Dépêche AFP – Ayrault « a peut-être un goût d’inachevé »

PARIS, 01 avr 2014 (AFP) – Le Premier ministre sortant, Jean-Marc Ayrault, « a peut-être un goût d’inachevé » en quittant Matignon, a confié mardi sur BFMTV l’un de ses proches, le député PS Olivier Faure.

Interrogé sur un éventuel sentiment d’injustice chez Jean-Marc Ayrault, le député a répondu: « Je pense qu’il avait encore envie de donner des choses et de dire des choses à ce pays. Il a peut-être un goût d’inachevé ». L’injustice, « ça n’est pas la question », selon lui.

Le Premier ministre sortant a réuni l’ensemble de ses conseillers et collaborateurs lundi soir dans les jardins de Matignon, pour les remercier et leur dire qu’il « continuerait à défendre ces valeurs et cette vision qu’il a partagées avec eux », a indiqué aussi Olivier Faure, présent à la réunion.

C’était « un important moment d’émotion », avec un « pincement au coeur » des collaborateurs qui n’avaient que « quelques heures pour remplir leurs cartons », a-t-il ajouté.

Revenant d’autre part sur l’entretien de Jean-Marc Ayrault avec François Hollande, lundi matin, le député a précisé que le Premier ministre sortant lui avait confié avoir exposé devant le président de la République les conditions dans lesquelles « il souhaitait rester s’il était maintenu à Matignon: gouvernement resserré, plus de cohérence, une équipe qui soit plus soudée ».

Selon Olivier Faure, François Hollande a dit à Jean-Marc Ayrault à la fin de l’entretien: « écoute, je réfléchis ».

« Et puis, il y a une décision qui a été donnée par François Hollande dans l’après-midi. Le Premier ministre a ensuite adressé sa démission comme c’est la coutume », a poursuivi Olivier Faure.

Et lorsque le nom de Manuel Valls pour Matignon a commencé alors à circuler dans les médias, les services du Premier ministre se sont retrouvés « assaillis par vos collègues pour demander confirmation », a encore expliqué le député.

« Plutôt que de jouer le déni et dire pendant trois heures +on ne sait pas+, Matignon, en accord avec l’Elysée, a annoncé que Manuel Valls était le nouveau Premier ministre », a-t-il conclu.

 

Dépêche AFP – Valls doit « compenser » l’absence de confiance d’une partie de la gauche et des écologistes »

PARIS, 01 avr 2014 (AFP) – Le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, « part avec un handicap », l' »absence de confiance » d’une partie de la gauche et des écologistes, qu’il doit « compenser » par des « actes forts », a estimé mardi sur BFMTV le député socialiste Olivier Faure.

Manuel Valls « part avec un handicap, l’absence de confiance d’une partie de la gauche et des écologistes. Donc, il va être obligé de la compenser par des actes qui doivent être des actes forts. Je pense que c’est cet équilibre-là qu’il cherche à trouver aujourd’hui et qui vraisemblablement sera trouvé dans les prochaines heures », a souligné ce proche de Jean-Marc Ayrault, qui souhaite « avec force » la présence de Verts au gouvernement.

« Il est sain d’avoir une majorité qui conserve son périmètre actuel et qui comprenne les écologistes, les radicaux et les socialistes », a poursuivi Olivier Faure.

Interrogé sur les revendications de l’aile gauche du PS, ce député de Seine-et-Marne a relativisé: « chacun cherche à peser sur les choix à venir. La famille socialiste est une famille compliquée (…) avec des gens qui, depuis un siècle, se sont retrouvés pour partager ensemble l’essentiel, mais qui ont des nuances parfois vives ».

« L’art de la synthèse, qui a longtemps été reproché à François Hollande, doit aussi maintenant être l’un des modes d’emploi de Manuel Valls. Il faut faire la synthèse entre des sensibilités différentes », a-t-il conclu.