Le rêve français de François Hollande

« Le rêve français », discours et entretien, sera en librairie à partir du 25 août prochain.

Etre « l’homme d’un discours » est à la portée de beaucoup. Affaire de circonstances. Affaire de mots qui saisissent opportunément nos maux.

Qui ne s’est reconnu dans ceux de Chirac en 2002 lorsque au sommet de la terre à Johannesburg, il déplorait que la « maison brûle » tandis que nous « regardons ailleurs » ? Qui n’a ressenti une sincère fierté lorsque Villepin lors de la crise irakienne en 2003, évoqua à la tribune de l’ONU « un vieux pays, la France, d’un vieux continent » qui souhaitait donner la priorité au désarmement dans la paix ?
Nicolas Sarkozy lui-même suscita l’adhésion lorsqu’en 2008 à Toulon il proposa de « refonder le capitalisme » et de sanctionner « les responsables du naufrage » financier.

Chacun sait ce qu’il est advenu depuis de ces mots : La maison continue de brûler et l’urgence écologique est renvoyée à des jours meilleurs ; nous ne sommes pas partis en Irak mais nos soldats continuent de mourir en Afghanistan ; les promesses de régulation du capitalisme n’ont pas connu de suite, les contribuables ont sauvé les banques, mais ce sont elles qui aujourd’hui spéculent contre les dettes des Etats…

Dès lors pourquoi accorder du crédit au « rêve français » dont le sommaire est composé aux deux tiers de la compilation des discours prononcés par François Hollande depuis deux ans ? Qu’est-ce qui distingue un discours de ses semblables ? Pourquoi accorder du crédit à un auteur et pas aux autres ?

C’est tout l’intérêt de ce livre. François Hollande n’est pas l’homme d’un discours, il est l’homme d’une cohérence et d’une continuité. Là où Nicolas Sarkozy navigue ballotté par les vents, un jour chantre des subprimes à la française, le lendemain thuriféraire de la régulation, François hollande maintient son cap. De réunion en meeting, il ne varie pas. La crédibilité c’est quand la parole prononcée devient une parole qui marque et qui engage.

De François Hollande, il est possible de contester le chemin, mais force est de lui reconnaître une constance et une vision.

La période estivale marquée par la crise de la dette, le retour du débat fiscal et l’impatience de la jeunesse lorsqu’elle est privée de perspectives (des indignés espagnols, aux déclassés de Tottenham en passant par les jeunes arabes qui de Tunisie en Syrie rythment l’été arabe) donnent un relief particulier à ce que François Hollande répète inlassablement.

Que dit-il depuis plusieurs années ?

La dette pèse d’un poids insupportable. Elle grève nos marges de manœuvres d’aujourd’hui et menace les générations qui viennent. Elle est une donnée incontournable du débat public. Changer la réalité suppose de la regarder en face.

Pour retrouver des moyens de financer l’action publique, d’assurer l’objectif de justice et résorber le poids des déficits, il faut une ample réforme fiscale qui valorise l’effort, le travail, l’investissement, la recherche et pénalise la rente.

Dans un contexte budgétaire tendu, il faut se tenir à une priorité. François Hollande a fixé celle de la jeunesse. Pour chaque acte gouvernemental demain, la question des jeunes sera posée comme préalable. Parce que la promesse républicaine c’est de permettre à chaque nouvelle génération de vivre mieux que la précédente. Parce que s’appuyer sur la jeunesse c’est la seule façon de rester compétitifs face aux pays émergents qui ont déjà fait ce choix.

Plus largement, François Hollande revient dans son livre sur sa conception de la gauche, de la République, de la France, qu’il replace dans le fil de notre Histoire : « La France n’avance que quand elle est portée par une grande ambition. Je propose de reprendre ce rêve français, celui qui a été ébauché par l’esprit des Lumières au XVIIIe siècle, celui qui a été dessiné par les révolutionnaires en 1789, ce rêve qui s’est affirmé dans la fondation de la République, qui s’est élargi et renouvelé avec la Résistance et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Ce rêve qui a pris une forme nouvelle avec la victoire de François Mitterrand en 1981. Ce rêve de progrès, d’égalité, de justice, ce rêve de partage, ce rêve de force collective et de destins individuels qui s’unissent pour faire la France. »

François Hollande n’écrit pas à partir d’une page blanche. Il ne cherche pas les ruptures artificielles. Il ne joue pas les hommes providentiels. Le monde change, les problèmes changent, la gauche doit changer. Mais l’inspiration demeure celle du rêve français. On ne s’égare jamais à creuser son sillon dans les traces des meilleures moissons.

Commentaires

Joseph Yakete
Répondre

La jeunesse , comme la verdure, pare la terre; mais l’éducation la couvre de moissons. François Hollande est sur le bon chemin,oui il ne s’égarera jamais à creuser son sillon dans les traces des meilleures moissons. L’idée de privilégier une promotion intergénérationnelle ascendante est la clé du progrès économique et social. Il est important de lire et de faire la promotion de ce livre qui est en fait tout un programme, un projet ambitieux. Bonne journée à tous!

Met
Répondre

Frane7ois Hollande e9lu : Un grand audit des comptes plbiucs Frane7ois Hollande a confirme9 lors d’une confe9rence de presse mercredi apre8s-midi qu’il demanderait, s’il e9tait e9lu, un audit sur l’e9tat des comptes plbiucs e0 la Cour des comptes.Frane7ois Hollande a jete9 le doute sur l’e9tat re9el des finances publiques en confirmant son intention, s’il est e9lu le 6 mai prochain e0 l’c9lyse9e, de demander un audit e0 la Cour des comptes.

Michel Brugi
Répondre

Le marché a besoin de règles au niveau mondial. Quand il fait de l’argent en dormant, il faut le taxer. D’où la proposition d’une taxation sur les transactions financières de court terme. L’Union européenne au moins pourrait se mettre d’accord pour s’en prendre aux paradis fiscaux, aux agences de notation, aux bonus bancaires, aux produits dérivés

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet