Tout sur ma mère

Je vous parlais de ma mère, hier, dans mon post sur l’école…

Elle est née au Vietnam (d’une mère vietnamienne et d’un père moitié vietnamien, moitié chinois).
Mon père est né en France de parents français (mais sa mère avait des origines espagnoles).
Tout ça pour dire que quand j’ai eu la riche idée d’adhérer au PS, ma gentille maman qui voulait prévenir toute illusion et déception, me dit « pourquoi tu veux entrer dans la politique ? tu n’es pas français. Ils ne voudront jamais de toi ».

Eh bien, vous savez quoi ? je ne l’ai pas crue…

L’immigration est une chance

Enfant, adolescent, je m’en suis pris des bâches (« sale chinois », « bol de riz » et autres amabilités du genre), mais je n’ai jamais douté de ce que ce pays était le mien.

Les temps ont changé. Et puis « jaune », c’est moins dur à porter qu’arabe ou noir. Le jaune n’est que « fourbe », alors que « l’arabe est voleur » et le noir « fainéant »… Le jaune est « discret » tandis que les autres font du bruit. Le jaune ne tue que dans sa communauté (et fait même disparaître les corps), les autres ont le mauvais goût de s’en prendre aux blancs… Caricatural ? Oui sans doute. Mais pas pour ceux qui vivent au quotidien l’humiliation d’être différents.

Si demain je suis élu, je mettrais au premier plan de mes engagements le combat contre le racisme et les discriminations. Plus par intérêt personnel car voilà bien longtemps que je n’ai plus eu à souffrir de cela, mais parce que je conserve en mémoire cette souffrance. Ceux qui ne l’ont jamais vécu peuvent difficilement comprendre la violence du rejet quand il n’est fondé que sur la couleur de sa peau.

L’immigration demeure une chance. En me mettant au service de la collectivité toute entière, je voudrais en apporter une nouvelle démonstration.

Leave a comment

nom*

email* (not published)

site internet