Une affaire d’Etat

Eté 2008. Ma secrétaire me passe Bernard Tapie.

Allo ? C’est Bernard ! Comment vas-tu ?

Le ton est volontairement complice, le tutoiement de rigueur. J’ai l’impression de parler à la marionnette des Guignols… Cette pseudo connivence est d’autant plus décalée que nous ne nous sommes jamais vus ni parlés… Bernard Tapie cherche à savoir ce que trament les socialistes. L’homme d’affaires est aux aguets. Il vient de recevoir 285 millions d’Euros dont 45 au titre de « préjudice moral ».

Cette sentence arbitrale a en effet été immédiatement contestée publiquement. Pourquoi avoir, au lendemain de l’élection présidentielle de 2007, interrompu la procédure traditionnelle alors que le CDR (représentant les intérêts du Crédit Lyonnais) était en passe de remporter la bataille judiciaire ? Pourquoi le gouvernement a-t-il choisi l’arbitrage, procédure privée de règlement des litiges ? Pourquoi n’a-t-il pas saisi préalablement le Parlement comme l’a rappelé la Cour des Comptes ? Pourquoi une fois la sentence rendue, Christine Lagarde, ministre de tutelle, n’a-t-elle pas utilisé son droit de recours alors que la décision était disproportionnée et en contradiction totale avec ce que la Cour de Cassation préconisait ? Pourquoi tant d’empressement au cœur de l’été pour obtenir l’exequatur de la sentence ?

Les zones d’ombres sont légion. Les révélations successives du Canard Enchaîné ont montré que les Hauts fonctionnaires siégeant au sein de l’EPFR (établissement public coiffant le CDR) agissaient sur ordre.

Le sentiment général est que derrière cette histoire se cache une affaire d’Etat. C’est la raison pour laquelle Jean-Marc Ayrault et les députés socialistes, radicaux et citoyens ont décidé de se lancer dans une bataille judiciaire afin de permettre à la justice de faire émerger la vérité. La porte administrative nous a été refermée pour absence d’« intérêt à agir »? Nous prenons en avril dernier celle de la Cour de justice de la République (qui est seule habilitée à juger des actes d’un ministre dans l’exercice de ses fonctions). Jean-Marc Ayrault et 8 députés du groupe saisissent donc Jean-Louis Nadal, procureur général de la Cour de cassation, qui a le pouvoir de transmettre le dossier à la commission des requêtes de la Cour de justice de la République. Cette Commission, composée de 7 magistrats parmi les plus élevés dans l’ordre judiciaire (Cour de cassation, Conseil d’Etat, Cour de cassation), détient la possibilité de faire instruire – ou non – le dossier.

Le 29 juin, Christine Lagarde est « exfiltrée » vers le FMI. Le président peut ainsi espérer faire d’une pierre, deux coups : conserver le siège de directeur général du FMI à un ressortissant français et sortir la ministre des Finances du jeu politique national et – au moins pouvait-il l’escompter – judiciaire…

Chacun peut imaginer la pression qui pèse depuis sur les magistrats de la commission des requêtes. Chacun comprendra donc, réciproquement, la portée de leur décision d’ouvrir une enquête : Si le dossier était vide, si les soupçons n’étaient pas nombreux et convergents, aucun d’entre eux n’aurait pris un risque tout à la fois pour sa carrière et pour la France au FMI. Leur décision est intervenue un 4 août, coïncidence calendaire qui rappelle utilement aux puissants qu’il existe aujourd’hui des magistrats qui considèrent que l’abolition des privilèges repose aujourd’hui sur une justice impartiale.

Les incriminations retenues sont extrêmement graves : complicité de faux et complicité de détournement de fonds publics. Il s’agit de crimes, pas de délits. Si ce n’était une ministre qui était en cause, ces charges relèveraient d’une cour d’assises.

La question qui reste posée maintenant est celle du réseau de complicité qui a pu conduire à de telles décisions. Madame Lagarde déclarait en juillet 2008 : « Est-ce que vous croyez que j’ai une tête à être copine avec Bernard Tapie? », Etait-ce le simple démenti de toute connivence avec l’ancien patron d’Adidas ou une manière de détourner les regards vers le responsable en chef de ce vraisemblable scandale ?

La directrice générale du FMI aura désormais l’occasion de s’en expliquer au cours de l’instruction qui va s’ouvrir.

Commentaires

Martin du 75
Répondre

Depuis fort bien longtemps nous constatons l’abus de pouvoir du président de la république qui via son avatar de ministre Lagarde organise une opération dont le but est de renflouer Bernard Tapie. Cet arbitrage est une honte envers notre république !

Estelle Lorient
Répondre

Merci au groupe socialiste d’avoir saisi le procureur général de la cour de cassation Jean Lous Nadal, et la nouvelle d’aujourd’hui nous rassure . Un enquête aura bien lieu .. Seulement avec le départ à la retraite de Nadal et la nomination de son successeur les inquétudes demeurent sur la capacité de notre appareil judiciaire à aller au bout de cette affaire …Mais prenons ce qu’on peut prendre..

Sophie VIVIEN
Répondre

J’ai publié votre article sur ma page après celui du Monde…comment rester indifférent?

Franck Payonne
Répondre

Mai je suis vraiment content que l’ Etat et madame lagarde en premier, aident un de mes concitoyens. Et Oui! Bernard Tapie le ,pauvre (intermittent du spectacle comme moi), habite dans la plus belle propriété de ma ville à Combs-la-Ville je précise!
C’est simple il fait ses courses le samedi dès fois le mercredi au marché de Combs-la-ville il entre et sort aussi du crédit Lyonnais qui se trouve en face du marché! comme quoi il n’ est pas rancunier après le préjudice moral qu’il a eu, preuvent qu ‘il est généreux cet homme! Son pauvre père est enterré dans le cimetière, il est du 77 Nanard Bref c’est que cela fait des frais ses problèmes pour notre Combs-la-Villais! donc je suis content vraiment pour lui qu ‘il est réussit à se faire aider! Même si il se peut que dans son histoire au Bernard Tapie, il est certains que d’ autres ont gagné des sommes plus importante et sur son dos! la seule question qui me viens en tête, c’est que pour être président du FMI faut-il mieux être accusé de vol ou de viol!!!!!Je me demande ce que va être le devenir du trourisme dans nôtres pays, car nos deux ambassadeurs supposés DSK et Lagarde donnent une mauvaise image de nôtre pays, je crois franchement qu ‘il faut mieux encore des images du Tour De france avec des cyclistes doppés, amis touristes je vous le demande, restez confiant en notre beau pays!!!!!!Mais Bernard tapie franchement c’est un AS comme disaient les poilus de 14!!!à 14 ans il transportait des sacs de charbons sur son pauvre dos et de nos jours, si il pouvait il achèterai toutes les mines du Monde! Bravo bernard!!!!!!

le flaneur
Répondre

La Presse en fait des tonnes ce vendredi pour mettre en valeur le nouveau centre(Monsieur COURSON) ou Cap21(Madame LEPAGE) qui se félicitent de la décision prise. Sauf que si les Socialistes n’avaient pas saisi qui de droit, « l’affaire » n’aurait pas rebondi!Heureusement donc qu’il y a un groupe socialiste présent(sauf exceptions!!) et attentif aux intérêts de la France!

Joseph Yakete
Répondre

Le devoir des juges c’est de rendre la justice; leur métier de la différer. Heureusement qu’il ya quelques-uns qui savent leur devoir et font leur métier.La justice est si sacrée, elle semble si nécessaire aux succès des affaires que ceux-là mêmes qui la foulent au pied prétendent n’agir que d’après ses principes. Nous socialistes voulons et espérons que justice soit rendue dans cette affaire car le pire des situations serait que les Français comprennent définitivement que leur justice est comparable à un filet de pêche à travers lequel passent les gros poissons et sont retenus tous les petits sans exception!

Ramos Alain
Répondre

Il y a aussi le dossier: TAKIEDDINE. Voir les articles sur Médiapart. Il me semble urgent de mener une campagne très,très forte sur ce dossier.

FB_100000174980240
Répondre

Vraiment la presse en France .. Voila qu’elle fait ses choux gras de l’affaire Tapie Lagarde alors que jusque là seul mediapart avait pris la mesure de l’affaire. Mais au lieu de mettre en avant l’action du groupe socialiste, c’est le nouveau centre qui est valorisé ils n’en ratent pas une .. En tout cas, bravo au groupe pour ses prises d’initiatives. Il reste qu’il est regrettable que Christine Lagarde soit aujourd’hui à la tête du FMI..Espérons que la justice pourra faire la lumière sur cette affaire.

mary-rabine
Répondre

Voilà qui donne du poids à l’idée d’une VIème république…

Francesca B.
Répondre

Merci à toi Olivier pour tes toujours excellents commentaires, très instructifs et qui savent fortifier notre militantisme, en général et le mien en particulier. Nous sommes plusieurs à applaudir à l’action courageuse et opportune du groupe socialiste pour sa « saisine » de la Cour de Justice de la République. En revanche, d’autres insinuent, à propos de cette « affaire », que la VIème république serait … la panacée ? Ah ? Vraiment ? Cette république-là saurait empêcher les tricheurs de tricher ? les affairistes de s’affairer, de se servir avant que de servir ladite nouvelle république ? Pas vraiment une bonne idée à défendre me semble-t-il. Ni nécessaire. Un peu comme les Primaires !

Lucien democrate
Répondre

Bien que non socialiste, je fustige l’action présidentielle envers un homme qui s’est montré durant toute sa vie impitoyable. C’est une bonne chose que des personnes dénoncent ce genre de comportement dégradant pour notre pays.

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet