52 %

Cette fois, c’est le dernier. Le dernier meeting, à Toulouse, après tellement d’autres. Combien d’heures en vol, en train, sur les routes… François Hollande remonte par le couloir central de l’avion, salue chacun d’entre nous, glisse des remerciements. Curieusement, nulle trace de fatigue, mais déjà de la nostalgie. Celle d’une campagne. Celle d’une rencontre entre un homme et un peuple.

Dimanche dernier, à Bercy, François Hollande a innové. Le meeting achevé, il est revenu au pupitre après la Marseillaise. Il ne voulait pas partir. Il voulait – lui le pudique – continuer de partager une émotion, une envie, une espérance.

Cette fois, c’est fini. Au revoir Toulouse, la « ville rose » et ses dizaines de milliers de Français venus l’applaudir une dernière fois sur la place du capitole.

Cette campagne a été si longue. Elle a mobilisé tant d’énergie.

Maintenant commencent les longues heures. Celles de l’incertitude.

Après avoir tout donné, il faut attendre.

Les sondages donnent un avantage au changement. Mais nous savons aussi qu’à chaque élection présidentielle, les derniers mouvements de l’opinion profitent au challenger. Entre les derniers sondages publiés et le résultat, la règle est toujours la même (entre +2 et +1 pour S. Royal, + 0 ,4 pour Lionel Jospin, +0,2 pour Valéry Giscard D’Estaing)

François le sait. Il a passé ses dernières heures à appeler à la mobilisation, espérant que ses paroles ne passent pas pour de simples figures rhétoriques.

Maintenant il faut attendre. Avoir confiance.

A deux jours du second tour, le 4 mai 2012, l’IFOP livre une dernière enquête accordant la victoire à François Hollande à 52%.
52%, comme ce 8 mai 1981, où la Sofres publiait un sondage donnant le même résultat à François Mitterrand.

Chacun connaît la suite. Le 10 mai 1981, le visage de François Mitterrand s’est affiché sur les téléviseurs à 20h avec un score de 51,8%.

D’un François à l’autre, l’histoire se répètera-t-elle ?

La décision dépend maintenant de notre mobilisation.

Commentaires

Serge Le Borgne
Répondre

bonjour, bonsoir,

suis a NY, et votre texte sur ‘le retour de Toulouse’ m’a fait tres plaisir….je ne sais pourquoi mais c’est la premiere fois que je me dis « tiens, ce FHollande, je voudrais passer un peu de temps avec lui, boire un verre,echanger.. »…non, j’avais eu je me souviens une impression similaire quand Bill Clinton a ete elu, mais depuis… jamais ! Votre texte me conforte: j’irai ce dimanche voir et ecouter les resultats du 2nd tour avec le PS-NewYork. Je suis avec vous pour ces dernieres heures ‘difficiles’ je pense. et saluez aussi le ‘candidat’ ! bien a vous. Serge Le Borgne

S Baron
Répondre

Merci pour ce billet mon cher olivier,
Pour ma part j’ai trouvé cette longue campagne de 1 an magnifiquement maîtrisée avec la montée en puissance de François, ce pudique plus à l’aise avec le rationnel qu’avec l’émotionnel et qui a prouvé toutes ses qualités d’homme d’état.
A l’instar du flacon et de l’ivresse, qu’importe le score pourvu qu’on ait la victoire.
On s’est toutes et tous mobilisés au delà de notre fatigue (la preuve : j’ai une bonne grippe aujourd’hui), c’est notre force de conviction collective qui va venir compléter les talents de François pour cette victoire tant et tant attendue.
Dimanche j’aurai une pensée pour les ami/es disparu/es trop tôt, mon père, Jacques et bien d’autres encore qui auraient tant voulu revoir une victoire de la gauche à la présidentielle.
Amitiés,
Stéphane

Jean-Pierre Guerin
Répondre

Cher Olivier,

Dans « ta » circonscription nous recevons ton message cinq sur cinq. Avec Françoise, Jeanine, Gregory et tous les autres, nous sommes repartis sur le terrain jusqu à ce soir. Porte à porte à 16h et diffusion à 18h devant les centres commerciaux. Nous ne lâchons rien…jusqu à dimanche.

Amitiés,

Jean-Pierre

Panel Annie
Répondre

Merci Olivier pour ces chaleureux moment passés ensemble avec l’équipe de Nandy et tous les autres de la 11eme nous en passerons encore d’autres bien sur mais ceux là resteront à jamais dans mon coeur j’ai appris à connaitre François et à l’apprécier …
Encore quelques heures et nous serons heureux j’y crois très fort je le veux pour ma mère et ma grand mère et pour tous ceux qui pensent qu’AIMER en politique n’est pas un vain mot .
Embrasse François pour moi
Amities
ANNIE

le flaneur
Répondre

Bon « papier »; il ne reste qu’à l’appliquer si possible, avec les nuances nécessaires, à la campagne des 5 semaines à venir. Du terrain, du contact, de l’attention à tous, de la conviction, et le moins de temps perdu en vaines parlottes!
Et quand viendra le 17 juin au soir, nous pourrons être contents du travail fait!

francoise costo
Répondre

Après avoir « boité », « tracté » et porte à porte toute la journée, je n’ai pas pu m’empêcher en rentrant à la maison de regarder le dernier meeting à Périgueux, avec un peu de nostalgie, mais avec espoir quand même, vu le bon accueil que nous avons eu sur le terrain ces derniers jours. Pour la suite, j’ai encore des tracts d’Olivier Faure dans la voiture…
A bientôt, amitiés

Fifi CHIKH
Répondre

Tout reste à venir.
C’est le moment le plus délicieux et le plus beau dans une campagne : un « temps silence ».
Tout a été donné, tout a été fait, tout a été dit, …
Tous les oiseaux aux quatre coins de la France !
Et voilà le temps de l’inconnu, de l’incertain, de l’inattendu.
Tout reste à venir !

Le Donquichootte
Répondre

bien que Hollande dit qu’il n’est suis de rien, moi je pronostique sa victoire à 51%. sa victoire est certain mais il aurait pu faire mieux.

Corinne licitra
Répondre

Depuis Buenos Aires nous retenons notre souffle… On joue dans 30 minutes.. cette représentation sera pour moi, dédiée à la victoire de la Liberté et de la Fraternité..je l’espère.

Fred Rio
Répondre

Ici aussi a Sao Paulo on attend ça avec impatience…. cette journée peut redonner un sourire à beaucoup de monde. Tellement longtemps qu’on attend ça, faut que ça passe et après Mister Hollande à toi les commandes!!

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet