Flagrant déni

Dimanche soir un ministre, visiblement agacé, a vendu la mèche. En sortant de l’Elysée, il a livré « off the record » aux journalistes présents les argumentaires qu’il était prié de réciter sur toutes les antennes.  Ainsi dès 19 heures, les estimations des instituts de sondages n’étaient pas encore connues du grand public, mais les radios délivraient déjà les « éléments de langage » de l’UMP transformant une bérézina en quasi-victoire… A 20 heures personne ne fût donc surpris par le discours délivré par les porte-paroles de la droite.

L’air est connu. Il a été chanté par bien des perdants. Mais à ce point… Quel est le résultat observable de ce premier tour de scrutin : une majorité rose rouge verte qui se dessine dans l’ensemble des régions, l’UMP et le nouveau centre qui représentent à peine le quart des Français, le Front National qui enraye son recul historique et même retrouve des scores très inquiétants en PACA et dans le Nord-Pas de Calais, une abstention massive qui touche d’abord les électeurs du président. Dit autrement, la politique d’ouverture a fait long feu, la stratégie du parti unique de la droite a échoué, le siphonage des électeurs du FN s’est au minimum interrompu après un catastrophique débat sur l’identité nationale, la déception est immense parmi les électeurs du sarkozysme, notamment dans les classes populaires qui avaient été séduites par le slogan « travailler plus pour gagner plus« .

Ce matin en écoutant Xavier Bertrand sur France Inter débiter pour la neuf cent quatre vingt dix neuvième fois les mêmes fiches préparées par le bon Dr Guéant, je ne savais plus si je devais rire ou pleurer. A se demander si le secrétaire général de l’UMP n’a pas été secrètement appointé par Martine Aubry pour assurer l’abstention massive des électeurs de droite au second tour. Même le Figaro de ce matin aborde sans fard les enseignements du 1er tour « c’est dans l’Est et les départements qui avaient le plus voté Sarkozy en 2007 que les électeurs ont davantage boudé les urnes. » Citant Jérome Fourquet de l’IFOP le journaliste souligne que  » le parti de Jean-Marie Le Pen regagne du terrain en dépit de l’abstention et non à cause de l’abstention. » Plus loin, sous la plume de Sophie Huet on découvre la sociologie du vote d’après une enquête Opinion way qui fait apparaître que même chez les plus de 60 ans, seuls 38% ont voté UMP contre 65% au second tour de la présidentielle de 2007. On ne saurait dire ni mieux ni davantage.

A nier le message adressé par les Français et singulièrement par une part des électeurs de droite, les stratèges de l’UMP s’exposent à ce qu’il leur soit répété avec plus de force encore dimanche prochain.

Comme je ne peux imaginer que les dirigeants de l’UMP soient totalement « manchots » – ils l’ont prouvé par le passé – je me rabats sur une explication psychologique dont je vous laisse apprécier la pertinence.

Le déni de réalité est en psychologie « un des multiples mécanismes de défense dont le moi dispose pour se préserver de l’angoisse. Son fonctionnement consiste à nier la réalité perçue. Lorsque ce mécanisme est utilisé par le sujet, celui-ci transforme inconsciemment la signification des faits qu’il perçoit, car ses perceptions sont cause d’angoisses. La réalité perçue est niée et à elle se substitue un monde imaginaire, plus confortable. Nous le retrouvons aussi dans la schizophrénie, dans laquelle le sujet vit dans un monde imaginaire, où il peut satisfaire, par exemple, son désir de toute puissance. »

No comment…

Commentaires

Eng
Répondre

Mr Faure,

Je suis profondément agacé de voir les rendez-vous électoraux squattés par une gue-guerre entre l’UMP et le PS sur toutes les chaînes de TV et de radio… J’ai trop l’impression de voir un match puéril pour savoir qui a raison, qui a tort et qui est le plus méchant pour vous attirez les bonnes grâces des électeurs. Il s’agit de l’avenir de la France et des français, ces partis devraient s’en souvenir plus régulièrement.

Eng

Olivier Faure
Répondre

Cher Eng, j’ai dit moi-même dans un post précédent tout le mal que je pensais de cette campagne.
Toutefois si les travers sont partagés par tous, la droite est dans cette élection championne toutes catégories. De l’affaire Soumaré à l’exploitation des décès policiers, on chercherait en vain le début du commencement d’un projet régional.

Alexandre Goutagny
Répondre

“c’est dans l’Est et les départements qui avaient le plus voté Sarkozy en 2007 que les électeurs ont davantage boudé les urnes.”

” le parti de Jean-Marie Le Pen regagne du terrain en dépit de l’abstention et non à cause de l’abstention.”

Oui et curieusement c`est dans ces departements que «  » »le debat » » » sur «  » » »l`identite nationale » » » » a le plus derape regardez ce quis`est passer dans la banlieue Est parisienne :

http://www.youtube.com/watch?v=L-2J6-SBMRM

Patrice
Répondre

Ce sont de bons résultats mais relativisons la victoire de la gauche.. En nombre d’électeurs c’est encore très faible et l’électorat de droite est réduit à une portion congrue c’est ça qui est préoccupant ou sont ils. Avis de recherche d’une droite en disparition dans ce scrutin et on nous refait le coup de la sécurité .. le déni c’est que la droite ne reconnait pas un électorat en disparition

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet