Ne vous excusez pas de voter pour cette femme…

C’est comme ça, je n’aime pas les « journées de ». Celle de « la femme » encore moins que les autres. Comme si il en fallait une pour mieux oublier les 364 autres. Mais comme j’ai aussi mes contradictions, je me dis que c’est un bel hommage à rendre à celles qui, en Europe et aux Etats-Unis, entamèrent une longue marche vers l’égalité, un 8 mars 1911. Il y a un siècle déjà. Il y a un siècle à peine.

Ce combat a, pour les plus jeunes, quelque chose qui relève du bon sens. Tant mieux s’ils voient dans les inégalités persistantes, un anachronisme. La vérité, c’est que le féminisme dût se frotter à tous les préjugés. Le féminisme est né au 19ème siècle, comme le socialisme. Tous deux se sont présentés comme des mouvements d’émancipation, de construction de la société sur des bases nouvelles, de refus des dominations illégitimes. Pourtant cette conquête des femmes dût se heurter à de nombreuses résistances, y compris dans le mouvement ouvrier. Certains voyaient alors dans le travail des femmes une forme de dumping qui conduisait à tirer les salaires vers le bas. D’autres voulaient circonscrire le travail féminin à certaines tâches compatibles par leur nature à l’infériorité physique et intellectuelle du deuxième sexe. Il a fallu attendre le gouvernement du Front populaire pour que trois femmes deviennent ministres (alors qu’elles n’étaient ni électrices ni éligibles) et donnent à la cause des femmes une légitimité et une nouvelle visibilité.

Ce combat demeure – hélas – d’actualité. Ces derniers jours à l’Assemblée plusieurs nouvelles pierres ont été posées. Une proposition de loi sur les violences faites aux femmes (co-initiative PS-UMP) a été votée, une résolution sur la clause dite de « l’Européenne la plus favorisée » a été adoptée (résolution PS votée par tous les groupes appelant à légiférer en harmonisant les législations nationales à partir des dispositions en vigueur les plus favorables aux femmes en Europe). Une autre proposition de loi PS sera débattue le 25 mars, prolongeant le congé maternité à 20 semaines. Une autre viendra pour obtenir la parité aux élections législatives.

Ce combat, il est porté aujourd’hui par des élues et des militantes connues ou inconnues qui, pour une large part, ont fait leurs premiers pas grâce à la parité voulue par le gouvernement de Lionel Jospin. Geneviève Wortham (sur la photo) est de celles-là. Conseillère régionale sortante et candidate sur la liste de Jean-Paul Huchon,  Marie Richard(1), Florence Bret-Mehinto (2) et les autres, elle était à Champs en fin de semaine dernière pour nous aider à faire campagne. Nous avons distribué dans le froid et puis nous avons été nous réfugier pour boire un café.

Elle est radieuse. A se demander si les campagnes électorales n’ont pas été inventées pour elle… Geneviève s’illumine quand elle discute politique. Elle parle  avec cette passion inentamée. Rien en elle ne semble pouvoir être corrompu par les délices du pouvoir, les miroirs flatteurs de la notoriété ou le confort de la notabilité. Le temps n’a en rien érodé ses convictions. Elle est fidèle à ce qu’elle croit. Il y a quelque chose de Louise Michel chez cette institutrice que je n’ai cessé d’entendre depuis que je la connais vitupérer contre toutes les injustices.
En l’écoutant, je me dis qu’elle incarne magnifiquement ces combats centenaires du socialisme et du féminisme. Je me dis aussi que sa trop grande modestie porte encore la marque de notre culture. Comme si elle devait toujours donner davantage de gages. Comme si elle devait s’excuser d’avoir eu cette folle ambition d’être élue.

Elle va m’en vouloir d’avoir écrit ces quelques mots sur elle. Elle va les trouver exagérés. Elle dira que c’est trop. Tant pis. J’assume.

Dimanche prochain, ne vous excusez pas de voter pour elle !

_________________

(1) Marie Richard est tête de liste socialiste pour le 77. Elle est vice-présidente sortante de la région et maire de la Ferté sous Jouarre

(2) Florence Bret-Mehinto est la candidate campésienne de la liste PS. Elle prend le relai symbolique de Jeanne Chédhomme conseillère régionale sortante qui ne se représentait pas. Florence est également adjointe au maire à Champs.

