Ce qu’en pense F. Bayrou

François Bayrou a tenu une conférence de presse aujourd’hui. Il n’a pas donné de « consigne » pour le second tour, mais il a donné quelques indications. Cela ne fait peut-être pas encore un vote, mais cela doit amener chacun à réfléchir !

Sur le style et la personnalité de Nicolas Sarkozy qu’il connaît très bien : «Par sa proximité avec les milieux d’affaires et les puissances médiatiques, par son goût de l’intimidation et de la menace, [il] va concentrer les pouvoirs comme jamais ils ne l’ont été (…) Par son tempérament et les thèmes qu’il a choisi d’attiser, il risque d’aggraver les déchirures du tissu social, notamment en conduisant une politique d’avantages aux plus riches (…) Je pense qu’il y a des ressemblances entre Berlusconi et Nicolas Sarkozy.»

Sur les débauchages de candidats UDF: «Cette manière de multiplier pressions, débauchages individuels, et de prétendre fabriquer de faux partis pour être dans sa majorité, ça ressemble assez à ce que j’ai appelé la manière de gouverner des Hauts-de-Seine (…) Une manière d’exercer le pouvoir qui ne ressemblait pas aux principes qui me paraissent être les principes élémentaires.»

Sur son vote du 2e tour
: «Si je ne sais pas ce que je ferai, je sais déjà ce que je ne ferai pas. (…) Je ne mets pas les deux choix sur un même plan. (…) Il y a des cas où on ne peut pas choisir, alors dans ces cas-là on a le choix entre le vote blanc et l’abstention
Il peut vous arriver de vous abstenir. (…) Ce n’est pas ce que je recommande là. J’ai dit moi-même que je ne savais pas ce que je voterai.
»

La 8ème avec Ségolène

Les électeurs, en apportant 25,6 % de leurs suffrages à Ségolène, ont permis de tourner la page du 21 avril 2002. Les Français ont souhaité avoir la confrontation claire dont ils avaient été privés voici 5 ans entre deux projets, deux visions de la société, deux pratiques politiques.

Dans la 8ème circonscription, le résultat de Ségolène Royal est encore meilleur puisqu’elle a réuni sur son nom 28,5%, soit trois points de plus qu’au niveau national.

L’ensemble des candidats de gauche a appelé immédiatement à se rassembler autour de la candidature de Ségolène Royal. Ce qui signifie qu’elle part désormais d’un socle de premier tour de 36%. A droite, seul M. De Villiers s’est désisté en faveur du candidat de l’UMP, portant ainsi sa base électorale à 33,4%.Tout est donc totalement ouvert.

Il appartient maintenant, d’une part, à Ségolène Royal de s’ouvrir à toutes les femmes et les hommes qui, sans avoir voté pour elle au 1er tour, se reconnaissent dans son pacte présidentiel comme dans sa conception du pouvoir et de la démocratie. D’autre part, notre candidate ayant dit ce qui lui paraissait essentiel, à chacun de prendre ses responsabilités. S’abstenir c’est, dans le contexte, donner sa voix à Nicolas Sarkozy.

La scandaleuse équipée de Nicolas Sarkozy à Meaux

Dans quelle République vivons-nous ? Vendredi 13 avril, le candidat de l’UMP était de balade en Seine-et-Marne… C’était paraît-il son retour dans les banlieues dangereuses.

Pour cette équipée à très hauts risques, le candidat n’a pas fait dans la dentelle : pour rencontrer une petite centaine de jeunes triés sur le volet, il a mobilisé 326 CRS, gendarmes et policiers !

Les salariés des entreprises JDC, Nestlé, et LSG-Gate-Gourmet qui avaient affrété deux bus pour rencontrer Nicolas Sarkozy n’ont pas été déçus de leur voyage. Pour éviter toute perturbation médiatique de la petite incursion du candidat de la droite en banlieue, les forces de l’ordre se sont arrangées pour bloquer les cars sans motivation pendant trois heures. Nicolas Sarkrozy cite Jaurès ou Blum, mais interpose la police pour ne pas avoir à rencontrer des salariés licenciés ou menacées de l’être…

Trois jeunes qui avaient été repérés pour les questions qu’ils avaient osé poser à Jean-François Copé et Rachida Dati, ont tout bonnement été conduits au commissariat où ils sont restés menottés pendant que le tout puissant M. Sarkozy se faisait filmer avec les jeunes qu’il s’était fait sélectionner. Il va de soi que rien n’a été reproché aux trois potentiels irrévérencieux : ils n’ont même pas eu à signer la moindre déposition, et ils ont été libérés une fois le cortège UMP reparti vers la capitale…

Ces pratiques vous rappellent une République bananière ? Pourtant cela s’est passé en France, en Seine-et-Marne le vendredi 13 avril 2007. Pour celles et ceux qui doutaient encore, voilà un bel avant-goût de ce que serait une présidence de Nicolas sarkozy. Le président de l’UMP prétend qu’il est le candidat de l’ordre. On comprend désormais de quel ordre il s’agit.

Je le dis tout net, ces méthodes disqualifient un candidat quel qu’il soit.

Il est inacceptable qu’un candidat privatise les moyens de l’Etat au service de sa campagne et scandaleux qu’un homme qui aspire à devenir président, c’est-à-dire le garant des institutions, soit le premier à bafouer les droits constitutionnels les plus élémentaires (liberté de manifester, liberté d’expression).

A bons entendeurs, salut fraternel et républicain !

Génération engagée

Ils sont, paraît-il des dizaines de milliers de jeunes à être allés s’inscrire sur les listes électorales en décembre dernier. Et ils ont raison de vouloir compter, les jeunes !Sous des formes différentes, les deux grands évènements sociaux de ces derniers mois (banlieues et mouvement anti CPE) ont exprimé leur malaise.

Aujourd’hui plusieurs d’entre eux, appartenant à travers leurs mouvements (Confédération Etudiante, ACLEFEU, MRJC, Ni Putes Ni Soumises, AFEV, Actenses…) à l’émergence d’une génération engagée, lancent ensemble un clip d’appel au vote: « jeunes, nous irons voter ! » pour que « les décisions ne se prennent pas pour nous mais avec nous, le 22 avril et le 6 mai nous irons voter ».

Allez voir leur clip, faites le circuler :

http://www.dailymotion.com/video/x1ob6l_generation-engage
Le 22 avril et le 6 mai, pas une voix ne doit manquer. En 2002, il eût suffi que 2 voix supplémentaires par bureau de vote s’expriment en faveur de Lionel Jospin pour éviter que l’extrême-droite soit au second tour. Cela vaut la peine d’y réfléchir…

La bavure philosophique de Nicolas Sarkozy

Deux conceptions de la vie en société s’opposent dans cette campagne présidentielle. Mais plus encore ce sont deux conceptions de l’homme qui s’affrontent. Pour Nicolas Sarkozy, nous savons depuis son débat avec le philosophe Michel Onfray, que tout se jouerait dès les gènes. Nous serions prédéterminés. Nous vivrions et nous mourrions tels que la nature nous a programmés. On n’échapperait pas à son destin. Ce qui conduit Nicolas Sarkozy à affirmer que les jeunes qui se suicident passent à l’acte en fonction d’une fragilité originelle !

Nous devons face à cela proclamer notre propre conception de l’être humain : Nous croyons qu’il est déterminé par ses seuls actes. Nous croyons possible l’émancipation de tous. Nous croyons qu’il est possible à chacun d’échapper à ses origines comme à sa condition. Nous croyons qu’il est possible à tout homme de s’amender. Nous croyons aussi que l’environnement joue un rôle sur l’être humain.

Il serait trop simple de penser que les suicidaires devaient de toute façon s’accomplir en se détruisant. Que les pédophiles l’étaient depuis toujours. Cela permettrait d’exonérer la société et les politiques de toute responsabilité.

Plus qu’une bavure philosophique, ces déclarations de Nicolas Sarkozy renvoient à une conception de l’homme et de la politique qui font froid dans le dos.

Un candidat qui défend des idées nouvelles

J’apporte mon soutien à Olivier car c’est un candidat qui défend des idées nouvelles sur la participation et l’écoute des citoyens, sur la façon de faire de la politique (proximité, mandat unique, …) et pour que tous ensemble après la victoire de Ségolène et celle d’Olivier nous poursuivions ce grand espoir qui est né pendant la campagne : la démocratie participative.

Marc Pinoteau, 44 ans, Collégien
Employé en santé au travail

Présentation du pacte présidentiel

Olivier FAURE est Président du comité de soutien à Ségolène ROYAL sur la circonscription. Il vous invite à participer aux réunions suivantes :

Jeudi 22 Mars – 20h30, à Bussy Saint-Georges
“ L’Environnement ”
Salle Maurice Herzog. 15, rue des Genêts.
Mardi 3 Avril – 21h, à Noisiel
“ La lutte contre les délocalisations ”
En présence de Michel Destot, Député-Maire de Grenoble .
Salle de réunion. 13, rue Mithridate.

Mercredi 4 Avril – 20h30, à Coupvray
“ La Santé ”
Salle polyvalente. Rue de Lesches (à proximité de l’école).
Jeudi 5 Avril – 20h30, à Champs-sur-Marne
“ La Jeunesse ”
Salle Jean Effel. Allée Pascal Dulphy.

Mercredi 11 Avril – 20h30, à Ozoir- la – Ferrière
Restaurant d’entreprise EAO – SETME. 5, rue Henri François.

Pour Suzanne

Samedi 31 mars. Nous sommes ensemble. Quelques centaines. De très nombreux policiers municipaux venus de toute l’Ile de France. Nous défilons dans les rues d’Emerainville où Suzanne, policière municipale de 47 ans s’est faite lâchement tabasser le 23 mars par cinq personnes encagoulées.

Quelques pancartes affichent la figure tuméfiée de la policière municipale après son agression. On imagine sans mal la brutalité de l’affrontement. On conçoit la souffrance et la rage de cette femme qui s’est fait piétiner parce qu’elle portait un uniforme.

Ce nouveau drame illustre une fois encore la montée d’une violence inouïe parce que « gratuite ». Sans aucun autre but que celui de faire mal. Sans autre gloire que de défier l’autorité.

Aucune excuse ne peut être trouvée aux auteurs de pareils actes.

Une autre manière de faire de la politique

Olivier FAURE est tout le contraire de l’arrogance et de l’hypocrisie que peuvent cultiver certains élus. Pour moi il incarne une autre manière de faire de la politique, il a un rapport au citoyen fait d’humilité, de tact et d’écoute authentique. Avant tout il a le souci de lutter pour améliorer la condition humaine de chacune et de chacun, c’est pourquoi je soutiens sa candidature.

Serge Decoster, Lognes
Educateur spécialisé et enseignant