Rue Myrha. Les défis de la laïcité au quotidien.

L’extrême droite ose tout, c’est même à ça qu’on la reconnaît. Jean-Marie Le Pen s’était annexé Jeanne d’Arc, sa fille voudrait incarner la nouvelle figure de Marianne. Le Front National serait désormais le meilleur défenseur de la République. Après avoir été le parti le plus anti-laïque de France, il annonce que sa prochaine croisade présidentielle aura pour étendard la laïcité…

Personne n’est vraiment dupe. Ni vous, ni moi, ni eux, ni personne. Ce n’est pas la séparation des églises et de l’Etat que Marine Le Pen entend consolider. La laïcité n’est invoquée que contre l’Islam et sert à exprimer un racisme politiquement incorrect.

La dernière saillie de la famille Le Pen a déjà fait le tour des médias, de la toile et animé bien des conversations. Les musulmans de la rue Myrha se livreraient à une « occupation » sans chars. Le parallèle implicite avec la seconde guerre mondiale est évidemment nauséabond. On nous dit que Marine Le Pen serait la copie conforme de son père, avec cette déclaration elle pousse plus loin les frontières de l’inacceptable en s’attaquant non plus seulement aux migrants, mais aussi à des citoyens français dont le seul tort est d’être musulmans.

Ceci écrit, la provocation ne doit pas nous interdire de penser juste.

La rue est-elle un lieu de prières ? La réponse est évidemment négative. Les manifestations religieuses occasionnelles sont heureusement tolérées (processions, pèlerinages, rassemblements de jeunes etc.), mais elle ne peut devenir le lieu régulier d’un culte (pas plus que d’un parti ou d’un courant philosophique).

Les tendances radicales de l’Islam intégriste se servent aujourd’hui de la pénurie de mosquées pour imposer une nouvelle forme de prosélytisme (1). L’exaspération des riverains ne peut être rejetée au motif qu’elle serait une forme de xénophobie. La rue est un espace collectif et doit être respectée comme telle.

Si les élus frontistes étaient sans arrières-pensées, ils ne compteraient pas parmi ceux qui s’opposent à la délivrance de permis de construire pour les mosquées. Pour en finir avec l’Islam des rues et des caves, il vaut mieux accepter un Islam des mosquées. Question de logique.

Si nous sommes de vrais laïques, nous devons aussi dire, indépendamment des outrances extrémistes, que la rue appartient à tous, c’est-à-dire à personne.

______________

(1) pour les lecteurs campésiens de ce blog, chacun garde le souvenir des salafistes du bois de grâce.

Commentaires

Arnaud Picard
Répondre

Tout à fait d’accord sur les principes et l’idée évidemment que la rue n’est pas un lieu de prière.

Ceci dit, on a là un vrai problème de timing politique car comme dans le débat sur la burqa , le parti socialiste et la gauche, nous sommes toujours en réaction à des propos de l’extrême droite ou de la droite classique.
Et comme dirait un célèbre rappeur « le contexte est plus fort que le concept. » Notre parole et nos beaux concepts sont donc balayés par la vague médiatique et la ploémique du moment. Et comme au quotidien on ne s’empare pas de ces sujets, notre parole devient vite suspecte, marginale ou illisible.
Nous en sommes là.

Et, pendant ce temps là, l’anti Islam dans notre pays progresse avec les amalgames entretenus par la droite. Et quand un sondage annonce que 54% des sympathisants UMP approuvent les propos de Marine Le Pen, il y a vraiment urgence pour la gauche de porter un discours de respect et de générosité envers la communauté musulmane !

Amandine Janiaud
Répondre

On s’est fait avoir sur la burqa, on va se faire avoir sur les prières dans la rue ?! Nous avons d’autres sujets plus importants à traiter, marre de se faire imposer des réactions par la droite et l’extrême droite. Et je me méfie des idéologues de gauche sur ces questions qui s’inspirent de Riposte Laique.

marlon
Répondre

très bon article ,Olivier, daccord avec toi sur l’Islam des mosquées.. et quand on se rapl ce qui s’est passé à champs avec les salafistes du bois de grace il serait bon de ne pas laisser s’installer une trop grosse pénurie de mosquée

Noelle Picard
Répondre

Cet anti islam qui monte en France est un poison qui nous ronge et le sondage du monde l’illustre. Il parle des sympathisants UMP mais la gangrène va bien au delà. Il n’y a qu’à voir les réticences sur l’intallation de mosquées, bcp préfère encore l’islam des caves qui ne se voit pas.Il est du devoir des responsables politiques de ne pas attiser le feu sur ces sujets et de ne pas jouer avec les peurs..

Il ne sert à rien de courir après le fn , à ce jeu le fn sera toujours la Le gouvernemen,t ferait mieux de traiter davantage les questions sociales et l’emploi et de mieux organiser l’état pour répondre plus efficacement aux difficultés renconrées . L’improvisation permanente et la sur réaction ça finit par se voir, l’happening permanent a des limites

Michel GENNERAT
Répondre

Bonjour,

Les bêtises à répétition de Marine LEPEN ne doivent pas nous absoudre de notre responsabilité de ne pas avoir mis à la disposition de la communauité mulsummane, des lieus de culte.
Et lâ est le fond du problème.
Ne pas être en réaction mais en action…

Noelle Picard
Répondre

Pour ma part je souhaite qu’une nouvelle génération de responsables politiques au PS s’emparent de ces sujets et qu’on ait un discours plus fort sur les pbl urbains en général..Actuellement notre discours ne parle pas assez

Noelle Picard
Répondre

En même temps le ps n’a pas construit plus de mosquées que la droite, assumons de temps en temps ! L’islamisme naît dans l’exclusion, l’intervention de Benoit Hamon sert le FN. On est parti pour un 2nd tour Sarko/ Le Pen si on bouge pas.

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet