Adja et Fatoumia

Samedi 23 juin Ozoir la Ferrière.

Adja et Fatoumia sont lycéennes. Adja vient du Sénégal et Fatoumia de l’archipel des Comores. Dans la foule, rien ne les distingue. Mais elles se savent différentes. Adja et Fatoumia sont « sans papiers ». A tout moment, elles craignent de devoir interrompre leurs études, quitter leur commune, leurs amis.

Les « sans papiers » c’est souvent une chronique « sans visages ». Adja et Fatoumia nous rappellent que derrière les statistiques, il y a des vies. Des vies d’enfants. En Seine-et-Marne Adja et Fatoumia sont les premières à être parrainées dans le cadre de la mobilisation du Réseau Education Sans Frontières.

Depuis trop longtemps, le débat sur l’immigration a quitté le terrain de l’humanité et de la rationalité. Il y a d’abord eu l’extrême droite pour exacerber les peurs. Et puis la droite elle-même y est venue. Il est loin le temps où la droite préférait « perdre les élections plutôt que son âme ».

Alors évidemment tu vas me dire, « au moins la droite a saisi que la France ne pouvait pas accueillir toute la misère du monde ». Et puis qu’ « on ne peut pas gouverner juste avec des bons sentiments ».

Sans doute. Mais voilà, il y a des politiques qui réussissent l’exploit de ne pas procéder de bons sentiments et qui n’obtiennent même pas les résultats escomptés.

La vérité sur l’immigration est assez simple :
1/ L’émigration est un arrachement pour celui qui quitte son pays.
2/ Pourtant, il y a des pays que l’on fuit. Soit parce que la démocratie n’y est qu’une utopie, soit parce que la pauvreté y est insupportable.
3/ Tant que le décalage entre le nord et le sud, l’ouest et l’est, s’accroîtra, il y aura des candidats au départ. Quels que soient les dangers encourus. Quel que soit le prix à payer.

Et que fait le gouvernement Villepin ?
Sarkozy veut une « immigration choisie ». En gros, la France accepte de conserver les étrangers diplômés. En revanche, les autres n’ont pas leur place parce qu’ils constituent « l’immigration subie ».
Quels résultats obtiendra-t-on si cette politique se met en place ?
En pillant la matière grise des pays en voie de développement, nous les priverons des ressources qui leur sont justement nécessaires. Parce qu’ils ne détiendront pas les clés de leur propre développement, ces pays connaîtront un nombre croissant de candidats à l’émigration. En bref « l’immigration choisie » de Nicolas Sarkozy prépare l’ « immigration subie » de Sarkozy Nicolas.

La solution c’est au contraire l’immigration partagée. Le co-développement. La négociation de partenariats avec les pays d’émigration. La seule façon de tarir la source de l’immigration c’est d’agir sur ses causes.

Parce que, vois-tu, les « bons sentiments » peuvent aussi être synonymes d’efficacité …

Commentaires

soudaiss
Répondre

Bonjour je suis le neuveu de fatoumia je vie avec elle et je serait trés heureux que ma tante et ses papier car ell et enfermer entre les 4 mur et elle ne peut pa sortir je souaitrait de tout mon coeur quelle et ses papier.

Grégory
Répondre

je suis à vos cotés il faut continuer la pression!!

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet