que des personnes se cache le visage sous des voiles ou des cagoule, mais cela me gène aussi que je ne puisse me déplacer sur l’espace public sans que mon visage n’apparaisse sur des dizaines de terminaux reliés à des caméras… et dire que lorsque de retour de Berlin est je m’étais éloignée du PC parce que j’étais choquée de ce viol des libertés publiques et individuelles que représentaient ces caméras qui ne pullulaient pas encore ici.
La Burka n’est pas l’excision.. sachons relativiser. La burka comme le maquillage, les talons aiguilles, les jupe étroites entravant le déplacement ne me gène que si elle est imposée à la femme. Soyons clair elle est le plus souvent une revendication, quelquefois une mode parfois même (je pense que c’est minoritaire) une simple opportunité de passer à la télé (j’ai entendu un jour une jeune fille raconter dans le métro comment elle comptait réussir son pari de passer à l’antenne en allant voilée au collège !!!
alors le voile… une punk attitude ?

Richer Granier Elsa
Répondre

désolée pour les fautes je suis dyslexique et dysorthographique

Alain Fontaine
Répondre

Cher Olivier, je dois te dire, que j’apprécie comme toujours ton billet. Pour commencer, en réponse à ceux qui disent ne pas en voir ou en voir peu, je dois dire que moi qui suis à Marne la Vallée depuis bientôt 10 ans j’ai noté une lente progression de femmes voilées, que ce soit peu ou beaucoup voilées, notamment à la sortie de l’école primaire de mes enfants. Les premières femmes portant une burqa ou un niqab, je ne les ai vues qu’il y a deux ans au maximum, et à chaque fois cela provoque un choc chez moi, car je me sens rejeté par ce rempart de tissus intégral.
Ce que je note particulièrement dans ton billet, c’est la référence à Tarik Ramadan et sa condamnation du voile intégral pour mieux légitimer le foulard. C’est une réflexion que je me suis souvent faite, à chaque fois que je vois une femme en burqa ou niqab, ou encore entièrement vêtue de noir avec seulement l’ovale du visage visible (hier encore chez Tang Frère). A chaque fois je me dis, finalement en comparaison, un simple foulard, ce n’est pas si mal, et je me demande alors si ce n’est pas là le but de ces apparitions de plus en plus fréquentes de ces ombres, comme tu les appelles.

Estelle Picard
Répondre

Ce débat m’agace au plus haut point, il y a trop d’arrières pensée et franchement on n’est pas dans le bon timing. L’émancipation des femmes musulmanes est en nette avancée..

Thierry
Répondre

A lire certains commentaires, j’ai envie de dire qu’il ne faut pas se tromper de débat.
En effet, le sort de la femme est toujours un prétexte politique. Alors, oui la Burka, le hijab, le voile, c’est moins définitif et cruel que l’excision mais cela relève de la même logique.
Et la question principale est bien celle de l’intégration d’une population musulmane dans notre société laïque. Ne laissons pas s’installer une situation qui pourrait dégénérer sous prétexte d’une paranoïa de l’amalgame ou d’une manipulation de la droite.
Il ne faut pas transiger avec nos principes et nos libertés et accepter l’inacceptable sous prétexte d’une fausse tolérance.
Pour Estelle : je travaille avec de jeunes femmes musulmanes qui semblent à première vue s’intégrer mieux que les garçons; en réalité, que de difficultés, que de faux-semblants voire de masques invisibles. L’émancipation des femmes n’est jamais acquise …

Thierry
Répondre

Complément :
Pour ceux qui pensent que le cas de la Burka est ultra minoritaire, sortez dans les centres commerciaux ou les marchés de banlieue, sortez … et vous verrez.

sandra
Répondre

@thierry , faut arretez de faire peur avec la burqa , moins de 1500 voir moins de 1000….

De + , arrêtons les amalgames confondre burqa et voile traditionnel, c’est insupportable.

Rappelons enfin, les paroles sages du président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, Yves Repiquet, «le port du voile intégral choque nombre d’entre nous. Cependant, tout ce qui choque ne doit pas nécessairement être interdit, et l’interdiction n’est pas nécessairement la meilleure des solutions contre le fondamentalisme»

Thierry
Répondre

@Sandra
Qui peut compter ce genre de choses ? Alors, je ne débattrai pas sur la quantité. Pour moi, il faut être clair (et non brutal) dans les signes transmis à nos concitoyens de confession musulmane : les valeurs de la République ne se transigent pas, la religion est affaire de croyance privée et non de revendication publique. L’acceptation de cas, fussent ils minoritaires, de burqa est un signe d’abandon, de laissez-faire, le signal que la femme est soumise à la tradition.
Vous savez un peu comme les enfants qui cherchent toujours à repousser les limites de leur parents …
Pour le voile traditionnel, s’il est effectivement plus politiquement correct, c’est un 1er degré …
Sandra, je veux que mes enfants vivent dans un monde ou les individus existent et donc sont visibles, se cotoient librement, se regardent dans les yeux et échangent des sourires

sandra
Répondre

@thierry

vos paroles sont pleines d’utopie, et l’utopie s’avère souvent dangereuse quand elle veut effacer les différences et les singularités au nom d’un principe universel, ou d’une laicité appauvrie.

Vos propos en tout cas me donnent pas envie de vous sourire , car je n’aime pas votre définition de la laicité,(et toujours l’amalgame voile burqa) la laicité c’est pour moi avant tout le respect !… de toutes les croyances et aussi des non croyances !

Je connais moi de nombreuses femmes qui portent le voile traditionnel + par habitude et de par leur culture, elles n’ont vraiment pas besoin de vos cours de laicité ; elles sont surement dans leur tête + libres que ceux qui les stigmatisent !

J’ajoute que bien évidemment, il faut lutter contre la burqa mais avant tout pour ce qu’elle inflige aux femmes, très peu à voir avec la religion ; Et ça, ça se fait au quotidien au contact de ces femmes , de ces populations et non dans des beaux discours devant son pc ou dans des beaux salons parisiens !

De plus, c’est bizarre comme sur ces sujets nous parlons toujours des musulmans, et non des croix et des soutanes chrétiennes, ou de la kippa juive.

SANDRA
Répondre

@thierry
on peut être féministe , laique , musulmane et porter le voile traditionnel.

David
Répondre

Que sommes-nous prêts à tolérer ? Jusqu’où allons-nous pousser le relativisme ? Le fameux « c’est leur liberté, ils ont le droit, on a le droit, on fait ce qu’on veut ». Non, on ne fait pas ce qu’on veut, il y a des codes, des règles, une République laïque à respecter et je considère le voile intégral comme une provocation.

En dehors de toute connexion avec le débat sur l’identité nationale que je trouve quelque peu inutile, il est important de signifier que le voile intégral n’a pas sa place en France. Ce n’est à mon sens pas faire offense à une communauté religieuse que de dire cela. C’est tout simplement dire à tous, qu’en France, on doit pouvoir voir le visage de l’autre.

Par ailleurs, la soutanes ou la kippa ne dissimulent aucunement le visage d’une personne…remarque totalement hors sujet à mon sens.

sandra
Répondre

Toujours le même almagame voile / burqa …. décidément ça n’arrête pas.

David
Répondre

A aucun moment je ne parle de voile mais de voile intégral. Le voile n’a rien de foncièrement choquant, c’est le voile intégral qui pose un problème.

Amandine Janiaud
Répondre

Bah apparemment le voile pose problème à certains puisque plusieurs dirigeants socialistes ont dit qu’ils n’accepteraient pas sur leur liste une femme voilée, comme le fait le NPA. Ca m’intrigue un peu quand même…il serait bon de savoir ce qu’en pensent les militants…

Estelle Picard
Répondre

Pourquoi cette femme voilée ne pourrait pas se présenter à des élections Amandine?

Arnaud Picard
Répondre

J’avoue ne pas comprendre la réaction de martine aubry par exemple…

Amandine Janiaud
Répondre

Bah ce sont les dirigeants socialistes qui disent ca et ont réagi de manière épidermique. Moi ce qui me gene surtout c’est que Besancenot se serve de cette fille pour en faire un étendard.

Estelle Picard
Répondre

Il veut faire un couo de pub et le ps ne doit pas tomber dans le panneau cette candidature ne vaut pas une polémique.

Thierry
Répondre

Sandra,
Merci pour le cours de laïcité.
Pour ce qui est de l’utopie rassurez-vous ce n’est qu’une direction, un horizon inatteignable …
Les femmes qui s’habillent selon leur choix, avec un foulard, ou pas, pour leur confort ou leur apparence ou selon leur envie du moment ne me dérangent aucunement. D’ailleurs elles peuvent sourire, ou pas, à qui leur plait.
Pour ma part, les soutanes, kippa et autres artifices religieux me dérangent, car il s’agit toujours d’une revendication de la primauté de Dieu et donc d’une intolérance ontologique.
Vous n’aimez pas ma laïcité, très bien, c’est votre droit. Moi je trouve la vôtre suspecte : cette belle tolérance prête à laisser s’exprimer cette réaction contre la modernité ne serait-elle pas celle de Tariq Ramadan ?
Comment ne pas voir que la question du voile ne ressurgit aujourd’hui et dans le monde entier que sous l’action d’un activisme islamiste ?
Alors ne vous voilez pas la face ou plutôt tombez le voile et vous verrez que la liberté est une exigence qui ne s’apprend pas dans la soumission à la volonté divine.

sandra
Répondre

@ thierry,

assimiler la question du voile au seul « activisme islamiste », c’est à la fois faux , irresponsable et scandaleux.
Il faudra un jour comprendre que le port du voile révèle des situations bien différents, certaines le portent par habitude ( culturelle ou religieuse) d’autres effectivement par croyance religieuse comme d’autres portent la croix chrétienne. Il faut cesser ce genre d’amalgames thierrey qui créent des tensions fortes dans notre société.

Le problème avec vous, c’est que vous faites, de cette si belle idée , essentielle aujourd’hui de la laicité, une espèce de nouvelle religion laique. Vous confondez dès lors, laicité et athéisme. Moi même je suis athée mais je ne supporte pas cet athéisme d’état que pronent certains et dont vous vous faites l’écho.

Quand je lis que vous travaillez avec des femmes musulmanes, j’espère que vous avez un discours moins militant dans le cadre de votre travail.

Et oui je n’aime pas votre vision de la laicité, et s’il vous plait , ne nous faites pas le coup de toujours ramener Tariq Ramadan pour tenter de disqualifier les personnes qui contestent votre sainte parole !

Thierry
Répondre

@Sandra,
Me revoilà avec ma sainte parole à contester la vôtre toute aussi sainte, mais qui semble s’arranger du sort fait aux femmes.
Les tensions fortes que vous redoutez me font moins peur aujourd’hui que celles que nous aurons demain à force de repousser le débat.
Pour ce qui est du travail, rassurez-vous, au nom du respect de la diversité, plus rien ne peut être dit et le moindre regard, la moindre parole aimable, comme le moindre reproche professionnel est tout de suite interprété comme un manque de respect, nous entrons dans une société du faux semblant, du non dit, de la frustration permanente. Moi qui découvre depuis 3 ans seulement ce que peut générer l’arrivée de 4 ou 5 jeunes femmes dites de la seconde génération (mêmes pas voilées en tout cas pas au travail) dans un groupe social. Les relations de travail sont en train de pourrir de par l’irruption insidieuse du religieux.
Finalement, vous avez certainement raison … et ce que femme veut, Dieu le veut. Il faut laisser faire et laisser entrer ce monstre dans nos vies au nom des habitudes culturelles des unes et des autres. Il faudra aussi se débarrasser de ces anomalies historiques que sont les hommes de plus de 50 ans qui avaient cru en l’avènement des femmes libres et indépendantes, vous savez ceux qui ont une vision de la laïcité qui ne vous plait pas, mais qui se sont battus tous les jours depuis 35 ans dans leur milieu professionnel et associatif pour que les femmes soient les égales des hommes, ni plus, ni moins.

Estelle Picard
Répondre

Je travaille danss les foyers migrants et le combat dont vous parlez je le connais. Pour ma part je trouve qu’il faut toujours faire attention lorsqu’on tient des discours trop idéologiques de part et d’autres parfois on nuit plus la cause que l’on sert qu’autre chose. et croire qu’il faut toujours des lois pour tout et que ça reglent tout ..

Estelle Picard
Répondre

Je travaille danss les foyers migrants et le combat dont vous parlez je le connais. Pour ma part je trouve qu’il faut toujours faire attention lorsqu’on tient des discours trop idéologiques de part et d’autres parfois on nuit plus la cause que l’on sert qu’autre chose. et croire qu’il faut toujours des lois pour tout et que ça regle tout ..

Thierry
Répondre

@Estelle
Mais je n’attends aucune loi sur le sujet ; les lois de circonstances ne servent pas à grand chose. Je me borne à revendiquer que la tolérance à l’intolérance, ce n’est pas de la tolérance, c’est de la naïveté ou de la faiblesse. De plus, je n’arrive pas à concevoir que l’horizon des femmes se borne à la soumission fusse t’elle religieuse. J’aime avant tout voir les êtres que je croise, pouvoir échanger un regard ou un sourire (librement consenti), découvrir d’autres univers ; vivre pour moi c’est faire de petites ou de grandes rencontres de toute nature à tout moment de l’existence. Etre vu, c’est déjà exister. Le voile, c’est presque un mur, une indifférence.

Lefrance
Répondre

Sur BFM TV ce soir, vous vous contredisez M Faure !

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet