Jean-François Copé fait voter une amnistie préalable pour les députés fraudeurs

Les esprits sont à la préparation des fêtes de fin d’année. Le pays est sous la neige, c’est le moment choisi par Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP et de Christian Jacob, président du groupe UMP pour déposer trois amendements aux textes sur la transparence financière.

La commission des lois avait pourtant trouvé une rédaction consensuelle créant une incrimination pénale pour les députés qui omettraient « sciemment » de déclarer une « part substantielle » de leur patrimoine. C’est précisément cette incrimination que messieurs Copé et Jacob ont proposé de supprimer, quitte à laisser impunis les fraudeurs intentionnels.

A 22h35 lundi soir, après une discussion houleuse dans l’hémicycle, le groupe UMP demande par la voie de son président une suspension de séance. Pendant quarante minute la quarantaine d’élus UMP présents se retire et débat de la possibilité de passer en force sur un sujet aussi sensible.

Salon Delacroix les socialistes croisent les centristes qui, pour une fois, ne s’alignent pas contrits, sur la position dictée par leur encombrant allié.

23H10, la séance reprend par une explication confuse de Christian Jacob qui annonce le retrait de l’amendement auquel il est substitué un nouvel amendement 38 qui maintient une incrimination pénale, mais supprime toute peine d’emprisonnement.

Jean-Yves Le Bouillonnec (PS Val de Marne) brandit un code pénal en rappelant que le vol simple est passible de 3 ans de prison, l’escroquerie de 5 ans, rien n’ébranle plus le carré UMP. Maxime Gremetz (PCF Somme) s’égosille en vain en dénonçant un système « deux poids, deux mesures ».

Le président du groupe Nouveau Centre tente une dernière médiation en demandant à ses partenaires politiques d’en revenir au texte initial de la commission qui vise des parlementaires ayant dissimulé « sciemment » une part de leur patrimoine.

Jean-Luc Warsmann, président UMP de la Commission des Lois, qui s’était jusqu’ici opposé courageusement à l’amendement Copé-Jacob met un terme à la discussion en annonçant son ralliement à l’amendement 38.

Le scrutin est annoncé dans le palais. Sans surprise les élus UMP adoptent cette disposition qui crée un régime dérogatoire pour les élus et revient à les amnistier de toute peine de prison, pour violation délibérée d’une loi qu’ils votent. La « République irréprochable » de Nicolas Sarkozy s’éloigne chaque jour davantage.

Rue Myrha. Les défis de la laïcité au quotidien.

L’extrême droite ose tout, c’est même à ça qu’on la reconnaît. Jean-Marie Le Pen s’était annexé Jeanne d’Arc, sa fille voudrait incarner la nouvelle figure de Marianne. Le Front National serait désormais le meilleur défenseur de la République. Après avoir été le parti le plus anti-laïque de France, il annonce que sa prochaine croisade présidentielle aura pour étendard la laïcité…

Personne n’est vraiment dupe. Ni vous, ni moi, ni eux, ni personne. Ce n’est pas la séparation des églises et de l’Etat que Marine Le Pen entend consolider. La laïcité n’est invoquée que contre l’Islam et sert à exprimer un racisme politiquement incorrect.

La dernière saillie de la famille Le Pen a déjà fait le tour des médias, de la toile et animé bien des conversations. Les musulmans de la rue Myrha se livreraient à une « occupation » sans chars. Le parallèle implicite avec la seconde guerre mondiale est évidemment nauséabond. On nous dit que Marine Le Pen serait la copie conforme de son père, avec cette déclaration elle pousse plus loin les frontières de l’inacceptable en s’attaquant non plus seulement aux migrants, mais aussi à des citoyens français dont le seul tort est d’être musulmans.

Ceci écrit, la provocation ne doit pas nous interdire de penser juste.

La rue est-elle un lieu de prières ? La réponse est évidemment négative. Les manifestations religieuses occasionnelles sont heureusement tolérées (processions, pèlerinages, rassemblements de jeunes etc.), mais elle ne peut devenir le lieu régulier d’un culte (pas plus que d’un parti ou d’un courant philosophique).

Les tendances radicales de l’Islam intégriste se servent aujourd’hui de la pénurie de mosquées pour imposer une nouvelle forme de prosélytisme (1). L’exaspération des riverains ne peut être rejetée au motif qu’elle serait une forme de xénophobie. La rue est un espace collectif et doit être respectée comme telle.

Si les élus frontistes étaient sans arrières-pensées, ils ne compteraient pas parmi ceux qui s’opposent à la délivrance de permis de construire pour les mosquées. Pour en finir avec l’Islam des rues et des caves, il vaut mieux accepter un Islam des mosquées. Question de logique.

Si nous sommes de vrais laïques, nous devons aussi dire, indépendamment des outrances extrémistes, que la rue appartient à tous, c’est-à-dire à personne.

______________

(1) pour les lecteurs campésiens de ce blog, chacun garde le souvenir des salafistes du bois de grâce.

Les condamnés à mort

Il neige sur Paris.  Il fait froid. Le vent traverse les pulls et les parkas. Quelques centaines de militants de Aides, Act-UP, du MJS et du PS sont rassemblés sur les marches de l’Opéra à l’occasion de la journée mondiale contre le SIDA. Je regarde ces manifestants qui se prennent dans les bras, se serrent, comme s’ils étaient heureux de pouvoir se retrouver encore, de se montrer que la vie irrigue encore leurs veines…

Le SIDA, on en parle moins, mais on en meurt toujours. La trithérapie a freiné la maladie et fait baisser l’attention des opinions publiques occidentales. Le sentiment d’urgence a baissé. Mais la mort fauche encore ceux qui s’aiment. En France et surtout au Sud de l’Europe sur ces territoires ou l’information et la prévention sont freinés par les tabous.
Dans notre pays toutes les barrières ne sont d’ailleurs pas tombées. Il y a trois ans, j’évoquais sur mon blog la mort de P. qui m’avait accueilli chez les jeunes socialistes, son patronyme figurait dans ce court texte conçu comme un hommage. Quelques jours plus tard, son père m’écrivait – furieux – que son nom puisse être associé à ces quatre lettres toujours infamantes.

Ce combat ne doit pas, ne peut pas s’arrêter. Son actualité demeure brûlante et notre vigilance doit rester totale.
Mercredi soir, au moment même où, dans la nuit glacée le trop maigre cortège s’étirait sur les grands boulevards, le Sénat examinait la disposition du gouvernement restreignant l’accès aux soins pour les étrangers sans papiers malades. Disposition honteuse qui repousse vers la clandestinité, conduit à renoncer aux soins, favorise la transmission du virus.

En rentrant chez moi, j’écoute les vers magnifiques de Jean Genet chantés et lus par Jeanne Moreau et Etienne Daho (1). Leurs voix résonnent de ces mots d’amour écrits par un homme pour un autre homme, promis à la lame du bourreau :

Ô viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d’Espagne,
Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.
Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main,
Mène-moi loin d’ici battre notre campagne.
(…/…)
Nous n’avions pas fini de nous parler d’amour.
Nous n’avions pas fini de fumer nos gitanes.
On peut se demander pourquoi les cours condamnent
Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour.

Je voudrais que ces mots atteignent celles et ceux qui, continuant de fermer les yeux, offrent à la guillotine de nouveaux condamnés à mort.

_______________

(1) Le condamné à mort. Etienne Daho, Jeanne Moreau. Naïve.

Pourquoi le pacte DSK/Aubry/Royal crée l’embarras

Ségolène Royal qui a l’instinct de survie a du se souvenir de ce que professait Bismarck : « dans un accord à trois, mieux vaut ne pas être le troisième »… Depuis le passage de Martine Aubry sur France 2, elle dénonce l’idée d’un pacte qui la lierait.

Les déclarations de la première secrétaire ont déclenché le tollé pour plusieurs raisons. La première, la plus simple, n’est pas forcément la plus juste : l’existence d’un arrangement entre plusieurs présidentiables contredirait l’esprit de primaires précisément créées pour départager les différents candidat-e-s potentiels à l’élection présidentielle. Pourtant, nul ne peut obliger l’un des leaders du PS à se placer sur la ligne de départ. Et personne ne saurait interdire à ceux qui renoncent de se désister en faveur d’un autre. C’est leur liberté et leur responsabilité. L’idée même de se rassembler derrière une candidature ne peut être choquante.

Le vrai embarras c’est l’existence d’un pacte dont personne ne connaît ni les critères de choix, ni le projet commun qui le sous-tend. Car si Martine, Ségolène et Dominique partagent beaucoup – ils sont socialistes – ils représentent des sensibilités singulières.

Celles et ceux qui sont disposés à soutenir l’un des trois au cours des primaires, ne sont pas prêts à le faire pour les trois. Ainsi Pierre Moscovici a suspendu sa candidature en attendant la réponse de DSK, mais si ce dernier abandonnait l’idée d’un retour, il se porterait candidat face à Ségolène ou Martine. Inversement Benoit Hamon joindrait ses forces à Martine Aubry, mais a déjà sous-entendu qu’il se présenterait face à l’actuel directeur du FMI. De la même manière, Laurent Fabius qui est prêt à s’effacer devant DSK ou Martine Aubry, ne le ferait pas pour Ségolène Royal.
Alors que l’annonce d’un accord était sensée rassurer les supporters potentiels des trois participants au pacte, c’est tout l’inverse qui s’est produit, chacun redoutant que cela soit au bénéfice de l’un des deux autres…

On aurait cependant tort de limiter l’interprétation des déclarations désordonnées du week-end à une nouvelle représentation du bal des egos. La question des primaires est intimement liée à la nature du projet qui sera porté par les socialistes en 2012.

Les débats qui agitent la famille socialiste autour de ce pacte ne sont pas insignifiants. Ils rappellent deux truismes :
• la gauche ne peut se mobiliser qu’autour d’un projet. C’est sa culture. Ce projet ne sera fixé qu’au moment des primaires car il dépend étroitement de celui ou celle qui l’incarnera.
• Cette première évidence se confond avec l’exigence posée par l’élection du président de la République au suffrage universel. Ce n’est pas un parti qui est candidat à l’investiture suprême, mais une personnalité qui doit développer un lien particulier et direct avec les Français.

La course des primaires vient dans les faits de démarrer indépendamment du calendrier officiel. Chacun y entre à son rythme. L’histoire dira qui, du lièvre ou de la tortue, passera le premier la ligne d’arrivée.

Quand César choisit de faire confiance à Brutus…

Mercredi à 15 heures, ils se sont levés, ils ont applaudi. Pendant 40 minutes, les députés UMP ont marqué leur soutien à leur Premier Ministre.
Lui est arrivé en retard, il a bavardé avec sa voisine, signé des parapheurs et quand vraiment il devenait difficile de faire autrement, il a timidement – ce qui ne lui ressemble pas – tapé mollement dans ses mains. Lui, c’est le vrai vainqueur de la quinzaine du remaniement à droite. Lui qui rêve de devenir le prochain Nicolas Sarkozy. Lui qui lui ressemble tant : même rapport obsessionnel au pouvoir et décomplexé à l’argent, même fascination pour les médias, même besoin pathologique de reconnaissance, même arrogance.

En quinze jours, Jean-François Copé a obtenu de se faire nommer secrétaire général de l’UMP et a conservé la haute main sur le groupe parlementaire par l’intermédiaire de son ami Jacob.

Son doublé est tout à la fois le résultat de son talent et le reflet de la faiblesse de Nicolas Sarkozy.

En le nommant à la tête de l’UMP le président a pris plus qu’un risque, l’assurance d’une trahison. Reste l’heure.
Le coup de couteau viendra soit au moment de la présidentielle, parce que au lendemain d’une défaite de la droite, le secrétaire général de l’UMP deviendrait – de facto – le leader de l’opposition. Soit au lendemain de la présidentielle, parce que sa candidature en 2017 ne pourrait se construire que dans la différenciation avec le président en place.
Dans ce pacte les joueurs sont inégaux. Sarkozy ne peut affaiblir Copé dont il a besoin pour la présidentielle. Inversement, Copé occupe une fonction qui – objectivement – le rend indifférent à la victoire comme à la défaite, les deux lui ouvrant des perspectives quasi équivalentes.

Sarkozy pense avoir équilibré son dispositif en stimulant la concurrence entre Copé et Fillon. Là encore le pari est audacieux. Le Premier Ministre n’est en position de force que jusqu’en 2012. Jusqu’à cette date, il est le recours de la droite. A partir du second tour de l’élection présidentielle, soit le président aura perdu, et dans cette hypothèse François Fillon sera solidairement emporté dans la tourmente. Soit la victoire sera au rendez-vous, mais inévitablement Matignon changera de locataire.

Le bon coup eut été pour César – et c’était son intention originelle – de nommer Brutus à Matignon et Pompée à l’UMP. Sa faiblesse politique ne lui a pas permis d’imposer sa volonté. Il lui reste le nez de Cléopâtre.

Si les socialistes veulent gagner en 2012

En politique le problème de la pensée, c’est qu’elle est souvent précédée d’une arrière-pensée… Et hélas, il n’est pas rare que l’arrière-pensée encombre, occulte et finisse même par dominer la pensée.

Ainsi le calendrier des primaires a depuis l’origine été conçu pour ne pas gêner une éventuelle candidature de Dominique Strauss-Kahn. Toute velléité de modification de l’agenda est immédiatement interprétée comme servant les intérêts de telle ou tel concurrent. L’expérience et l’analyse ne comptent pour rien. Les affinités supposées avec l’un ou l’autre, pour tout. Résultat : plus rien ne bouge. Pourtant si rien ne change, le candidat socialiste à la présidentielle ne sera pas désigné avant… un an.

Dans l’intervalle continueront de se succéder des conventions thématiques qui mobilisent péniblement un tiers des militants. Le Conseil National du PS lui même, peine à se motiver. Un petit quart de ses membres s’est déplacé pour voter sur le texte présenté par Benoit Hamon sur « l’égalité réelle »…

Tout se passe comme si ces vocalises programmatiques n’avaient d’autre vocation que de meubler le temps qui court jusqu’aux primaires. Au fond, personne n’est dupe, le projet socialiste ne sera pas porté de la même façon selon que le leader du PS s’appelle Dominique, Martine, François, Ségolène, Pierre, Manuel, Arnaud, Benoit, Jean-Louis… Les priorités financières, les grandes orientations, les principales propositions ne seront tranchées qu’avec le choix du candidat, sauf à considérer qu’il relève d’un simple casting.

L’automne social a bousculé les rythmes. Le mouvement sur les retraites a provoqué une accélération du temps politique. Le désir d’alternance est plus vif. La demande d’incarnation de l’alternative devient sensible. L’absence de candidat socialiste alimente les commentaires sur « le flou de la ligne ». Tant que le jeu n’est pas stabilisé, le PS apparaît comme un bateau opportuniste qui navigue habilement entre les écueils, mais sans se fixer de cap. Cet état de flottement a interdit aux socialistes de capitaliser dans l’opinion le rejet de la réforme des retraites. L’écriture du contre-projet, la prestation brillante sur France 2 de Martine Aubry ont été éclipsés par un sentiment d’incertitude : entre Dominique qui laisse entendre que l’âge légal à 60 ans n’est pas tabou et Benoit qui suggère que le retour aux 40 annuités de cotisation n’est pas impossible, les éditorialistes ont trouvé tout l’espace de leurs commentaires sur la division et les Français quelques raisons de douter de la crédibilité de la gauche.

Le parti socialiste SFIO est né au siècle dernier de la synthèse entre les principaux courants du mouvement ouvrier. La confrontation des différentes sensibilités est permanente, ce qui est plutôt la marque d’une vitalité démocratique. Mais, en la circonstance et en l’absence de chef, les expressions dispersées peuvent se transformer en un poison mortel. Les tensions palpables ces derniers jours sont appelées à se multiplier et risquent de transformer l’année 2011 en un long calvaire.

Dès lors, peut-on plaider pour une accélération du calendrier des primaires sans être hostile à DSK ? En vérité, la question devrait être renversée : Rend-on service à DSK en lui donnant la possibilité de ne faire de choix qu’au dernier moment ? Devenir président de la République suppose une rencontre avec le pays profond. Ce n’est pas faire injure au directeur du FMI que de rappeler que Washington n’est pas la France, et qu’il lui faudra prendre le temps de saisir le pouls de son pays, de le comprendre, avant de le convaincre. Pour l’emporter il faut aussi manifester aux Français l’envie de les servir. Une course de surplace pendant de longs mois encore, adresserait au contraire le signe d’une préjudiciable hésitation.

En 2006 le calendrier des primaires fût trop tardif. La candidate fut investie en novembre. Ce fût une erreur qu’il n’est pas obligatoire de reproduire. J’ai l’intuition que DSK n’est plus très loin de partager cet avis.

Quand Copé se venge en supprimant le salaire de Hirsch…

Le débat budgétaire peut réserver quelques surprises. Ainsi à l’article 48 de la loi de Finances, les crédits de la mission « sport jeunesse et vie associative » donnent à Jean-François Copé l’occasion d’un règlement de compte aussi mesquin qu’intolérable.

Un amendement déposé par des proches du maire de Meaux propose un anodin glissement de crédits de la ligne « actions particulières en direction de la jeunesse » vers la ligne « promotion du sport pour le plus grand nombre ». Pas de quoi, en apparence, fouetter un chat…

Derrière l’aridité de la technique se cache une mesure punitive. Il s’agit purement et simplement de supprimer l’indemnité du président de l’agence de service civique créée en mars 2010 qui n’est autre que… Martin Hirsch.

On se souvient de la violence avec laquelle Jean-François Copé avait réagi au livre « pour en finir avec les conflits d’intérêts » de l’ancien haut commissaire au gouvernement qui pointait l’évident conflit d’intérêt entre la fonction de président du groupe majoritaire et le métier d’avocat d’affaires (voire également à ce sujet mon post du 19.10 )

Involontairement, Jean-François Copé et ses amis viennent de rendre témoignage de l’urgence de légiférer à ce sujet. Utiliser sa fonction de parlementaire pour se venger de l’un de ses concitoyens (coupable de s’être simplement intéressé aux soupçons qui pèsent sur les rapports entre le pouvoir et l’argent), c’est là une très belle illustration de la notion de conflit d’intérêt…

Les calculs de Nicolas Sarkozy après le vote sur les retraites

Jeudi 28 octobre. Il n’est pas quatorze heures. Quelque part entre Concorde et République. Ils sont au bout du wagon mais leur enthousiasme est si communicatif que le reste de la rame s’est tourné vers eux. Ils sont trois étudiants qui arborent un brassard de coton jaune. Sur la banquette qui leur fait face, une septuagénaire aux longs cheveux teintés de noir a entamé la conversation. De leurs vingt ans, ils veulent faire un engagement. Ils s’enflamment et commentent les arguments qui leur sont opposés.
–    On nous parle des autres pays, mais si la France a aussi bien résisté à la crise c’est justement parce que nous avons un modèle social plus performant. Les autres pays, ils réfléchissent à la manière de nous imiter, et nous pendant ce temps là on nous demande de nous aligner sur ce qu’il y a de moins social !
–    Comment on va faire pour trouver du boulot si les plus anciens doivent travailler plus longtemps. Et d’ailleurs les vieux ils ont déjà du mal à en trouver eux-mêmes, du boulot, après cinquante ans.

Ils parlent comme des mitraillettes. Parfois ils s’égarent dans les comparaisons historiques…
–   Justement Obama, il vient de réformer le système de santé américain, et bien les Républicains, ils tentent de le discréditer comme ils ont fait pour Allende au Chili, assène le jeune homme qui porte un sac kaki marqué CCCP en bandoulière.
La mamie ne peut s’empêcher de lui retourner dans un sourire qu’elle « espère que cela finira moins mal »

A République ils joignent leur énergie au flot des manifestants qui remontent des galeries vers la surface. Dehors le soleil, l’odeur entêtante des merguez grillées et déjà les sonos qui crachent les tubes de cet automne social.

Incontestablement il y a moins de monde pour ce septième rendez-vous avec la rue. La veille, le vote définitif de la loi par l’Assemblée Nationale a cassé l’élan. La foule est moins compacte. Elle est surtout moins joyeuse. L’amertume monte. L’extrême gauche tente de la canaliser en la radicalisant. Les amis d’Arlette ont affiché sur le parcours des panneaux qui affirment « ce que le Parlement a fait, la rue peut le défaire ». Le NPA appelle à la grève générale jusqu’à la victoire.

Les mines sont plus grises. On lève encore le poing, mais les yeux sont baissés. Il y a l’humiliation de s’être battus sans avoir rien obtenu. Il y a la colère d’avoir perdu des jours de salaires sans avoir été entendus, alors même que tous les sondages témoignaient de l’écrasant soutien au mouvement social.

Les syndicats ont conduit le mouvement avec beaucoup de sang-froid et de sens des responsabilités. Elles ne sont pas payées de retour. Elles aussi ont pu espérer une autre sortie de crise. Elles ont pu croire que le vieux conseiller Soubie saurait rappeler au Président la nécessité de ne pas envoyer vers un mur les organisations de salariés, indispensables au dialogue social. Qu’il saurait trouver les mots pour convaincre de l’intérêt de maintenir la crédibilité de confédérations interprofessionnelles qui ont la mémoire de l’histoire sociale, qui sont capables d’organiser une confrontation pacifique et savent rechercher le compromis. C’est toujours une faute que de se priver d’interlocuteurs qui ont la culture de la négociation.

Dans son bureau de l’Elysée, Nicolas Sarkozy a fait un autre calcul. Le président est déjà en campagne pour sa réélection. Comme la dernière fois, il procède méthodiquement, par étape, à la conquête des Français, découpés scientifiquement en segments d’opinion. Il y a eu Grenoble pour rassurer les électeurs du FN. Il y a maintenant la réforme des retraites pour réconforter le cœur de l’électorat de droite sur sa fermeté et sa capacité à agir. C’est sur ces Français-là que le chef de l’Etat a l’œil rivé en cette fin octobre.

Aux autres, il prépare une autre séquence. Celle qui viendra après le remaniement ministériel. Depuis plusieurs jours déjà, les ministres répètent à l’envie que la période qui vient sera « sociale ». Maintenant que l’essentiel a été acté, la table des négociations va pouvoir s’ouvrir…

De son fauteuil, Nicolas Sarkozy jette un œil sur les notes qui lui sont adressées sur l’état du mouvement. Il guette les premières lézardes. Il savoure ce moment où la gauche de la gauche tentera de maintenir des mouvements minoritaires et radicalisés qui s’opposeront à la gauche de gouvernement toujours trop tiède et suspecte de ne pas vouloir se battre jusqu’au dernier sang.

Après avoir cru à la résignation des Français au printemps, cherché à prendre de vitesse la contestation l’été venu, il compte maintenant sur la division syndicale et politique.

Tout l’enjeu pour la gauche est là. Maintenir son unité pour faire de 2012 le point de départ d’un nouveau projet. En l’absence de quoi, nous entrerions dans un très long hiver social.

Copé refuse une loi sur le conflit d’intérêt

Le calendrier parlementaire ne coïncide pas toujours avec l’actualité sociale. Mardi 19, les millions de Français qui défilaient pour la sixième fois dans les rues, ont couvert par leurs slogans – ne nous en plaignons pas – les travaux dans l’hémicycle.

L’Assemblée avait à se prononcer sur trois propositions de lois socialistes. Toutes les trois visaient à rénover la vie politique. Il s’agissait de corriger les contournements de la loi sur le financement des formations politiques (multiplication des micro-partis), de limiter le cumul des mandats (un parlementaire ne pourrait plus diriger un exécutif local), et enfin de prévenir les conflits d’intérêt.

Sur le cumul des mandats, admettons que le sujet puisse ne pas être partagé et clive la gauche avec la droite. Sur les deux autres textes, le groupe socialiste s’attendait à un travail sérieux et espérait que la loi puisse venir combler les vides juridiques. C’était sans doute trop attendre.

Le plus cocasse dans cette histoire, c’est que les députés UMP viennent de voter –sans le savoir – contre une proposition d’un ancien membre de leur gouvernement. En effet sur le conflit d’intérêt, la proposition socialiste était une reprise in extenso de la 1ère recommandation de Martin Hirsch publiée dans son dernier ouvrage « Pour en finir avec les conflits d’intérêts ». Pour ne pas provoquer l’urticaire du président du groupe UMP – qui avait convoqué les sombres heures de notre histoire pour mieux disqualifier les écrits de l’ancien haut commissaire – nous ne l’avions pas précisé.

En quelque sorte, Jean-François Copé vient de réussir un « blind test » : en effet sa constance dans le rejet de toute disposition sur le conflit d’intérêt est totale, quel qu’en soit l’auteur. Pour mieux comprendre cette aversion, il faut sans doute rechercher dans un autre livre écrit l’an dernier par Frédéric Dumoulin et Solenn de Royer « Copé l’homme pressé » (p. 2719 et suivantes). Les journalistes avaient révélé l’affaire du projet de fusion entre les conseils en propriété intellectuelle et les avocats dans laquelle JF. Copé s’est placé dans une situation de conflit d’intérêt manifeste.

Pendant le débat, les quelques députés UMP de permanence (et en l’absence de Jean-François Copé soulignée par Jean-Marc Ayrault ) ont fustigé le populisme de ces propositions. Parfois on se pince. Comme si ce n’étaient pas les dérives qui fournissaient leurs meilleurs arguments aux populistes de tous poils !

Le livre de Frédéric Dumoulin rapporte qu’en 1993, Michel Sapin, ancien ministre des Finances (PS), battu aux législatives rencontre deux cabinets d’avocats pour tenter une reconversion. Il leur explique qu’il ne pourra pas les aider à contourner sa propre loi (sur la lutte anti corruption), il se voit alors répondre : « mais alors, à quoi pouvez-vous donc nous servir » ? Michel Sapin a renoncé.

Il ne s’agit pas de dire que tous les avocats sont des lobbyistes. Il ne s’agit même pas de condamner le lobbying. A travers cette proposition de loi, il s’agit juste de rendre impossible les situations de conflits d’intérêt, car oui, la fonction de législateur suppose une absolue exemplarité. Les socialistes proposaient simplement que la transparence soit totale de la part du député et de la part de l’employeur qui le paie. Parce que la « publicité permet le contrôle » dixit M. Hirsch.

C’était encore trop pour Jean-François Copé qui a toujours refusé de donner le montant exact de ses émoluments (mais n’a pas contesté l’évaluation de 200 000 euros minimum par an pour quelques demi-journées de travail par mois) ainsi que le nom de ses clients. La transparence a ses limites et c’est derrière ces limites que prospère le soupçon. Tant pis pour la démocratie et tant pis pour les autres parlementaires qui seront eux aussi suspectés.

Tout cela ne compte pas pour le député de Meaux, et il doit même trouver que l’opposition en fait un peu trop. Dans son style inimitable (genre « demain j’arrête la langue de bois et je me mets direct au plomb« ) Jean-François Copé a osé dire que 30 000 euros mensuels cela correspond modestement « à un salaire de cadre sup » (réponse au journal Marianne le 16 avril 2009)… Et puis ce boulot, c’est « pour rester en prise avec la réalité »…

Est-il responsable de laisser manifester les jeunes ?

Nicolas Sarkozy et ses amis ont soigneusement anglé leur riposte au mouvement social sur les retraites. Depuis hier soir, tous les leaders de l’UMP pilonnent consciencieusement avec les mêmes mots une opposition qualifiée « d’irresponsable » parce qu’elle inciterait les jeunes à descendre dans la rue.

Ce faisant, la majorité commet une erreur récurrente. Chaque fois qu’elle se refuse au dialogue, elle imagine des complots trotskistes, des manipulateurs socialistes, et au final des jeunes sous influence.
En 1986, Louis Pauwels avait commis un article fameux dans le Figaro Magazine. Il s’en prenait à la génération qui défilait contre la loi Devaquet en lui expliquant qu’elle était atteinte de « sida mental ». On connaît la suite.
La droite a beaucoup de culot parce que quand elle manifestait contre le PACS ou plus loin contre un service public de l’éducation, laïque et unifié, elle n’a jamais hésité à enrôler les plus jeunes dans ses combats. Ceux qui ont vécu ces moments se souviennent des cars de collégiens et lycéens.

Il est en vérité extravagant de ne pas reconnaître aux jeunes la possibilité de s’inscrire dans le débat public. Nous passons notre vie à tenter d’intéresser les jeunes à la politique et lorsqu’ils manifestent, nous devrions ni les entendre ni tenir compte de leur avis ? Sans doute ne connaissent-ils pas le détail du projet, mais leur malaise est profond et ne peut être traité par le mépris. Et pour tout dire, je ne suis pas certain que les Français qui soutiennent la réforme aient davantage lu son contenu.

Ensuite sur le fond. Il est faux de prétendre que ce projet ne les concerne pas. Il les concerne parce qu’il concerne tous les Français. Il les concerne aussi spécifiquement et ce pour trois raisons principales :

1.    Le projet actuel ne garantit les retraites que pour les Français qui sont nés jusqu’à la fin des années 1950. Comme le financement proposé par Eric Woerth repose quasi exclusivement sur les cotisations, cela signifie qu’après 2018, d’autres reculs d’âge sont à prévoir. En clair, avec le projet gouvernemental, il faudra encore reculer les deux bornes d’âge de 62 ans et de 67 ans.
2.    Ce recul du départ de l’âge à la retraite concerne les jeunes parce que tous les anciens qui vont rester au travail vont retarder leur entrée dans la vie active. Ils rentreront donc plus tard, mais devront partir aussi beaucoup plus tard pour atteindre, avec des carrières hachées et précaires, l’âge de départ sans décote.
3.    Le gouvernement a prévu de siphonner le fonds de réserve des retraites alors qu’il état justement prévu pour faire face aux futurs pics démographiques et bénéficier aux générations futures. En gros le gouvernement sacrifie au présent ce qui était destiné à l’avenir.

Comme beaucoup de Français, une part de la jeunesse se sent plus qu’abandonnée, elle se sent trahie par le pouvoir actuel. Il serait temps que le gouvernement écoute et réponde, c’est la seule et unique façon de dégonfler le mouvement social. Les polémiques sont aussi vaines qu’irresponsables.