Art et méthode du passage en force.

Que vaut la parole du président de la République?

En 2007, le candidat Sarkozy prenait l’engagement dans une interview donnée au journal Le Monde de ne pas revenir sur la retraite à 60 ans. En 2008, le nouveau Chef de l’Etat réitérait cette promesse sur RTL, précisant qu’il n’avait pas reçu mandat des Français pour cela.

Xavier Bertrand explique désormais que ce total revirement est lié à la crise… Pouvait-il imaginer plus mauvais argument? Dire cela c’est expliquer que les salariés les plus modestes, ceux qui ont eu les carrières les plus longues et les plus pénibles, ceux qui ont déjà suffisamment cotisé pour une retraite à taux plein, vont devoir travailler plus longtemps pour payer les conséquences d’une crise qu’ils subissent déjà de plein fouet et dont ils ne sont en rien responsables. Quelle indécence…

Le gouvernement n’ignore rien de la fragilité de sa réforme et craint tout d’un réveil de l’opinion. Prudent, habile, manipulateur, le pouvoir distille les informations sur une réforme dont les contours sont en réalité décidés depuis le premier jour. La méthode est limpide :

  • Dramatisation des enjeux
  • Affirmation de solutions présentées comme les seules possibles / discrédit jeté sur tout projet alternatif
  • Argumentation autour du courage pour couvrir l’injustice du projet
  • Désarmement du mouvement social en annonçant que les régimes spéciaux ne seront pas touchés
  • Annonce d’une contribution symbolique sur les hauts revenus

Le calendrier de la réforme doit également retenir l’attention :

  • Présentation de l’avant projet mi juin en pleine coupe du monde football
  • Passage en conseil des ministres le 13 juillet pendant les grandes vacances
  • Passage en commission du 20 au 22 juillet au moment le plus creux de l’année
  • débat et vote en séance publique à partir du 7 septembre lorsque les familles sont occupées par la rentrée scolaire (temps programmé pour limiter le temps des débats et les possibilités d’amender)

Le plan aurait été parfait si le parti socialiste n’était venu perturber son bel ordonnancement. En présentant le projet des socialistes, Martine Aubry a ouvert prématurément le débat, obligé le gouvernement à se découvrir et permis aux Français de comparer les choix possibles. La mobilisation sociale est encore balbutiante, mais les sondages sont déjà encourageants. Hier dans les Echos, BVA faisait apparaître clairement qu’entre les projets du PS et de l’UMP, les Français n’hésitent pas. Ils trouvent la réforme socialiste, »plus juste« , « plus crédible« , « meilleure« et « plus efficace« … Ce matin l’institut CSA dans le Parisien indique qu’une très large majorité de Français est prête à manifester (62%) pour défendre l’âge légal du départ à la retraite à 60 ans.

Ce n’est qu’un début…

Retraites : Ce que disait Sarkozy

Commentaires

Denise
Répondre

C’est édifiant.

Estelle Picard
Répondre

Le projet du PS bouge les lignes c’est très bien mais il faut le porter et être bien en vue dans les médias ce n’est pas gagné.
Il faut faire attention à ne pas tomber dans la demagogie en laissant penser que tous pourront prendre une retraite à taux plein à soixante ans

Anne
Répondre

c’est un combat qui en vaut la peine; je suis contente de vous voir de ce coté de la barrière. J’aime votre détermination. Comme souvent.

Alexandre Goutagny
Répondre

Travailler plus longtemps , pour avoir une retraite pourrie a la fin … Non décidemment ce modèle de société imposé qui n’est plus le modèle français et républicain , incite vraiment a fuir ce pays et a tenter sa chance ailleurs . La France est elle synonime d’espoir d’un avenir meilleur ? J’en doute .

hugues
Répondre

Je suis d’accord avec la retraite à 60 ans, qui ne veut rien dire sauf pour les gens qui ont commencé à travailler très tôt, car il faut pour le moment 42 ans de cotisation. Je suis aussi d’accord avec le rapport de Terra Nova, maintenant que les retraités sont plus riches que la population générale. Alexandre, le problème des retraites n’est pas spécifique à la France. La retraite par capitalisation n’est pas non plus adaptée à une retraite très longue.
Le système Français de 1945 est adapté à une population dont l’espérance de vie est de 65 ans, pas 80+.

En revanche on a un TRES SERIEUX PROBLEME de chômage, bien plus grave que celui des retraites.

Françoise
Répondre

On sait depuis longtemps que Sarkozy ne tient jamais ses promesse, bien fol est qui s’y fie !
On sait depuis longtemps qu’il manque d’élégance morale (je ne parle pas du physique), il nous l’a prouvé en attaquant Mitterrand l’autre jour. Heureusement que Mitterrand a eu la brillante idée de donner la possibilité aux salariés de prendre leur retraite à 60 ans sinon beaucoup seraient morts à la tâche. Si on veut être cynique c’est une excellente façon de « liquider » les vieux usés par des travaux pénibles ! C’est peut être la façon sarkozyenne de résoudre le problème des retraites, ce ne sera jamais la nôtre !
On sait aussi qu’il est parfaitement incompétent, qu’il ne sait pas où il va sinon qu’il défend toujours les intérêts de ses amis du Fouquet’s.
Chère Estelle, est-il nécessaire de vouloir faire travailler les gens après 60 ans alors qu’on les « vire » bien avant et que les jeunes, eux, sont sans espoir d’un vrai boulot. Ce n’est donc pas de la démagogie, c’est simplement du réalisme.

Rémi
Répondre

Je suis daccord avec hugues on

Rémi
Répondre

je suis daccord avec hugues on a un sérieux problème de chomage en france une génération est en train d’être sacrifié et les plus de 50 ans sont mis à la porte.
je veux bien une retraite à 60 ANS mais ppur qui? Qui aura assez d’annuités? Qui sera encore au travail à 60 ANS et ceux qui le seront n’auront il pas envie de profiter d’une meilleure retraite à taux plein en continuant à bosser.. la retraite à 60 ans ça sera un privilège
Autre chose le trou financier à combler est colossal pour que le système ne se casse pas la gueule et avec le chomage et la crise ça s’arrangera pas.. Les plans ne sont ils pas un peu court pour combler le trou immédiatement , on voit à longue vue mais c’est maintenant qu’il faut combler après trop tard

thierry
Répondre

@ Rémi
la retraite à 60 ans c’est une mesure de justice pour les métiers les plus pénibles qui sont aussi les métiers les moins qualifiés
ce n’est pas normal que ces gens soient appelés à rester après 60 ans alors qu’ils ont déjà fait leurs annuités. EN fait ils paient pour que d’autres n’aient pas à les faire. C’st totlment injuste

Jean-Michel
Répondre

il avait dit aussi travailler plus gagner plus….
La retraite c’est sa réforme pour gagner 2012il va nous le mettre durant les vacances quand on sera sur les plages

Choi
Répondre

Il en fait quoi de la négociation avec les syndicats. Je me rappelle de l’émission de télé ou il rencontrait des téléspectateurs il s’était présenté comme ayant une nouvelle méthode de dialogue avec les syndicats et les forces vives du pays.. C’est en passant au forcept un texte majeur qui marque une rupture historique avec la france d’avant qu’il inaugure une nouvelle méthode de dialogue…Il veut que cette réforme soit emblématique mais il la passe en catimini..La droite a peur d’elle même. Elle qui dans les années 80 se targait de savoir gérer les finances cumule les déficits depuis 2002 ..Non seulement la droite mène la politique la plus injuste possible mais en plus elle a perdu la main .. elle ne sait plus gérer les finances d’un pays …La france va le payer cach

sandra
Répondre

Le projet du PS sur les retraites est assez bon, surtout le volet des pistes concernant les nouvelles ressources pour sauvegarder le régime.

Cependant la focalisation (dans notre communication) sur la retraite à 60 ans est une idiotie… Aujourd’hui quand on a la chance de ne pas s’etre fait virer avant, en moyenne on va deja à 61, 62 ans. Alors garder cette possibilité dans la loi pour les métiers difficiles d’accord, mais portons aussi un discours de vérité.

Dès lors qu’on accepte les 41 années de cotisation, c’est évidemment qu’on va dans le sens de travailler + longtemps, au dela même de 65 ans ; car, si l’on commence à travailler tard, à 25 ou 30 ans, pour avoir une retraite pleine , il sera nécessaire de travailler beaucoup + longtemps… Assumons donc cet aspect du débat !

lena
Répondre

@ Sandra
Il ne faut surtout pas lâcher sur la retraite à 60 ans. Parce que:
c’est une conquête de la gauche
tous les syndicats se battent là-dessus
si on lâche sur ce point, on lâchera sur le reste aussi
ça ne règle pas le problème de financement
pour ceux qui ont commencé à travailler tôt
pour ceux qui sont au chômage bien avant 60 ans
pour faire reculer le chômage des jeunes
pour ne pas voir reculer l’âge limite de départ, qui détermine l’annulation de la décote
et… pour ne pas travailler toute sa vie valide

Arnaud Picard
Répondre

je suis d’accord avec vous iena , gardons l’age légal à 60 ans , c’est une sécurité pour ceux qui ont commencé à travailler très tôt et souvent dans des métiers très difficiles…

Cependant, ne ne nous contentons pas de dire cela, les français ne sont pas dupes et savent que pour beaucoup d’entre eux, ils vont devoir travailler bien au delà de 60 ans (toutefois si l’emploi des seniors s’améliore) pour partir avec une retraite à peu près complète.

Car Iena nous avons deja laché ou accepté (selon les termes que vous préférerez) l’augmentation du nombre d’années de cotisation. Au pouvoir , nous ne reviendrons pas dessus… ça va mieux en le disant , vous ne croyez pas ?

lena
Répondre

@ Arnaud

« Car Iena nous avons deja laché ou accepté (selon les termes que vous préférerez) l’augmentation du nombre d’années de cotisation. »
Mais le gouvernement actuel veut augmenter encore le nb d’annuités, à 42, 43, 45! Il faut s’opposer à cela, c’est l’urgence. Le PS ne dit rien d’autre. Quant à revenir à 37,5 annuités, c’est impossible dans le contexte (politique, pas financier ou démographique) actuel. S’en vanter, pourquoi donc? Se taire sur le sujet permet de se battre contre les propositions de la droite, et de laisser le sujet ouvert pour la suite. C’est bien.
Dans la manif du 27, j’ai discuté avec des syndicalistes (à « gauche » du PS), ils étaient ravis de la position actuelle du parti socialiste, expliquant que c’était un point d’appui formidable. Et le tract s’arrachait comme des petits pains. Cette fois-ci, le PS est en phase avec le mouvement social, on ne va tout de même pas s’en plaindre!

Arnaud Picard
Répondre

@iena…

globalement d’accord , pas de quoi se plaindre… le PS sur ce sujet, au moins, est audible et force de proposition…

Estelle Picard
Répondre

Encore une fois le parlement est verrouillé .. cette fois c’est pour le débat des retraites.SCANDALEUX
La droite ne respecte pas le débat démocratique, le parlement est une perte de temps p sarko lui c’est l’art du passage en force

Je te cite Olivier Le temps de parole vient d’être limité à deux minutes. Un chronomètre a été installé. Un orateur seulement par amendement pour toute l’opposition. Alors que la justification du huis clos était la possibilité d’un échange libre, c’est verrouillage à tous les étages? Comment traiter de sujets aussi simple que la pénibilité en 2 min? »

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet