La femme d’honneur et le cynique

Ce n’est pas possible. Je n’y crois pas. Non, il n’a pas pu récidiver… Pincez-moi, réveillez-moi ! Dîtes-moi qu’il n’a pas pu recommencer ça.

Après avoir tenté d’instrumentaliser le thème de l’identité nationale, voilà que le président ressort celui de l’insécurité pour arracher des réflexes pavloviens aux électeurs de droite. Et voilà qu’à Dammarie-les-lys, flanqué de Chantal Brunel, Nicolas Sarkozy nous promet une nouvelle nouvelle nouvelle loi…

Cette annonce appelle trois remarques rapides de ma part :

  • Le chef de l’Etat a une image très méprisante des électeurs de droite : légèrement racistes et sécuritaires jusqu’à l’obsession…
  • A force de créer une peine automatique après chaque fait divers, la justice pourra bientôt se passer de juges. Il suffira d’un distributeur.
  • Les services de l’Elysée sont mieux renseignés que ceux de Matignon. Au moins Sarkozy ne confond pas comme Fillon les policiers morts et vivants.

Ce dérapage du Premier Ministre hier soir illustre le cynisme avec lequel les dirigeants du pays se sont emparés de l’émotion publique pour chercher un petit et indécent profit électoral.

Si j’étais électeur de droite, je n’aurais décidément pas trouvé de bonnes raisons de soutenir mon camp dimanche prochain.

Mais je ne voudrais pas terminer ce billet aujourd’hui sans vous dire qu’à l’inverse, l’électeur de gauche que je suis, aurait volontiers voté pour l’accession d’une femme de droite sous la prestigieuse coupole de l’Académie française.

Simone Veil, rescapée des camps d’extermination, vient d’accéder au rang d' »immortelle« . Douce revanche. Rentrée d’Auschwitz-Birkenau où elle a perdu sa mère, chacun aurait compris qu’elle bascule dans le cynisme après avoir perdu toute illusion sur la nature humaine. Elle aurait pu se réfugier dans la haine, elle a choisi au contraire le pardon et la réconciliation. Elle a consacré sa vie publique à la défense de la construction européenne et du couple franco-allemand.

Ce 18 novembre, elle était l’honneur de la droite.

Commentaires

Gédéon
Répondre

Jean-Serge Nérin, le policier tué à Dammarie-Les Lis, est sorti de l’école de police de Vannes en 79. Il mérite mieux qu’une opération de récupération d’un entre deux tours électoral. Nous avons à notre tête un type qui ne respecte même pas le deuil de ceux qui servent pendant 30 ans – presque une vie – l’Etat. Honte ultime à nous, puisque sarkozy est sensé parler en notre nom. Indécence quand tu nous tiens

Myriam
Répondre

5 paragraphes et une liste en 3 points pour celui qui représente notre honte nationale, et seulement 1 paragraphe 1/2 pour la seule femme de droite pour qui j’ai une réelle admiration… Je regrette que la proportion ne soit pas inversée :'(

Eng
Répondre

Comment ne pas éviter une récupération politique de tel ou tel parti politique (UMP et PS compris,votre papier en est bien une!) quand un évènement de cette nature arrive en plein débat électoral… Quoiqu’il en soit, je resterais toujours scandalisé de l’indifférence général qui règne autours des agressions dont sont victimes les policiers et gendarmes dans notre pays! Plus qu’un individu, ces hommes et ces femmes représentent la main répressive de l’Etat et devrait toujours être considérés ainsi. Car aujourd’hui ils ne font plus peur à personne et deviennent même la risée des voyous de toutes espèce, c’est à dire à travers eux l’Etat. Et c’est bien l’appareil politique qui en est responsable, les fonctionnaires de Police, eux, font de leurs mieux.
En revanche, je suis d’accord avec vous, cette manie de légiférer à chaque évènement est une erreur mais que même le PS se permet de pratiquer…

Olivier Faure
Répondre

Cher Eng,
1. Bien sûr les policiers et gendarmes méritent notre soutien et notre respect. Quand ils portent l’uniforme, ils sont investis de l’autorité républicaine.
2. C’est d’ailleurs pour cela que le meurtre d’un policier est passible de la perpétuité et qu’une peine incompressible de 22 ans est possible.
3. En revanche les peines automatiques sont inconstitutionnelles et N. Sarkozy le sait puisqu’il a déjà été sanctionné par le conseil lors de la loi récidive. Le principe auquel nous sommes attachés est celui de l’individualisation des peines. Il appartient aux juges et aux jurés de décider au nom du peuple français en fonction des faits.
4. Nicolas Sarkozy est venu à Dammarie parler d’insécurité, or il s’agit très vraisemblablement d’un assassinat commis par un terroriste de l’ETA. Rien à voir avec la délinquance ordinaire. Voilà bien longtemps que l’on sait que « terroriser les terroristes » relève de l’utopie ou d’une certaine naïveté.
5. Il faut enfin cesser de penser que la peur de la sanction soit dissuasive pour les crimes de sang. Les violences aux personnes n’ont cessé d’augmenter sous Nicolas Sarkozy, alors même qu’il est sensé personnifier l’autorité retrouvée. L’exemple américain est éclairant, la persistance de la peine de mort n’a jamais enrayé les crimes.
6. Ce qu’il faut? Plus de moyens humains notamment. Mais Nicolas Sarkozy supprime des effectifs de police chaque année.
7. Il préfère annoncer une nouvelle loi à chaque fait divers, sans peut-être se rendre compte que ce faisant, il décrédibilise les lois précédentes qu’il a pourtant lui-même faites voter…
Il ‘est dans l’esprit de personne de

Corto
Répondre

Je vous rejoins complètement Olivier mais votre commentaire a été coupé.
Je voulais ajouter que le gouvernement ne donne pas les moyens nécessaires à la policie de bien foonctionner et que les syndicats s’en plaignent de plus en plus.le gouvrnement ne cesse de faire des coupe des suppressions de poste ou des fermetures d’écoles de police

Eng
Répondre

Bonjour,

1- Les policiers ne sont en général pas soutenus par l’appareil politique en cas de coup dur (ie une bavure policière…), car la démagogie faisant, et la phobie d’un Etat dit policier place les politiques du coté du pauvre gars qui s’est fait malmener par la police.
2- Quand je parle de voyous de toutes espèces, cela comprends la délinquance mais également le grand banditisme.
3- Il ne s’agit pas de peine de mort ou de peine super lourde pour faire peur au délinquant, mais il s’agit de la crédibilité de la Police. Au Etats-Unis dont vous prenez l’exemple, vous ne pouvez pas imaginer mal parler à un flic dans la rue, sans avoir la certitude de vous voir arrêter.
4- Certes Mr Sarkozy réduit les effectifs (et encore ça se discute…) mais la Gauche, elle, veut remettre en place une police de proximité qui puissent caresser les « jeunes » dans le sens du poil pour espérer qu’ils soient gentils avec eux en retour. Et bien cela n’est pas la mission de la Police Nationale!!! Elle n’est pas là pour être apprécié par les délinquants, mais pour être crainte… Entre nous, je préfère être victime d’un excès de zèle de flic, plutôt que d’être tabassé par une bande de je-ne-sais-quoi.

Eng
Répondre

Pardonnez mes trop nombreuses fautes…

Ecrire une réponse à CortoAnnuler la réponse.

nom*

email* (not published)

site internet