Quand Eric Besson avait des visions prémonitoires…

Il y a quelques mois une équipe de l’émission « Envoyé spécial » est venue m’interroger à l’occasion d’un portrait réalisé sur Eric Besson. Nous avons en effet travaillé ensemble pour la préparation de l’élection présidentielle de 2007 (Inutile de préciser avant qu’il ne retourne sa veste). Il avait eu très tôt cette bonne idée de faire le bilan du président de l’UMP et de compiler l’ensemble de ses discours. Il voulait démasquer à partir de faits bruts et de déclarations incontestables les habiletés ou les mensonges du candidat, et restituer l’identité politique de Nicolas Sarkozy. Ce travail fut mis en ligne la semaine précédant le congrès d’investiture de l’UMP, puis le document vendu en kiosques sous le titre « les inquiétantes ruptures de M. Sarkozy« .

La droite avait riposté en s’attaquant à une phrase malheureuse de l’introduction (la seule partie écrite de la seule main d’Eric Besson, le reste ayant été rédigé sous sa coordination) lorsqu’il qualifiait N. Sarkozy de « néo-conservateur américain à passeport français« .

Pour préparer cette émission, j’ai relu ce document et évidemment avec une attention particulière pour le propos liminaire. Ma surprise fût finalement de ne trouver aucune ride à ce document de campagne. Il faut bien reconnaître que Nicolas Sarkozy n’a pas besoin d’être caricaturé pour être inquiétant…

Je vous épargnerai la relecture complète (cette fois) du texte (excellent). Mais je ne résiste pas au plaisir de vous citer ces quelques lignes de l’actuel « ministre de l’immigration et de l’identité nationale », lignes qui prennent tout leur relief dans l’actualité du moment :

 » ce sarko show est une arme de dissimulation massive, car celui qui ne cesse de prétendre vouloir être jugé à ses résultats n’a pas son pareil pour masquer les piètres bilans de son action » (…/…) « l’échec n’atteint que rarement notre héros. Le plus souvent parce qu’il le noie dans le mouvement perpétuel : chaque fois qu’il se trouve en difficulté ou se voit obligé de se justifier de son action, le candidat de l’UMP se saisit d’un fait divers pour enfiler la combinaison qu’un Le Pen laisse parfois au vestiaire de celui « qui dit tout haut ce que les français pensent tout bas ».  Un jugement à l’emporte-pièce, une provocation suivie d’une polémique, le tout conclu par un sondage qui démontrerait que Nicolas Sarkozy a les élites contre lui mais le peuple avec lui et le tout est généralement joué. En cas de nécessité, si provocation et écran de fumée ne suffisent pas, Nicolas Sarkozy actionne le parachute de secours celui de la défausse. Car celui qui se présente comme un pieux catholique n’aime rien tant que battre sa coulpe sur la poitrine des autres : il n’est par essence, jamais responsable » Toute ressemblance avec une réalité récente serait purement fortuite…

Dans sa conclusion Eric Besson rappelait que Nicolas Sarkozy avait déclaré qu' »une seule chose » le distinguait de Georges Bush : « il a été élu deux fois président, moi pas« . La suite est entre nos mains.

Commentaires

Estelle Picard
Répondre

Tout était dit, il n’y a pas à dire son analyse était perspicace… au traitre heureux…

Stéph Baron
Répondre

Merci pour ce rappel Olivier, ce serait presque rafraichissant hormis la nature dramatique d’avoir un tel chef de l’état …
Espérons que les gauches feront preuve d’intelligence pour que la différence avec Bush reste ad vitam eternam d’actualité, non pas seulement pour nous socialistes et nos alliés, mais surtout pour le pays et nos concitoyens qui n’en peuvent mais.

On se verr

Stéph Baron
Répondre

(suite)
On se verra ce week-end j’imagine ;o)

François Muller
Répondre

Je me permets de te faire partager mon délire fais-en ce que tu veux…
Halte au feu !
Au moment où le roi des Roms autrichien Sarközy déclare que son homonyme de l’Élysée ne peut être que rom, le gouvernement renforce sa politique anti Roms. Imaginons : Rafle dans le squat de l’Élysée, rétention, reconduite à la frontière hongroise, versement des 300€. Pour couronner le tout notre président ne revient pas chez nous dans les 3mois contrairement à la plupart de ses congénères. De quoi aura l’air notre gouvernement ? Ce ne sont pas les sanglots télévisés de M Hortefeux ou M Besson qui nous le rendront.
Le gouvernement veut aggraver les peines des délinquants, naturalisés Français, de fraîche date. Ne vise-t-il pas là encore le Président en s’attaquant à sa femme? Supposons : Mme Carla Sarkozy, un jour pas comme les autres, écrase son garde du corps avec sa petite voiture en faisant ses courses rue du Faubourg Saint Honoré. Elle est condamnée à une juste peine d’emprisonnement mais grâce à son mariage avec le président et à sa naturalisation elle deviendrait en plus apatride à sa sortie de prison. L’acharnement du gouvernement contre notre président est encore une fois démontré.
Le gouvernement menace de prison les parents de banlieue débordés par leurs ados. Vise-t-il là encore notre président père de banlieue (Neuilly-sur-Seine) qui laisse folâtrer son rejeton en deuxième année de droit à 23 ans ?
Je compte sur vous pour dénoncer ces attaques incessantes et insupportables du gouvernement contre notre président et sa famille. Aujourd’hui le gouvernement attaque le président mais demain la cible ce sera nous.
François Muller
Francoismuller3@gmail.com

Alexandre Goutagny
Répondre

La pire des trahison c’est sans doute se renier soi même … Quand on en arrive là on est prêt a trahir les intêrets de sa famille politique et des valeurs de son son pays

Olivier Faure
Répondre

A Stéphane, oui je serai à la Rochelle demain. On essaie de s’y retrouver 😉

fabrice
Répondre

La rentrée est là et on reparle d’eric Woerth .. il serait bon de connaitre la vérité .. et si la cour de justice peut y aider chiche!
et de là à parler de lapidation judiciaire il y a des terme qu’un ministre ne devrait pas utiliser ..

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet