• Biographie

    Un peu tôt pour publier mes mémoires ;-) Voici plus modestement quelques éléments biographiques, les personnes qui ont compté dans mon engagement, mon histoire, mes valeurs... Lire la suite

  • La 11e circo

    Découvrez la 11ème circonscription de Seine-et-Marne, forcément la plus belle de France, celle de la vile nouvelle de Sénart et du canton du Mée-sur-Seine. Le "Far Est" où tout est encore possible. Découvrir la circonscription

  • L'équipe

    Un député ne travaille pas seul. Il y a une équipe. A l'Assemblée et en circonscription, je m'appuie au quotidien sur les compétences et le talent d'Amandine Janiaud-Vergnaud et Stéphanie Le Meur Connaitre l'équipe

  • Me contacter

    Je suis votre élu. Je reçois chaque semaine, sur rendez-vous, à l'Assemblée ou à ma permanence la mairie de Moissy-Cramayel. Vous pouvez aussi m'interroger par mail. Me contacter

Dépêche AFP – La gauche est proche d’un « suicide collectif »

PARIS, 28 nov 2016 (AFP) – La gauche est proche d’un « suicide collectif », a estimé lundi sur LCP Olivier Faure, porte-parole du PS, en évoquant les déclarations ce week-end du Premier ministre suggérant sa candidature comme le président de l’Assemblée nationale.

« Nous sommes dans une situation assez inédite qui est proche de ce qu’on pourrait baptiser un suicide collectif », a indiqué le député de Seine-et-Marne, « si nous allons vers cela, il n’y aura pas de gauche au second tour (de l’élection présidentielle) et la gauche sera éliminée pour longtemps », a-t-il ajouté.

Que François Hollande et Manuel Valls participent tous deux à la primaire de la gauche, « cela me paraît tout à fait impossible, cela conduirait l’un et l’autre à l’échec. Peut-être y a-t-il des pulsions suicidaires parfois chez certains de nos dirigeants », s’est-il interrogé.

Quant à la déclaration de Claude Bartolone suggérant ces deux candidatures, pour Oliver Faure, « c’est du jamais vu. Voir le 4e personnage de l’Etat proposer une crise institutionnelle, mais où va-t-on ? ».

En évoquant une candidature Hollande, le député a estimé qu' »en démocratie, il n’est pas illogique que celui qui a conduit au premier plan la réforme du pays soit comptable de ce qu’il a réalisé et qu’il soit le candidat à l’élection présidentielle ».

François Hollande « doit réfléchir à émettre des signaux qui soient des signaux clairs et rapidement rendre sa décision publique. La montée en puissance des pressions n’aide pas à ce que le président se déclare vite dans la mesure où il aura la tentation de ne pas céder à la pression », a ajouté le député.

« On est dans un jeu dangereux, irresponsable, j’appelle chacun à cesser ces petits jeux, ces jeux d’ego qui ne mènent nulle part et mènent à la déroute », a-t-il insisté.