Commentaires

MONTOYA Fredericrd
Répondre

Bonjour Olivier
Merci de ce beau portrait de femmes en campagne.Comme quoi il peut y avoir du subliminal dans le combat politique!!C’est vrai que l’on partage ou pas les points de vue de Genevieve force est de reconnaitre que c’est une vrai militante de conviction…
Oui oui allons tous voter en masse ce dimanche pour elles!!!!
Frédéric

Monique Bellas
Répondre

Un sourire, des souvenirs, une certitude : il est des engagements vrais, sincères, forts… Celui de Geneviève est de ceux-là et cela fait du bien de s’en souvenir et de se le dire.

Alexandre Goutagny
Répondre

Un post lumineux avec la photo qui va avec , parceque Geneviève comme Jeanne (d’ailleurs dans les reunions on les voit souvent ensemble) est un peu a l’image de ce genre d’élu(e)s et militantes qu’on aimerait voir plus souvent dans la famille socialistes , accesible , investie , sincère , dynamique et opiniatre meme dans la difficulté alors qu’a certains moment le moral des militants est bas , elle est toujours la au poste pour defendre une certaine conception de la politique et des valeurs de la famille socialiste .
Donc ouais il est vraiment bienvenue ce joli portrait car il vient montrer que dans cette campagne atone et plate (du fait de l’ump ) il y a des hommes et des femmes qui par leur dévouement et leur sincérité méritent qu’on les remercie en se déplaçant massivement dimanche .

Françoise
Répondre

Bravo Olivier et merci….
Merci à Monique aussi et aux autres. L’engagement vrai et sans calcul, ça existe !
Alors votons en masse pour elle et pour les autres qui croient encore au socialisme.
On finira bien par gagner !

denise
Répondre

je n’ai pas l’honneur de connaître cette dame, mais je vous fait toute confiance dans vos appréciations.

Estelle Picard
Répondre

Denise si vous la connaissiez vous pourriez mieux comprendre l’essence même de l’engagement socialiste, chez une militante sincère qui défend ce à quoi elle croit avec l’ardeur de la passion C’est la politique avec un grand P et oui il y en a des élus ainsi.. des engagements vrais qui contredisent ceux qui voient la politique uniquement comme des jeux de pouvoirs et de croques en jambes..

Bernard
Répondre

Depuis que je connais Geneviève, je n’ai jamais douté de son engagement ni de ses convictions, au service d’une cause qu’elle sait juste : être aux côtés de ceux qui ont du mal dans leur vie de tous les jours, les opprimés, les sans grade, la « France d’en bas » !
Et je suis fier de militer avec elle qui, comme le dit Olivier, ne ménage pas sa peine, et n’a pas non plus la grosse tête !

Dimanche, nous devons lui assurer sa réélection, après un 1er mandat bien rempli, qui lui a valu d’être retenue pour un second mandat!

Allez Geneviève, continue !

Geneviève
Répondre

Arrêtez, vous allez me faire rougir! Olivier l’écrit lui-même, il exagère. Heureusement, je connais bien d’autres militant(e)s qui se battent pour changer le « cours naturel » du monde. J’en ai même repéré quelques-un(e)s ici:-) Seule l’action collective peut déplacer des montagnes.
Merci à tous et toutes pour vos encouragements à continuer dans la même voie, tous ensemble.
Et tous aux urnes dimanche!

Jean-Michel
Répondre

Vivement dimanche soir que les socialistes montrent la couleur car la désinformation des médias est à plein tube avec toutes sortes de diversions…

Richard
Répondre

Oui Olivier Geneviève est de celle qui vous marque dans ce petit monde fermé de la politique, une passionaria qui vous donne envie de la suivre. L’engagement militant se nourrit de ces rencontres ..de belles amitiés naissent .. la politique c’est aussi lécole de la vie.Des hommes et des femmes se rejoignent pour défendre leur convictions et leurs valeurs. Dimanche le combat des socialistes doit porter ses fruits; les sondages ne sont que des sondages il faut aller aux urnes. La droite vacille et aimerait relativiser le scrutin en tablant sur l’abstention ne nous y trompons pas. Mobilisons nous et tous aux urnes dimanche

Alain Fontaine
Répondre

Il faudrait beaucoup plus femmes et certainement beaucoup plus de femmes comme Geneviève en politique.

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet