Fin de session

Les portes de l’hémicycle se sont fermées jusqu’au mois de juin prochain.

Dans les couloirs les députés évaluent leurs chances de revenir. Le moral est, disons, inégalement réparti selon les groupes. Il se raconte que certains parlementaires sont venus dîner à l’Assemblée avec leurs familles, anticipant leur départ définitif.

C’est sur le plan politique l’heure du bilan. Inutile d’y revenir dans ce billet. Je ne convaincrai personne.

Il y a un point sur lequel je souhaiterais toutefois attirer votre attention. Une législature, ce sont des textes adoptés, mais ce sont aussi des textes abandonnés à la faveur d’une navette ou jamais mis à l’ordre du jour des assemblées après avoir été adoptés en Conseil des ministres, en bref des projets qui ont servi d’affichage, mais pour lesquels la volonté d’aller jusqu’au bout n’existait pas.

Il est ainsi trois projets « oubliés » qui sont particulièrement significatifs de la duplicité de Nicolas Sarkozy. Ils ont en commun de parfaitement illustrer le destin de la « République irréprochable ».

Le statut pénal du Chef de l’Etat :

Il devait être la marque de la rupture avec la présidence de Jacques Chirac. Oublié sur le bureau du Sénat

La loi sur les conflits d’intérêts.

Elle devait marquer une nouvelle étape et tourner la page des affaires Woerth, Wildenstein, Tapie ou de l’étonnant cumul des rémunérations de certains parlementaires. Elle n’a pas été présentée en première lecture.

Le référendum d’initiative partagée

Le candidat Sarkozy fait aujourd’hui l’apologie du référendum mais il a bloqué l’un des seuls points d’accord gauche/droite sur la réforme constitutionnelle de 2008.

Il y a sans doute matière pour certains à se désespérer, alors rappelons que même le cynisme sans limites en connaît une, la sanction des électeurs.

Commentaires

buywid christian
Répondre

Voilà une législature qui se termine 5 années c’est long trop long il y a eu de la casse !!!!!! .Maintenant nous pouvons écrire les 5 années à venir en commençant par Francois Hollande à la présidence et ensuite élire de très nombreux députés Socialiste. Une page se tourne ouf ++++

Pierre DUPUIS
Répondre

Cher Olivier Faure,
Merci pour les belles analyses que vous distillez avec autant de finesse que de rigueur sur votre site, et que je lis assez régulièrement.
J’aimerais cependant, l’occasion de votre dernier billet, vous suggérer une remarque. On ne peut que se réjouir de vous voir vous présenter dans la 11° de Seine-et-Marne. Nul doute que, si vous êtes élu en juin prochain, vous ferez un excellent parlementaire… Mais vous savez aussi que la circonscription fut initialement réservée aux Verts. Et qu’aux termes de 2 mois de tractations, et du petit jeu des chaises musicales, c’est finalement la 6° qui échoit à nos amis les Verts, alors que depuis deux mois, tous les militants de la 6° s’étaient organisés autour d’Henri Gerphagnon. Les Verts comptent… 2 militants actifs sur Meaux. Le PS abandonne donc la circonscription, sans livrer combat, à COPE. Ce n’est pas rien ! Savez-vous que les militants de la 6° ont, à l’unanimité (chose fort rare chez nous…) signé un texte à la direction nationale du PS (avec copie à François Hollande), pour dire leur écœurement, leur révolte ? Le PS risque par là d’être décapité durablement, sur Meaux. Nous fûmes reçus par Harlem Désir. Rappel du règlement du parti, et leçon de morale à la clé, dans les formes les plus courtoises, bien entendu… Bref, exemple parfait d’autisme bureaucratique. COPE aurait lui-même choisi son adversaire pour les législatives que le résultat n’aurait pas été différent… Quelle erreur politique majeure contre le chef de l’UMP !!! Nous venions de faire adhérer une dizaine de nouveaux militants… Les « vieux » (et certains ont 40 ans de parti…) comme les jeunes sont révoltés. Il semble que ni la direction du PS, ni le bureau fédéral ne mesurent cela, qu’ils ramènent à un mouvement d’humeur… Fatiha Medjahed, suppléante d’Henri, figure exemplaire du PS à Meaux, a démissionné du parti… Il fallait une circonscription de « compensation » pour les Verts, puisque vous récupériez la 11°. Tant mieux pour vous, et je m’en réjouis sincèrement, de surcroît comme soutien de Hollande du premier jour (du temps ou DSK était encore en lice…), comme mon ami Henri d’ailleurs.
Mais j’ai une question cependant : avez-vous conscience : 1- de la gravité de la situation à Meaux, ou COPE n’a plus d’adversaire, et de l’erreur politique majeure que cela constitue ?… 2- du scandale que constitue la décision plus que surprenante de confier aux Verts la 6° circonscription, après deux mois où notre candidat avait été confirmé, alors que nous nous étions organisés, avions créé un blog (oser-la-gauche), étions monté » en puissance. Les militants ont l’impression d’être, pour la direction du PS (comme pour les « fédéraux ») une simple « variable d’ajustement » 3- De la démobilisation générale et du climat parfaitement délétère que cette décision produit dans les rangs de la gauche, autour de Meaux ?
J’ai pour ma part également rendu ma carte du parti. Je me battrai bien entendu pour la victoire de François. Mais, comme la plupart des militants, je n’irai pas plus loin dans ces conditions, pour les législatives. Je n’aime pas les farces, et c’en sera une. Et ne trouverai nulle part le courage de me battre pour qu’un demi-candidat frôle au mieux les 20 % au premier tour, derrière COPE et le FN.
« Même si les socialistes éteignent un moment toutes les étoiles du ciel, je veux marcher avec eux dans le chemin sombre qui mène à la justice », écrivait Jaurès. Cher Olivier, cette phrase est mienne plus que jamais, et se rappelle à moi en ce moment d’une façon presque lancinante, et douloureuse… Allez savoir pourquoi…
J’écris à un homme dont je vois la plume, dont je devine la jeunesse, la fougue, les valeurs. Je ne pense pas me tromper, sur cette valeur, et votre droiture. Mais j’ignore vraiment, très sincèrement, ce que vous pouvez répondre à ma lettre. La vérité, sans doute, serait plus simple. Elle fut, vous le savez, le chemin de Jaurès. Je ne suis pas sûr qu’elle éclaire toujours les décisions du parti qui est nôtre. Mais, comme le socialisme n’est à personne, et qu’il faut de temps à autre le rappeler,
Amitiés socialistes
Pierre Dupuis

Samy
Répondre

“Zèle trop ardent cache la trahison.” triste proverbe reflétant bien l’auteur de ces promesses électoralistes «oubliées».

Drôle de période que ces inter-sessions parlementaires où la nation marque une pause législative. Pendant que des institutions se figent, les français sont accaparés par la campagne présidentielle prémices d’une mutation providentielle de la France.

Mutation où tu seras en première ligne avec le soutien des Sénartais

Parienty
Répondre

Les Verts qui ne sont pas comme le disait Le PEN père (mais la fille per..dra aussi)verts dehors et rouges dedans comme la pastèque mais de toutes les couleurs (waechter, beghin, lalonde, wherling, hulot, lepage, benhamias, joly … sans aller au coeur même des Verts purs) Bientôt il y aura autant de nuances dans les tons verts que de partis centristes ce seront des … vertristes!
Ils sont arrogants, prétentieux, exigeants, injurieux même … ils disent représenter 70% de la population et vont terminer à 3 ou 4%, ils ne prônent ou ne répandent que menaces, peurs, paniques, interdits, taxes et impôts et distribuent des leçons à tous et à tout propos.
Ils devront ravaler leur arrogance et leurs ambitions ayatolistes et ne méritent de circonscriptions qu’à la mesure de leur représentativité constatée dans une élection à l’aune de la proportionnalité intégrale c’est bien ce qu’ils veulent dans toutes les confrontations électorales et bien en voilà une bien instructive et significative pour se compter. Qu’ils aillent dans toutes les circonscriptions chercher une légitimité non “achetée” ou offerte. Ensuite, en fonction des succès de chacun ramenés au plan regional -une forme de proporptonnelle-, leur représentativité reconnue permettra une attribution des candidatures de deuxième tour dans la discipline de l’union républicaine.

Michel
Répondre

J’ai été proche des Verts il y a de nombreuses années, et je n’ai pas suivi en détail les péripéties locales, mais ils commencent “à me les briser menu”.
Au sein de la population ils ne représentent plus rien (nous verrons le score d’Eva Joly: 2-3% ?) et il faudrait leur réserver des circonscriptions ?
Dommage que vous ne vous présentiez pas dans la circonscription de Champs, bonne chnace à Sénart..

Olivier FAURE
Répondre

Peux tu m’envoyer ton telephone sur mon mail de campagne : olivierfaure2012@gmail.com, ce sera plus simple pour l’échange.
Amicalement,
Olivier

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet