Soutenir ma campagne

Elections législatives des 11 et 18 juin 2017

Il y a plusieurs façons de participer à ma campagne. Participer à son financement, c’est me donner les moyens de diffuser plus largement notre message et de le faire partager au plus grand nombre. Merci à chacune et à chacun. Pour moi, il n’y a pas de victoire individuelle, il y a une histoire que j’écris chaque jour avec vous.

 

 

 

Le reçu fiscal que vous recevrez en retour vous permettra de déduire 66% de cette somme du montant à payer de votre impôt dans les limites autorisées par la loi (soit 20% maximum de votre revenu imposable).

Nom : ___________________________________________________________

Prénom : __________________________________________________________

Adresse : ___________________________________________________________

CP / Commune : _____________________________________________________

Tél. : _________________________________________

Courriel : _________________________________________________

Je contribue financièrement à la campagne d’Olivier FAURE en versant ci-joint la somme de :

10 € 20 € 50 € 100 € Autre montant : __________

Merci de libeller votre chèque à l’ordre de :

Pierre WYLLEMAN

Mandataire financier d’Olivier FAURE

BP N°50

77176 SAVIGNY-LE-TEMPLE

 

Conformément à l’article L.52-9 du Code Electoral, le mandataire financier est la seule personne habilitée à recueillir des dons en faveur du candidat dans les limites précisées à l’article L.52-8 du Code Electoral reproduit ci-dessous : « Les dons consentis par une personne physique dûment identifiée pour le financement de la campagne d’un ou plusieurs candidats lors des mêmes élections ne peuvent excéder 4 600 euros. Les personnes morales, à l’exception des partis ou groupements politiques, ne peuvent participer au financement de la campagne électorale d’un candidat, ni en lui consentant des dons sous quelque forme que ce soit, ni en lui fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués. Tout don de plus de 150 euros consenti à un candidat en vue de sa campagne doit être versé par chèque, virement, prélèvement automatique ou carte bancaire. Le montant global des dons en espèces faits au candidat ne peut excéder 20 % du montant des dépenses autorisées lorsque ce montant est égal ou supérieur à 15 000 euros en application de l’article L. 52-11. Aucun candidat ne peut recevoir, directement ou indirectement, pour quelque dépense que ce soit, des contributions ou aides matérielles d’un Etat étranger ou d’une personne morale de droit étranger. Par dérogation au premier alinéa de l’article L. 52-1, les candidats ou les listes de candidats peuvent recourir à la publicité par voie de presse pour solliciter les dons autorisés par le présent article. La publicité ne peut contenir d’autres mentions que celles propres à permettre le versement du don. Les montants prévus au présent article sont actualisés tous les ans par décret. Ils évoluent comme l’indice des prix à la consommation des ménages, hors tabac ».

La réponse de Chantal Brunel… la faillite morale et électorale de l’UMP

Chantal Brunel a répondu, avant le premier tour des élections cantonales, à mon courrier qui faisait suite à ses propos sur les réfugiés d’Afrique du Nord qu’il fallait renvoyer sur leurs bateaux. Je lui demandais de sortir de toute ambigüité vis-à-vis de l’extrême-droite et de préciser ce que serait son choix dans l’hypothèse d’un second tour opposant le FN à la gauche. L’hypothèse n’avait rien de farfelue, et elle s’est hélas vérifiée. Dans la circonscription qui l’a élue, le cas se présente hélas dans deux cantons. A Torcy, Gérard Eude (PS) et à Champs-sur-Marne, Maud Tallet (PCF) affrontent au second tour monsieur et madame Staelens (FN).

Que me répond Chantal Brunel ? « En aucun cas je n’appellerai à voter pour un candidat FN. Tous mes efforts se portent pour que, dans ma circonscription, le candidat soutenu par l’UMP arrive 1er ou 2ème ».

En d’autres mots, elle anticipait la ligne de Jean-François Copé « ni FN, ni gauche ». Cette façon de renvoyer dos à dos l’opposition et l’extrême droite est une rupture avec les usages républicains. Il s’agit ni plus ni moins que d’une nouvelle étape dans la banalisation de l’extrême-droite en France. Le message qu’ils adressent à leurs électeurs est destructeur : le PS et le FN sont deux adversaires équivalents. En préconisant la liberté de vote, ils prennent la responsabilité de faire élire des élus du FN.

Du discours de Grenoble aux déclarations de Claude Guéant et Chantal Brunel, en passant par l’organisation d’un débat sur l’Islam qui fait suite au calamiteux débat sur l’identité nationale, l’UMP n’a cessé de légitimer les thèses entretenues par l’extrême droite.

C’est encore ce que fait Madame Brunel dans sa réponse lorsqu’elle reprend les « dadas » de l’extrême-droite en fustigeant les « baptêmes républicains » (confusion avec les parrainages républicains organisés par RESF pour les enfants scolarisés menacés d’expulsion).

L’immigration est devenue un sujet d’inquiétude pour nombre de nos concitoyens. Cela ne justifie en aucun cas le populisme. Nul ne conteste qu’il faille établir des règles. Cela doit se faire dans la transparence, le respect du droit des migrants et avec humanité. C’est ce qu’ont défendu les députés socialistes au cours du récent débat sur le projet de loi immigration. Madame Brunel ne s’interrogerait plus sur la nature des « mesures préconisées par le PS pour lutter contre l’immigration illégale » si elle avait honoré l’hémicycle de sa présence… Mais peut-on courir les plateaux en faisant assaut de démagogie et travailler sérieusement dans le même temps au Parlement ?

Le résultat de cette course-poursuite avec l’extrême droite est connu depuis dimanche. Le parti de madame Le Pen enregistre sur tout le territoire un score record pour des élections cantonales. Dans le propre département du secrétaire général de l’UMP, notre Seine et Marne, c’est le FN qui est arrivé en seconde position derrière le PS (PS 23,10% FN 21,64% UMP 21,56%).

A se compromettre, on ne gagne rien. Il serait temps pour l’UMP de le comprendre.

Le 20 mars c’est le tour de Julie !

En juin 2007, à Champs sur Marne et Emerainville, vous m’avez accordé une majorité de suffrages. Aujourd’hui je vous demande de soutenir la candidature de Julie Gobert pour les élections cantonales.

Julie est urbaniste, elle connait ce canton comme sa poche. Elle y a grandi. Elle y a ses amis. Ses parents. Julie est une jeune femme opiniatre, volontaire, travailleuse. Elle sait s’engager. Elle ne fait rien à moitié. Si vous lui accordez votre confiance, vous aurez l’assurance de pouvoir compter sur une élue de terrain qui défendra quotidiennement les intérêts de notre département et de notre canton.

La politique a besoin de se renouveler. Elle a besoin de nouvelles personnalités qui apportent leur regard et leur énergie. Les assemblées comportent trop d’élus blasés pour lesquels tout a déjà été tenté ou réalisé. Nous avons besoin de faire entrer de nouvelles compétences, d’ouvrir les portes et fenêtres, de faire entrer un vent d’air frais. Julie est tout cela.

Il ne reste que quelques heures pour convaincre vos amis, voisins, parents d’aller voter dimanche prochain. Aidez nous à convaincre. Chaque scrutin est important. Je ne vous ferai pas le couplet sur tous ces peuples qui se battent au péril de leur vie pour justement obtenir ce droit de choisir par leur bulletin leur avenir, mais quand même…

Vous n’avez pas entendu parler des cantonales? Normal… Le gouvernement a oublié  les habituelles campagnes civiques d’appel au vote. Pourquoi? Parce qu’il pressent que pour ce dernier scrutin avant 2012, les Français ne sont pas disposés à lui accorder leurs encouragements. Les candidats de l’UMP ont rangé leur casaque et remisé les photos avec Nicolas Sarkozy.

Julie a mené une campagne tambour battant. Elle a accumulé les échanges en porte à porte, distribué devant les boulangeries, les RER… Elle est prête.

A nous de jouer maintenant.

Tout ça pour ça ?..

L’ampleur du score de la gauche (54,1%), l’écart avec celui de l’UMP (18,7 points) , donnent aux résultats des élections régionales une dimension nationale qu’aucun observateur de bonne foi ne peut contester.

Les Français qui ne sont pas venus voter (48,9%) ont fait part de leur désarroi et ceux qui sont venus, de leur désaccord avec la politique conduite par le gouvernement. C’est à peine un votant sur 3 qui a choisi le parti du président !

Quelle réponse a-t-il été apporté?

  • Hier soir un remaniement présenté comme une ouverture… aux Villepinistes et aux Chiraquiens !
  • Cet Après-midi, Au delà des mots et de la reconnaissance formelle de la défaite, le Premier Ministre est demeuré dans le déni de réalité. toutes les orientations, tous les projets ont été maintenus à l’exception de l’abandon de la « taxe carbone ».

Aujourd’hui ce sont 800 000 personnes qui ont défilé dans les rues pour exprimer leur exigence de justice sociale. Jusqu’à quand le pouvoir demeurera sourd à ce qu’exprime le pays?

Ce qu’attendent les Français c’est une réorientation complète des politiques conduites. Il y a deux sujets majeurs sur lesquels nous souhaiterions notamment entendre François Fillon :

  • Sa politique en faveur de l’emploi, et en faveur de ceux qui, l’ayant perdu se retrouvent en fin de droit et s’exposent à la pauvreté.
  • Sa politique fiscale au moment où les déficits se creusent et où les moyens de répondre à la crise se réduisent. Est-il possible de maintenir le paquet fiscal adopté en juillet 2007? Est-il acceptable de maintenir 70 milliards de niches fiscales qui permettent aux plus fortunés et au mieux informés d’échapper à l’impôt?

Ce n’est pas au groupe UMP qu’il faut répondre, Monsieur le Premier Ministre, mais aux Français…

Dimanche, on compte sur vous !

Voilà la campagne s’achève. Jusqu’au bout, nous sommes allés à votre rencontre (notamment avec Florence Bret-Mehinto – sur la photo – qui était avant le remodelage des listes de second tour, notre candidate campésienne ).

Avant le premier tour, nous savions que l’abstention serait massive (j’y reviendrai dans un prochain post). Nous avons souvent rencontré une indifférence polie.

Ces dernières heures, vous étiez plus nombreux à prendre les tracts que nous vous tendions, à entamer la conversation, à afficher un sourire de connivence, à nous dire « à dimanche ! » Nous nous sommes pris à espérer, plus que la victoire, une participation accrue qui donne davantage de force à ce vote.

Dimanche on compte sur vous pour une région solidaire qui dans les limites de ses compétences, puisse être un amortisseur de crise, un bouclier social. on compte sur vous pour une région qui valorise ses talents, ses entreprises, sa diversité, mise sur la technologie, la recherche, l’innovation pour créer les emplois de demain et réponde à la concurrence internationale par la performance plutôt que par la précarisation des salariés.

Dimanche on compte sur vous pour dire oui à une majorité de gauche, dans laquelle le rassemblement ne signifie pas l’uniformité et, réciproquement, dans laquelle les différences ne conduisent pas à la division. Du dialogue entre roses, rouges et verts est né un projet qui comprend notamment la tarification unique pour le pass Navigo. Saisissons cette chance.

Dimanche on compte sur vous pour une victoire large qui pèse aussi sur les choix nationaux. Cette élection est bien entendu une élection locale, mais le résultat pèsera forcément sur le rythme et la nature des réformes.

A dimanche !

La femme d’honneur et le cynique

Ce n’est pas possible. Je n’y crois pas. Non, il n’a pas pu récidiver… Pincez-moi, réveillez-moi ! Dîtes-moi qu’il n’a pas pu recommencer ça.

Après avoir tenté d’instrumentaliser le thème de l’identité nationale, voilà que le président ressort celui de l’insécurité pour arracher des réflexes pavloviens aux électeurs de droite. Et voilà qu’à Dammarie-les-lys, flanqué de Chantal Brunel, Nicolas Sarkozy nous promet une nouvelle nouvelle nouvelle loi…

Cette annonce appelle trois remarques rapides de ma part :

  • Le chef de l’Etat a une image très méprisante des électeurs de droite : légèrement racistes et sécuritaires jusqu’à l’obsession…
  • A force de créer une peine automatique après chaque fait divers, la justice pourra bientôt se passer de juges. Il suffira d’un distributeur.
  • Les services de l’Elysée sont mieux renseignés que ceux de Matignon. Au moins Sarkozy ne confond pas comme Fillon les policiers morts et vivants.

Ce dérapage du Premier Ministre hier soir illustre le cynisme avec lequel les dirigeants du pays se sont emparés de l’émotion publique pour chercher un petit et indécent profit électoral.

Si j’étais électeur de droite, je n’aurais décidément pas trouvé de bonnes raisons de soutenir mon camp dimanche prochain.

Mais je ne voudrais pas terminer ce billet aujourd’hui sans vous dire qu’à l’inverse, l’électeur de gauche que je suis, aurait volontiers voté pour l’accession d’une femme de droite sous la prestigieuse coupole de l’Académie française.

Simone Veil, rescapée des camps d’extermination, vient d’accéder au rang d' »immortelle« . Douce revanche. Rentrée d’Auschwitz-Birkenau où elle a perdu sa mère, chacun aurait compris qu’elle bascule dans le cynisme après avoir perdu toute illusion sur la nature humaine. Elle aurait pu se réfugier dans la haine, elle a choisi au contraire le pardon et la réconciliation. Elle a consacré sa vie publique à la défense de la construction européenne et du couple franco-allemand.

Ce 18 novembre, elle était l’honneur de la droite.

vers une tarification unique des transports publics

La négociation avec les Verts et le Front de Gauche a débouché sur un accord concernant les transports publics. Que dit-il? Que la future majorité au conseil régional, si les urnes confirment l’élan à gauche du 1er tour, se donnent deux ans pour aboutir à une tarification unique des transports publics. D’après les projections qui sont faites, le pass Navigo mensuel passerait ainsi à 65 euros pour tous les franciliens. Nous aurons là une application d’un principe de solidarité entre les populations de l’Ile de France. Il n’est pas juste que celles et ceux qui ont été contraints de se loger en première ou en deuxième couronne, qui sont ceux qui ont les temps de transports les plus longs, soient aussi ceux qui paient le plus cher le droit de se déplacer. Les parisiens paieront 8,4 euros de plus, mais les habitants du Val Maubuée paieront entre 26,7 et 44,9 euros de moins selon qu’ils habitent dans la zone 4 ou 5 du RER. Le surcoût estimé est d’environ 600 millions par an, ce qui n’est pas rien, mais nous sommes loin de ce que proposent Copé et Jégo avec leurs forfaits à 30 ou 45 euros…

Certaines associations d’usagers voient dans cette tarification unique une incitation à habiter loin, à dénaturer nos campagnes avec de nouveaux projets immobiliers et au bout du compte à augmenter les circulations automobiles. L’angoisse exprimée n’est pas absurde. Mais elle donne un poids déterminant au prix du transport dans les arbitrages des particuliers lorsqu’ils hésitent sur leur lieu de résidence. La vérité est hélas plus triviale, c’est le prix des logements qui pousse à l’exode.

Félicitons-nous plutôt de voir ce projet avancer. Enfin.

Liste d’union pour le second tour dans le 77

A l’issue des négociations entre les différents partenaires, la liste déposée pour le second tour en Seine et Marne est la suivante :

Jean-Marc Brulé (EE) Europe Ecologie
Marie Richard (PS)
Jean-Paul Planchou (PS)
Geneviève Wortham(PS)
Jean-François Pélissier (FG) Front de Gauche
Lilianne Pays (EE)
Eduardo Cypel (PS)
Brigitte Eude (PS)
François Kalfon (PS)
Fatna Lazreg (EE)
Philippe Sainsard (PS)
Julie Nouvion (EE)
Philippe Camo (FG)
Josette Mollet-lidy (PRG) Parti Radical de Gauche
Thibault Guillemet (EE)
Roseline Sarkissian (PS)
Pascal Marotte (PS)
Laeticia Martig (PS)
Eric Ferrand (MRC) Mouvement Républicain et Citoyen (Jean-Pierre Chevènement)
Nathalie Tortrat (EE)
Richard Taillefer (PS)
Catherine Jouanneau (FG)
Dimitri Bandini (MUP) mouvement unitaire progressiste (Robert Hue)

Flagrant déni

Dimanche soir un ministre, visiblement agacé, a vendu la mèche. En sortant de l’Elysée, il a livré « off the record » aux journalistes présents les argumentaires qu’il était prié de réciter sur toutes les antennes.  Ainsi dès 19 heures, les estimations des instituts de sondages n’étaient pas encore connues du grand public, mais les radios délivraient déjà les « éléments de langage » de l’UMP transformant une bérézina en quasi-victoire… A 20 heures personne ne fût donc surpris par le discours délivré par les porte-paroles de la droite.

L’air est connu. Il a été chanté par bien des perdants. Mais à ce point… Quel est le résultat observable de ce premier tour de scrutin : une majorité rose rouge verte qui se dessine dans l’ensemble des régions, l’UMP et le nouveau centre qui représentent à peine le quart des Français, le Front National qui enraye son recul historique et même retrouve des scores très inquiétants en PACA et dans le Nord-Pas de Calais, une abstention massive qui touche d’abord les électeurs du président. Dit autrement, la politique d’ouverture a fait long feu, la stratégie du parti unique de la droite a échoué, le siphonage des électeurs du FN s’est au minimum interrompu après un catastrophique débat sur l’identité nationale, la déception est immense parmi les électeurs du sarkozysme, notamment dans les classes populaires qui avaient été séduites par le slogan « travailler plus pour gagner plus« .

Ce matin en écoutant Xavier Bertrand sur France Inter débiter pour la neuf cent quatre vingt dix neuvième fois les mêmes fiches préparées par le bon Dr Guéant, je ne savais plus si je devais rire ou pleurer. A se demander si le secrétaire général de l’UMP n’a pas été secrètement appointé par Martine Aubry pour assurer l’abstention massive des électeurs de droite au second tour. Même le Figaro de ce matin aborde sans fard les enseignements du 1er tour « c’est dans l’Est et les départements qui avaient le plus voté Sarkozy en 2007 que les électeurs ont davantage boudé les urnes. » Citant Jérome Fourquet de l’IFOP le journaliste souligne que  » le parti de Jean-Marie Le Pen regagne du terrain en dépit de l’abstention et non à cause de l’abstention. » Plus loin, sous la plume de Sophie Huet on découvre la sociologie du vote d’après une enquête Opinion way qui fait apparaître que même chez les plus de 60 ans, seuls 38% ont voté UMP contre 65% au second tour de la présidentielle de 2007. On ne saurait dire ni mieux ni davantage.

A nier le message adressé par les Français et singulièrement par une part des électeurs de droite, les stratèges de l’UMP s’exposent à ce qu’il leur soit répété avec plus de force encore dimanche prochain.

Comme je ne peux imaginer que les dirigeants de l’UMP soient totalement « manchots » – ils l’ont prouvé par le passé – je me rabats sur une explication psychologique dont je vous laisse apprécier la pertinence.

Le déni de réalité est en psychologie « un des multiples mécanismes de défense dont le moi dispose pour se préserver de l’angoisse. Son fonctionnement consiste à nier la réalité perçue. Lorsque ce mécanisme est utilisé par le sujet, celui-ci transforme inconsciemment la signification des faits qu’il perçoit, car ses perceptions sont cause d’angoisses. La réalité perçue est niée et à elle se substitue un monde imaginaire, plus confortable. Nous le retrouvons aussi dans la schizophrénie, dans laquelle le sujet vit dans un monde imaginaire, où il peut satisfaire, par exemple, son désir de toute puissance. »

No comment…

Résultats Ile de France, Seine et Marne, Champs sur Marne

Résultats 1er tour élections régionales en Ile de France
Nombre       Inscrits %     Votants %
Inscrits                6 764 464
Abstentions        3 795 226        56,11
Votants                2 969 238      43,89
Blancs ou nuls    80 016               1,18                 2,69
Exprimés             2 889 222       42,72               97,31

Liste conduite par                                               Voix          %
Mme Valérie Pécresse (UMP-NC)               802 096    27,76
M. Jean-Pierre Mercier (LO)                           18 286    0,63
Mme Marie-Christine Arnautu (FN)           268 313    9,29
Mme Cécile Duflot (Europe Ecologie)        479 039    16,58
M. Alain Dolium (MoDem)                            114 984    3,98
M. Jean-Marc Governatori (ECO)                 40 371    1,40
M. Pierre Laurent (FG)                                   189 187    6,55
M. Axel de Boer (DVD)                                    24 686    0,85
M. Jean-Paul Huchon (PS)                           729 861    25,26
M. Nicolas Dupont-Aignan (DLR)                119 835    4,15
M. Olivier Besancenot (NPA)                         90 322    3,13
M. Almamy Kanoute (DIV)                              12 242    0,42

Résultats en Seine-et-Marne

Nombre          % Inscrits          % Votants
Inscrits                   812 494
Abstentions            475 850            58,57
Votants                   336 644             41,43
Blancs ou nuls           10 471              1,29                    3,11
Exprimés                 326 173            40,14                 96,89

Liste conduite par Voix        %
Mme Valérie Pécresse (UMP-NC)              85 900    26,34
M. Jean-Pierre Mercier (LO)                          2 592    0,79
Mme Marie-Christine Arnautu (FN)          43 384    13,30
Cécile Duflot (Europe Ecologie)                  46 922    14,39
M. Alain Dolium (MoDem)                           12 859    3,94
M. Jean-Marc Governatori (ECO)                  5 781    1,77
M. Pierre Laurent (FG)                                   16 681    5,11
M. Axel de Boer (DVD)                                    2 022    0,62
M. Jean-Paul Huchon (PS)                           82 829    25,39
M. Nicolas Dupont-Aignan (DLR)               13 570    4,16
M. Olivier Besancenot (NPA)                        12 422    3,81
M. Almamy Kanoute (DIV)                               1 211    0,37

Résultats Champs Sur Marne
Nombre              % Inscrits
Inscrits                             13 916
Abstentions                                                     61,6
Votants                              5 345                    38,4
Exprimés                          5 224                    37,5

Liste conduite par                                              Voix                     %
Mme Valérie Pécresse (UMP-NC)                 1003                   19,2
M. Jean-Pierre Mercier (LO)                              34                     0,7
Mme Marie-Christine Arnautu (FN)               492                    9,4
Mme Cécile Duflot (Europe Ecologie)             943                  18,1
M. Alain Dolium (MoDem)                                231                    4,4
M. Jean-Marc Governatori (ECO)                     84                     1,6
M. Pierre Laurent (FG)                                       510                    9,8
M. Axel de Boer (DVD)                                          31                    0,6
M. Jean-Paul Huchon (PS)                               1456                  27,9
M. Nicolas Dupont-Aignan (DLR)                     194                   3,7
M. Olivier Besancenot (NPA)                              216                   4,1
M. Almamy Kanoute (DIV)                                   30                   0,6