Ouverture des commerces de bricolage le dimanche : Olivier Faure demande au gouvernement d’ouvrir une concertation afin de trouver une solution pour répondre aux spécificités de l’Ile-de-France

Communiqué de presse

 Le jugement rendu jeudi 26 septembre par le tribunal de Bobigny est une nouvelle preuve de la situation incohérente née des faiblesses de la loi Maillé de 2009 votée par l’ancienne majorité.

La situation actuelle est devenue illisible. A quelques centaines de mètres, certains magasins sont ouverts, d’autres ferment.

Les magasins de jardinage ou d’ameublement disposent d’une autorisation permanente qui n’a pas été accordée aux magasins de bricolage, alors même que les produits vendus sont identiques pour une large part.

La fermeture programmée de 19 magasins en Ile-de-France est un non sens. Certains d’entre eux sont ouverts depuis des décennies et les salariés qui y travaillent le font sur la base du volontariat. Certains étudiants y ont vu un moyen de financer leurs études sans être tributaires d’horaires morcelés comme dans la restauration rapide.

En Ile-de-France, et notamment en grande couronne, les ouvertures de magasins doivent aussi être pensées en fonction des modes et rythmes de vie des Franciliens.

Avec d’autres collègues du Groupe socialiste, je soutiens le combat des salariés des grandes enseignes de bricolage qui souhaitent faire connaître leur position en faveur de l’ouverture dominicale. La première préoccupation de ces salariés volontaires pour travailler le dimanche est la préservation de leur pouvoir d’achat.

Je demande donc au gouvernement d’ouvrir une concertation qui, sans remettre en question le principe général du repos dominical, permette aux magasins de bricolage situés en région Ile-de-France de sortir de cette situation pénalisante pour la vie quotidienne des Franciliens comme pour l’emploi et le pouvoir d’achat des salariés concernés.

Il ne s’agit pas de banaliser le travail du dimanche qui doit demeurer l’exception, mais d’aligner le secteur du bricolage sur ceux de l’ameublement et du jardinage et d’harmoniser les contreparties qui doivent être accordées aux salariés qui se portent volontaires pour travailler le dimanche.

 

Pour mémoire, un courrier avait été adressé en ce sens à Michel Sapin par Olivier Faure et des députés socialistes Franciliens en avril dernier.

 

 

Commentaires

Gérain Olivier
Répondre

Merci à vous pour votre soutien, je suis membre du collectif des « bricoleurs du dimanche » et je serais ravis de pouvoir vous rencontrer n’hésitez pas à me contacter.

Cordialement.

Vibert
Répondre

Bravo pour votre courage et votre réalisme sur cette question…

six raymond
Répondre

Je suis en parfait accord avec Monsieur Olivier FAURE , LES SALARIES
ET LES ETUDIANTS qui sont tous volontaires à travailler le dimanche
pour des raisons financières. Ils sont très courageux – Bravo !!
C’est une erreur du gouvernement et en particulier de Mr Amon.Car le chômage augmente,des entreprises ferment et des personnes sont
volontaires pour travailler !! C’est vraiment le monde à l’envers.? On va sanctionner les entreprises qui offrent du travail à des personnes qui
ne demandent que ça. le gouvernement est tombé sur la tête —— La
France se dégrade de jour en jour.

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet