Des droits nouveaux pour les salariés

L’Assemblée débat cette semaine du projet de loi sur la modernisation du dialogue social, qui vise à rendre les instances sociales plus représentatives et plus efficaces. En voici les principales mesures.
Le compte personnel d’activité regroupera en un seul ensemble les droits offerts par les comptes pénibilité, épargne-temps et formation. Cela permettra aux salariés d’y voir plus clair et d’être assurés de leurs droits tout au long de leur vie active, surtout en cas de changement d’emploi.
Une réforme profonde du dialogue social. Afin de faciliter le dialogue social, les consultations annuelles obligatoires seront ramenées de 17 à 3 par an. Les contenus des négociations sont regroupés en trois grands thèmes : social, économie, stratégie. La question de la qualité de la vie au travail devient un thème central des négociations afin d’améliorer l’égalité femme-homme, lutter contre les discriminations et l’insertion des travailleurs handicapés, entre autres.
Des salariés mieux défendus. Pour la première fois, les 4,6 millions de salariés des très petites entreprises (moins de 11 salariés) et des particuliers employeurs pourront bénéficier d’une instance représentative dédiée à leurs spécificités. Cette représentation prendra la forme de commissions paritaires dans les régions, composées de représentants des salariés et des employeurs désignés pour 4 ans dans les entreprises de moins de 300 salariés. Les délégations uniques de personnel (DUP) permettent de regrouper comité d’entreprise, délégués du personnel, comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) sous la même bannière afin d’offrir une interface unique aux salariés.

La prime d’activité sera créée au 1er janvier 2016 pour soutenir la reprise de la croissance et en encourageant l’activité des travailleurs aux revenus modestes. Fusion entre le RSA activité et prime pour l’emploi, elle bénéficiera à tous les salariés et travailleurs indépendants dès l’âge de 18 ans. Cela concerne 5,6 millions de personnes dont 1,2 millions de jeunes dont les revenus ne dépassent pas 1,3 Smic. Une simple déclaration trimestrielle déclenchera le versement mensuel. Le dispositif a été élargi en commission aux salariés étudiants et aux apprentis dont le revenu est au moins égal à 0,78 Smic.

Dépêche AFP – La justice et Les Républicains (UMP): « une justice provisoire » (PS)

Paris, France | AFP | mardi 26/05/2015 – 16:39 GMT

La décision de la justice d’autoriser pour l’instant l’UMP à se rebaptiser Les Républicains résulte d’une « justice provisoire », permettant à Nicolas Sarkozy de « sauver son congrès provisoirement », mais il y aura une autre décision « sur le fond », a estimé mardi Olivier Faure, porte-parole du PS.

Cette décision relève de la « justice des référés, c’est une justice provisoire, pour les décisions d’urgence et elle n’a pas considéré qu’il y avait urgence en l’espèce à statuer », a commenté le député socialiste sur France 3.

« Mais il y a une décision qui interviendra dans plusieurs mois et qui, elle, reviendra sur le fond et j’espère qu’à cette occasion, il sera dit qu’en France, on ne peut pas s’appeler +Les Républicains+ ou +Les Français+ ou +Les Patriotes+ », a-t-il ajouté.

Selon lui, le président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, « sauve son congrès provisoirement parce que si, dans quelques mois, il apprend qu’il ne peut pas s’appeler +Les Républicains+, il pourra mettre ses affiches à la poubelle ».

« Ce qui est gênant, c’est l’utilisation du déterminant +les+. Ils se seraient appelés le Parti républicain, ça a déjà existé, c’était le parti de François Léotard. L’UMP est un parti républicain mais n’est pas, à lui seul, les Républicains », a encore déclaré le député.

L’UMP peut pour l’instant se rebaptiser « Les Républicains », le tribunal de grande instance de Paris ayant refusé mardi de se prononcer en urgence sur la demande d’interdiction d’utilisation de ce nom.

Nextinpact.com – Bientôt des amendements parlementaires soumis par les internautes ?

Source de l’article : http://www.nextinpact.com/actualite-abonnes-353e97fcc9182398e851251236adec6462c17b66d44602bbb3fc0a3ec8c44a4b

Face au désintérêt des citoyens pour la politique, le député socialiste Olivier Faure propose que les Français puissent déposer des amendements de la même manière que les parlementaires, grâce à Internet. Ceux-ci seraient débattus dans l’hémicycle à condition d’avoir recueilli un certain nombre de soutiens.

À l’approche du prochain Congrès du Parti socialiste, qui aura lieu du 5 au 7 juin prochain, Olivier Faure a déposé une « contribution thématique » soutenue par une poignée de parlementaires, parmi lesquels figurent les députés Sabine Buis, Luc Belot ou bien encore Fabrice Verdier (PDF). Leur postulat ? « La politique va mal et depuis trop longtemps. Le Parlement est devenu un théâtre sans spectateurs. Les Français ont le sentiment d’une discussion à huis-clos, entre initiés, dont ils sont exclus ».

Des mots qui ont un écho tout particulier au regard des récents débats relatifs au contesté projet de loi sur le renseignement. « Alors que nos concitoyens (…) peuvent disposer d’une information quasi illimitée sur Internet, qu’ils commentent et se mobilisent sur les réseaux sociaux, ils ont le sentiment d’être dépossédés de toute capacité réelle d’intervention dans le débat public entre deux échéances électorales », poursuit en ce sens la contribution.

Les électeurs proposeraient leurs amendements sur le site de l’Assemblée ou du Sénat

Face à ce « déficit démocratique », Olivier Faure propose de créer un nouveau « droit d’amendement citoyen », dont il nous décrit le principe de la manière suivante :

« Imaginez que demain, sur le site de l’Assemblée, vous ayez un espace qui soit réservé aux amendements citoyens. Vous considérez, par exemple sur le projet de loi sur le renseignement, qu’on ne peut pas écouter les blonds aux yeux bleus. Pendant la période de dépôt des amendements, tous ceux qui veulent participer à la vie démocratique peuvent venir co-signer avec vous cet amendement – même si l’idée que je prends est volontairement absurde. Vous allez sur Twitter, sur Facebook, vous envoyez des emails à votre réseau, etc.

Il se trouve qu’à la veille du délai de forclusion pour le dépôt d’amendements, vous avez atteint un seuil minimal de signatures. Quand le texte arrive en séance publique, le rapporteur du texte va présenter tous les autres amendements qui ont été validés, c’est-à-dire qui répondent aux mêmes conditions que les amendements parlementaires [notamment s’agissant de l’interdiction de créer des dépenses nouvelles ou d’introduire des amendements sans lien avec le projet de loi examiné, ndlr]. Votre amendement est ensuite débattu dans l’hémicycle. Quelle que soit l’issue du vote, tous les citoyens co-signataires recevraient par mail un compte-rendu écrit et vidéo des débats. »

Les internautes disposeraient en d’autres termes d’un pouvoir d’amendement quasi identique à celui dont jouissent aujourd’hui les parlementaires. Dans une note plus fournie rédigée avec le juriste Vito Marinese, Olivier Faure explique que ce seuil minimum de soutiens permettant de valider les amendements citoyens pourrait être fixé à 1/1 000ème du corps électoral, soit 45 000 signatures d’électeurs environ.

Sur un plan pratique, la collecte de ces soutiens se ferait donc en ligne, « sur la base d’un système informatique naturellement sécurisé, accessible depuis le domicile [des électeurs] et des bornes installées dans les mairies et fonctionnant sur la base des numéros de cartes électorales couplés à des identifiants secrets ». Il s’agit grosso modo du dispositif mis en place depuis quelques mois pour le nouveau « référendum d’initiative partagée » – qui n’a quant à lui guère de chance d’aboutir un jour (voir notre article).

Un nouveau droit d’expression pour les citoyens

Pour Olivier Faure, les avantages de ce nouveau droit d’amendement citoyen seraient très nombreux : débats qui y gagneraient « en interactivité, en créativité, mais aussi en représentativité » ; « la transparence sortirait renforcée puisque les organisations, les lobbies, auraient la possibilité de porter directement leurs amendements sans se cacher derrière tel ou tel parlementaire » ; cela empêcherait en outre « toute constitution de « bulle » politique et médiatique » ; etc.

« Il n’y aura plus de débat interdit, s’enthousiasme ainsi le député socialiste auprès de Next INpact. Ça obligera chaque groupe parlementaire à se positionner ! Et puis vous avez aussi, dans la vie démocratique, sur les réseaux sociaux… un tas d’idées folles ou débiles qui circulent mais qui ne trouvent jamais de contradicteurs parce qu’elles ne sont jamais évoquées dans ce lieu de débat public qu’est l’Assemblée. Ça permettrait ainsi à tous les groupes parlementaires de combattre concrètement l’ensemble de ces idées fausses qui se répandent sur la Toile. »

Olivier Faure lors des traditionnelles questions au gouvernement – Crédits : Assemblée nationale

Aux yeux d’Olivier Faure, ce serait également une façon de revaloriser le Parlement face au pouvoir exécutif. « Les députés ne savent pas tout, mais ils ont été désignés pour trancher pendant cinq ans. Chacun est dans son rôle : des élus qui décident et une société civile qui peut, à égalité avec le législateur, proposer, s’opposer, critiquer, améliorer – parce que là aussi ça peut être le gage de meilleures lois. C’est également un gain de temps, parce qu’une bonne réforme, ce n’est pas une réforme qui est votée vite, c’est une réforme qui va s’appliquer. Et pour être bien appliquée, il faut qu’une réforme soit adaptée au milieu dans lequel elle va s’inscrire. »

Un outil qui pourrait surtout décevoir les citoyens

Mais pour le chercheur en anthropologie politique Jonathan Chibois, spécialiste de l’Assemblée nationale, les effets de cette proposition pourraient ne pas être aussi révolutionnaires que ce qu’espère Olivier Faure. « Quand on voit la quantité d’amendements rejetés sur chaque texte, souvent par des réactions en chaîne, on se dit que les amendements citoyens auront bien peu de probabilité d’accomplir les espoirs que les citoyens auront mis en eux… ce qui pourrait occasionner beaucoup de frustration et finir par entretenir l’antiparlementarisme primaire. » Contacté par Next INpact, l’intéressé souligne que dans les faits, les amendements adoptés font pour la plupart l’objet de tractations en amont, afin d’amener le ministre porteur du projet à céder sur un point. « En séance publique, tout est public par définition, donc ce n’est surtout pas en ce lieu que le gouvernement acceptera de reconnaître une erreur (et donc de perdre la face), sauf sur des points de détail », analyse-t-il.

Alors que l’Assemblée nationale a récemment invité les internautes à donner leur avis sur le projet de loi sur la fin de vie – ce qui a surtout conduit les participants à critiquer un texte déjà rédigé – Jonathan Chibois résume : « L’amendement citoyen, c’est comme disposer d’un fusil à un coup au milieu d’une guerre de tranchée, quand on ne peut appuyer sur la gâchette qu’avec l’accord de l’ennemi : la probabilité d’atteindre sa cible est très mince, donc la probabilité de décevoir le tireur est très grande. La question est dès lors de savoir la finalité de cette idée d’amendement citoyen. Cherchons-nous à ce que les citoyens puissent intervenir sur le texte (en quel cas le moyen ici n’est pas le bon), ou cherchons-nous à ce que les citoyens puissent simplement exprimer un point de vue différent dans le débat (sans presque aucune chance de faire évoluer significativement le texte) ? »

Bientôt une proposition de loi ?

Tout en reconnaissant que son idée mérite d’être encore mûrie sur certains points, Olivier Faure nous confie être en train de travailler à l’élaboration d’une proposition de loi qui permettrait d’instaurer ce droit d’amendement citoyen. Même si le chemin à parcourir pour un texte aussi sensible et ambitieux semble aujourd’hui relever d’un véritable parcours du combattant, le député tente de se montrer optimiste : « J’ai lancé cette idée en décembre comme on jetterait une bouteille à la mer [via une tribune dans L’Obs, nldr]. Et finalement la bouteille a été attrapée par beaucoup de monde puisque même dans ce Congrès du Parti socialiste, cette idée a été reprise à la fois par la motion de Jean-Christophe Cambadélis et par celle de Karine Berger. Ensuite, il faut bien entendu avoir la volonté d’aller plus loin et de pousser cette évolution qui est pour moi une vraie révolution démocratique. C’est l’irruption de la société civile dans le débat parlementaire. Ça refait de l’Assemblée le lieu du débat, le lieu où l’on tranche l’ensemble des sujets qui intéressent la société, et non pas un théâtre d’ombres comme c’est malheureusement trop souvent devenu le cas. »

Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Communiqué de presse : interpellation des auteurs du braquage d’un magasin à Cesson

Je tiens à féliciter la réactivité, le professionnalisme et l’efficacité des forces de Police de la circonscription du commissariat central de Moissy-Cramayel suite à l’interpellation très rapide des braqueurs du magasin Boulanger situé au centre commercial Boissénart à Cesson.
En effet, il aura fallu moins d’une heure hier mardi pour que les 5 individus auteurs de ce braquage soient interpellés après s’être enfuis à bord de 2 voitures et s’être réfugiés dans un champ à hauteur de Pouilly-le-Fort, et ce grâce à un important dispositif et aux moyens déployés (quadrillage de la zone, survol par un hélicoptère).
C’est en pleine journée, à une heure d’affluence (13h30) qu’a eu lieu ce braquage durant lequel un employé, un vigile et un client du magasin ont été agressés par gaz. Tout le matériel volé (smartphone, matériel hifi, tablettes tactiles, appareils photos…) a été retrouvé dans les 2 véhicules.
Ce travail de nos forces de l’ordre doit être salué.

Olivier FAURE, Député de la 11ème circonscription de Seine-et-Marne

Intervention en Commission des Finances sur la prime d’activité

Mardi 19 mai, Olivier Faure est intervenu en Commission des Finances de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la modernisation du dialogue social. Il a mis en garde contre certains aspects de la prime d’activité qui pourraient nuire aux objectifs du gouvernement : une simplification et un réel soutien à la reprise d’une activité.


19/05/15 Intervention d’Olivier Faure sur la… par olivierfaure

Réforme du collège : lettre ouverte aux parents d’élèves

Madame, Monsieur,

Votre enfant est au déjà collège ou va y rentrer au cours des prochaines années.
Ces derniers jours, vous entendez parler de la réforme des collèges. Des responsables politiques et certains intellectuels entretiennent la confusion, ou pire, émettent des contre-vérités. Vous entendez parler du Latin, du Grec, de l’Allemand, des classes bilangues qui seraient supprimées, du niveau qui serait forcément « tiré vers le bas ». Légitimement, vous vous inquiétez de l’avenir réservé à vos enfants.
Qu’en est-il vraiment ?
Depuis trois ans, l’Education nationale est de nouveau la priorité de la Nation.
Là où les gouvernements précédents supprimaient 80 000 postes d’enseignants, fermaient des classes, rabotaient le temps scolaire sans se soucier du rythme d’acquisition des connaissances des élèves, nous avons entrepris « la refondation de l’école ».
Le constat est unanime et dénoncé par des rapports internationaux : à l’école, depuis dix ans, le niveau baissait, les savoirs fondamentaux n’étaient pas toujours maîtrisés, les enseignants n’étaient même plus formés à leur métier, des classes manquaient de professeurs, et chaque année, plus de 140 000 jeunes sortaient du système scolaire sans qualification. Au lieu de tirer les jeunes générations vers le haut, l’école se limitait, faute de moyens et de méthode, à reproduire le plus souvent les inégalités sociales.

En dix ans, les inégalités se sont accrues. Entre élèves, entre établissements et entre territoires. La France a décroché dans les classements internationaux et le doute s’est installé dans la capacité de l’école à honorer la promesse républicaine, qui est d’offrir sa chance à chacun.

Depuis trois ans, nous nous sommes attaqués à ces maux de l’école. Avec un fil rouge : élever le niveau général de notre système éducatif.

Cela s’est traduit par la revalorisation de l’apprentissage des savoirs fondamentaux au cœur de l’école primaire avec notamment le recrutement de plus de maîtres que de classes, la réforme des rythmes scolaires, le recrutement d’enseignants supplémentaires, le rétablissement de leur formation avec la création des écoles supérieures du professorat et de l’éducation, et la concentration des moyens de l’éducation prioritaire sur les établissements les plus en difficulté.

La nouvelle étape de la refondation de l’école de la République passe désormais par la réforme du collège. Ce sont des années déterminantes pour la poursuite du cursus scolaire de chaque enfant. C’est durant ces années que décrochent un certain nombre de jeunes en difficulté, le collège étant devenu le maillon faible.

C’est dans ce but que la réforme du collège offre à chaque établissement les moyens de la maîtrise, par tous, des savoirs fondamentaux avec :
– des heures en petit groupe,
– des heures d’accompagnement personnalisé,
– des enseignements pratiques interdisciplinaires,
– davantage d’heures de langues vivantes, dès le primaire pour la première langue, dès la 5ème pour la seconde.
– l’apprentissage du travail en équipe et de l’expression orale,
– l’acquisition de compétences numériques…

Cette nouvelle organisation du temps scolaire et ces méthodes adoptées par le conseil supérieur de l’éducation sont issues d’expériences qui ont fait la preuve de leur réussite partout où elles ont été pratiquées. Elles visent à tirer le niveau vers le haut.

Les élèves d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’ hier, ils vivent dans un monde ouvert, leurs modes d’accès aux savoirs se sont diversifiés. Les enseignants s’appuient aujourd’hui sur de nouvelles technologies dont il faut généraliser l’usage.

Nous sommes loin des rumeurs et contre-vérités colportées :
– il est faux de dire que les langues anciennes ne seront plus enseignées. Au contraire : le Latin et le Grec seront proposés à davantage d’élèves.
– il est faux de dire que l’enseignement de l’Allemand sera rogné. Au contraire : plus de 500 postes de professeurs d’Allemand seront ouverts à la rentrée prochaine.
– il est faux de dire que l’enseignement des langues sera réduit. Au contraire : l’apprentissage d’une deuxième langue étrangère sera généralisée dès la 5eme.
– il est faux de dire que l’enseignement de l’Histoire abandonnerait la chronologie ou bien encore ferait la part belle à l’histoire d’une religion au détriment d’une autre.

Depuis trois ans, à travers la refondation de l’école, nous n’avons qu’une ambition : donner sa chance à chaque élève. Nous voulons réduire les inégalités de destin.

C’est notre projet pour l’école. Notre fidélité à l’idéal républicain.

Je reste bien sûr à votre écoute et à votre disposition pour échanger à ce sujet.

Olivier Faure