Tribune dans l’Humanité

Lundi 7 septembre, Olivier Faure a publié une tribune dans l’Humanité consacrée à l’accueil des réfugiés. Il appelle à une réponse européenne forte et coordonnée face à l’urgence. Cette crise est selon lui l’occasion de réaffirmer les valeurs de l’Union européenne.

Combien d’Aylan sont-ils morts avant que nous n’ouvrions les yeux ? Combien d’Aylan devront encore mourir avant que nous ne redécouvrions le sens du mot humanité ? Nous avons confusément parlé de migrants. Ils sont réfugiés. Nous avons cherché à édifier des murs, des grillages, des barbelés. Ils sont prêts à risquer leur vie pour fuir la terreur, la torture ou le viol. Bien sûr rien n’est jamais simple. Les crises n’incitent pas à la générosité. Mais où, davantage que sur notre continent, faut-il adresser les migrants ? Si les pays les plus riches de la planète ne peuvent accueillir ces réfugiés, qui le peut ? Voilà des familles qui marchent vers l’Europe, pas vers l’Iran, ni vers le Qatar, ni vers l’Arabie saoudite. Elles marchent vers la liberté. Il y a parmi eux ces chrétiens d’Orient, ceux pour lesquels tant ont pleuré à Noël pour mieux les abandonner à leur sort en septembre. Triste pays où un ancien président a pour seul mot d’ordre la fin de l’espace Schengen, ajoutant ainsi à l’instrumentalisation du drame, l’indifférence face à la tragédie.

Le temps est venu de proposer une véritable politique européenne commune en matière d’asile et de migration. Une réponse sans équivoque et coordonnée au niveau européen est la seule solution pour faire face à l’urgence de la crise.

Les réactions fortes de la France et de l’Allemagne, par la voix conjointe du président François Hollande et de la chancelière Angela Merkel, doivent susciter un élan dans les autres États européens.

La mise en place d’un mécanisme permettant une répartition équitable des réfugiés entre les différents pays de l’Union est un devoir moral pour les États membres. Ceux qui refusent aujourd’hui de prendre leur part à la résolution de cette crise humanitaire mettent en péril les fondements humanistes de l’Europe telle qu’elle a été pensée par ses pères fondateurs après la Seconde Guerre mondiale.

Au-delà de la mise en place d’un système d’asile européen unifié, il est nécessaire de développer des dispositifs d’accueils spécifiques à nos frontières extérieures afin de traiter l’urgence des demandes. Dans ces « hot-spot », les conditions doivent être mises en œuvre afin de faciliter l’identification des migrants et la nature de leur besoin. C’est une mesure incontournable pour pouvoir identifier au plus vite les personnes nécessitant une protection internationale au titre du statut de réfugié et celles qui, au contraire, doivent être reconduites dans leur pays d’origine. La Commission européenne doit dans cette optique établir une liste commune de pays sûrs, qui sera le référentiel partagé par tous les États européens.

L’histoire nous jugera sur la réponse que nous serons capables de donner à cette crise. C’est l’occasion pour nous de réaffirmer les valeurs de l’Union européenne. Ce n’est plus seulement une question d’honneur. C’est la condition de la survie d’un modèle, né de la volonté de créer les conditions d’une paix durable entre ennemis héréditaires.

Lien vers l’article :http://www.humanite.fr/migrants-quelle-reponse-politique-leurope-doit-elle-mettre-en-oeuvre-583162

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet